Maison médicale des SITTELLES
En savoir davantage sur la sclérose en plaques - Maison médicale des SITTELLES - Docvadis

En savoir davantage sur la sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire du système nerveux central, qui provoque la destruction partielle de la gaine des fibres nerveuses.

Qu’est-ce que la sclérose en plaques (SEP) ?

C’est une maladie inflammatoire du système nerveux central.Le système immunitaire serait à l’origine de la destruction, à certains endroits, de la myéline (gaine protégeant les fibres nerveuses), cette myéline étant remplacée par un tissu semblable à une cicatrice (sclérose).Cette destruction forme des plaques de tissu cicatriciel, ce qui lui donne ce nom de « sclérose en plaques ».

Est-ce héréditaire ?

Parmi les différents facteurs qui interviennent dans la maladie, le facteur génétique est très probable. C’est-à-dire que la maladie n’est pas due à une transmission héréditaire, mais que, dans une même famille, il peut exister des gênes similaires qui favoriseraient l’apparition de la maladie.

Y a-t-il d’autres causes ?

Elles ne sont pas toutes connues. Il s’agit vraisemblablement d’une maladie dans laquelle le système immunitaire (défense de l’organisme) attaquerait la myéline comme étant un élément étranger (maladie auto-immune).

Y a-t-il différents types de SEP ?

Il y a trois grands types de SEP.

  • La SEP-RR (récurrente-rémittente) constitue la forme la plus fréquente. Elle se manifeste par des poussées bien définies, laissant ou non des séquelles et sans progression du handicap entre les poussées.

  • La SEP-SP (secondairement progressive) concerne la moitié des patients après cinq à vingt ans. Après une première phase irrégulière de poussées avec séquelles éventuelles, la seconde période se caractérise par l’aggravation lente et régulière des (précédentes) séquelles pouvant s’accompagner de nouvelles poussées.

  • La SEP-PP (progressive primaire) ne concerne qu’une faible proportion de patients. Le handicap initial s’aggrave progressivement sans poussées marquées. Insidieuse, cette forme de SEP est plus fréquente lorsque la maladie débute tardivement.

Quel est le mécanisme des poussées ?

Les plaques ralentissent ou bloquent le flux nerveux (comme une baisse ou une interruption de courant). A ce moment, suivant la localisation de la plaque, les signes neurologiques apparaissent. C’est ce qu’on appelle une « poussée ».

Quels sont les symptômes ?

Les manifestations des poussées sont diverses. Elles varient suivant le type de SEP, l’âge du malade et l’ancienneté de la maladie.Il peut s’agir de :

  • Troubles de la sensibilité : perte de sensibilité, fourmillements ou douleur dans un membre, un hémicorps, les jambes, voire dans une autre partie du corps.

  • Perte ou baisse sensible d’un œil (souvent douloureuse).

  • Perte de motricité d’un membre, d’un hémicorps ; gêne à la marche.

  • Troubles de l’équilibre.

  • Troubles urinaires (envies pressantes, difficultés à uriner).

Les poussées sont le plus souvent accompagnées d’une fatigue importante.

Combien de temps ces poussées peuvent-elles durer ?

Une poussée dure au moins 24 heures. Elles sont habituellement de courte durée, répétitives, mais réversibles.Parfois, les périodes entre les poussées sont très espacées. D’autres fois, une poussée peut provoquer un handicap partiel et irréversible.En cas de poussée, il est nécessaire de prévenir votre médecin traitant et votre neurologue référent qui vous proposera un traitement adapté. Celui-ci permettra de réduire la durée de la poussée. Il peut être administré à l’hôpital ou par un service de soins spécialisé à domicile.Ne prenez jamais de traitement de votre propre initiative pour traiter une poussée.

Qui peut être touché par la SEP ?

Il n’y a pas de prédisposition connue pour cette maladie. Elle intervient souvent entre 20 et 40 ans et 3 femmes sont atteintes pour 2 hommes. C'est la principale cause de handicap, non liée à un accident, chez le jeune adulte.

Comment le diagnostic est-il fait ?

Il repose essentiellement sur les symptômes, complétés par un examen neurologique.L’IRM (imagerie par résonance magnétique) est un examen indolore qui permet de visualiser « les plaques », de déterminer la forme évolutive de SEP et de confirmer le diagnostic selon des critères très précis.Dans certains cas, une ponction lombaire est nécessaire pour analyser le liquide cérébrospinal (liquide dans lequel baigne le système nerveux).On peut aussi compléter l’étude du système nerveux central par l’étude du nerf optique (potentiels évoqués visuels).La plupart du temps, on élimine, à l’aide d’une prise de sang, les maladies « mimant » la SEP. Dans ce cas, le traitement sera différent.

Quels sont les traitements ?

Le neurologue vous prescrira un traitement dont le suivi pourra être, selon les prescriptions, assuré par votre médecin traitant. Certains renouvellements d'ordonnance ne peuvent être faits que par votre neurologue pour assurer le suivi.Le traitement est adapté à votre forme de SEP, afin de diminuer le nombre, la durée, l’intensité des poussées et améliorer votre handicap.

Il s’agit de traitements par auto-injection, perfusion ou voie orale.

Votre neurologue décidera avec vous du meilleur traitement adapté à votre maladie.

Dans les formes récurrentes, les traitements, s’ils sont donnés au début de la maladie, ont démontré une efficacité sur le nombre de poussées annuelles, ainsi qu’une réduction du handicap potentiel ultérieur.Dansle même temps, les symptômes fonctionnels de la maladie pourront être pris en charge par différents intervenants selon vos besoins : kinésithérapeute, psychologue, ergothérapeute…

La sclérose en plaques est une maladie handicapante qui demande beaucoup de courage et de détermination.Parlez de votre maladie à vos proches et à votre entourage et n’hésitez pas à vous faire aider.Les recherches sont très nombreuses et la connaissance évolue.Il est important d’avoir une relation de confiance avec votre neurologue.

SCM des SITTELLES

2bis Rue Théophile FENAL ,
54540 BADONVILLER, France

Contacts

  • Fixe : 03 83 42 12 09
  • Fax : 03 83 42 13 56
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'ai du diabète et de l'hypertension artérielle

    L’hypertension et le diabète sont deux maladies qui augmentent le risque d’accidents cardiovasculaires. Lorsqu’elles sont associées, le risque augmente de façon synergique et il faut les traiter l’une et l’autre.

    Lire la suite
  • Il m’arrive de trembler : est-ce grave ?

    Les tremblements sont des mouvements involontaires, provoqués par la contraction en alternance de groupes musculaires opposés. Leurs causes sont diverses.

    Lire la suite
  • Mon enfant est migraineux : je reconnais les signes

    La migraine chez l’enfant est plus fréquente qu’on ne le pense. C’est une affection handicapante pour les activités scolaires et sportives. Comme l’enfant a des migraines différentes de celle de l’adulte, il est plus difficile d’en faire le diagnostic. Voici les signes qui peuvent vous indiquer que votre enfant souffre de migraines.

    Lire la suite
  • J’ai des vertiges

    Tout tourne autour de vous ? Il s’agit de vertiges. Ils sont probablement bénins. Quelques repères sont utiles pour comprendre leur origine, leur prise en charge et la démarche à avoir si vous en ressentez.

    Lire la suite
  • Je comprends ce qu’est un purpura thrombopénique immunologique chez l’adulte

    Le purpura thrombopénique immunologique (PTI) est une maladie non cancéreuse du sang qui voit le nombre de plaquettes diminuer et le risque de saignements augmenter. C’est une maladie qui peut rester longtemps silencieuse et qui n’altère pas la qualité de vie des patients à condition de respecter certaines précautions au quotidien et d’avoir un suivi régulier.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale