Pôle de Santé de CASTELJALOUX
Le point sur ma consommation d'alcool - Pôle de Santé de CASTELJALOUX - Docvadis

Le point sur ma consommation d'alcool

Les problèmes d’alcool concernent habituellement des personnes qui ont une grande tolérance et qui ne sont pas souvent ivres. Tant qu’on ne souffre pas de l’alcool, on n’a pas conscience de prendre des risques.

Quels sont les effets de l'alcool sur mon organisme?

Au-delà de 2 verres par jour en moyenne pour les femmes et de 3 verres pour les hommes, les risques de cancers, de maladies cardiovasculaires, de cirrhoses du foie, de maladies du système nerveux et de troubles psychiques risquent d'augmenter.

Le cerveau Les réflexes sont ralentis, la pensée embrumée. L'alcool peut entraîner une forme de démence et la perte de contrôle de soi.

Le foie Il met en moyenne une heure à éliminer 10 grammes d'alcool. L'alcoolisme augmente les risques d'hépatite et de cirrhose.

L'estomac Les brûlures de l'estomac sont fréquentes et la menace d'un cancer du tube digestif est importante.

L'appareil cardiovasculaire L'alcoolisme provoque une hypertension artérielle, une fragilité capillaire depuis la couperose sur le visage jusqu'à l'accident vasculaire cérébral.

 

 

La chirurgie réfractive est un traitement qui peut corriger la myopie, l'hypermétropie ou l’astigmatisme. Elle peut aussi être proposée en cas de presbytie. L'intervention sera discutée au cas par cas avec l'ophtalmologiste qui seul jugera de son bien fondé.

Où en suis-je avec l'alcool ?

Relevez votre consommation hebdomadaire d'alcool.

 

Une unité

Vin un ballon

Porto ou vin cuit (6cl) apéritif

Champagne une coupe

Bière (25 cl) un demi

Whisky (3 cl) Apéritif anisé (3 cl)

 

Au-delà de 14 unités pour une femme ou 21 pour un homme, il serait urgent de changer d'habitude.

Pourquoi ai-je besoin de l'alcool ?

Pour vous détendre.

Par plaisir.

Parce que vous en avez besoin pour vous sentir bien.

Pour prendre de l'assurance.

Par habitude.

Pour vous remonter le moral.

Par besoin physique.

Notez vos réponses, elles vous aideront à faire le point sur votre relation avec l'alcool afin de pouvoir réagir le plus efficacement possible.

Comment puis-je me faire aider ?

La dépendance à l'alcool est une maladie.

Vous avez besoin d'aide pour changer votre rapport à l'alcool.

Il est indispensable d'en parler en consultation et/ou de vous adresser à des associations comme celle des Alcooliques anonymes.

Une semaine

Essayez de ne pas boire pendant une semaine. Si vous n'avez aucun mal à le faire, vous n'êtes pas dépendant(e). En revanche, si vous n'y êtes pas parvenu (e) ou que cela vous a demandé un véritable effort, parlez-en lors de votre prochaine consultation.

MSP de CASTELJALOUX

14 A Rue des abeilles,
47700 CASTELJALOUX, France

Contacts

  • : 05.53.93.03.68
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je me rapproche des alcooliques anonymes

    Les Alcooliques Anonymes sont une association d’hommes et de femmes qui partagent entre eux leur expérience, leur force et leur espoir dans le but de résoudre leur problème commun et d’aider d’autres alcooliques à se rétablir.

    Lire la suite
  • Quiz alcool : savez-vous reconnaître une consommation excessive d’alcool ?

    On a parfois tendance à minimiser sa propre consommation d’alcool et les risques liés à son abus. Assurez-vous que vous avez les bons repères. Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz. Votre médecin pourra vous aider ensuite à faire le point.

    Lire la suite
  • Alcool en excès : à quel moment suis-je en danger ?

    L’alcool n’est pas une substance nocive à faible dose, mais peut être responsable de graves dommages sociaux et médicaux s'il est consommé de manière excessive ou par des personnes fragilisées. Il est alors important de pouvoir évaluer sa consommation, et de résoudre un éventuel abus ou une dépendance.

    Lire la suite
  • Problème avec l'alcool : je me fais aider

    Nos objectifs : développer dans tous les milieux une stratégie globale de prévention des risques et des conséquences liés à la consommation d’alcool et participer, devant l’usage croissant d’autres substances psychoactives souvent liées à l’alcoolisation, à la prévention des autres toxicomanies.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale