Le site du Docteur Jacques AUBRY

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je modifie mon alimentation pour réduire mes ballonnements - Le site du Docteur Jacques AUBRY - Docvadis

Je modifie mon alimentation pour réduire mes ballonnements

Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen. Ils peuvent être réduits en suivant quelques conseils pratiques simples.

D’où viennent mes ballonnements ?

Au cours de la digestion, les aliments passent par l’estomac, puis par l’intestin et par le côlon (gros intestin).
Des bactéries, présentes dans le tube digestif, sont à l’origine d’une fermentation des aliments. Ce phénomène produit des gaz dont l’accumulation est responsable des ballonnements et des flatulences dont vous souffrez.

Ballonnements et aérophagie, est-ce la même chose ?

L’aérophagie est due au fait d’avaler trop d’air par la bouche en mangeant.
Elle peut avoir pour conséquences des ballonnements (ou météorisme) au niveau de l’estomac que l’on appelle encore aérogastrie.
Généralement, l’aérophagie est liée à une consommation importante de sucettes, chewing-gums, tabac... Elle peut aussi être la conséquence d’affections rhino-pharyngées, de désordres au niveau de l’implantation dentaire ou encore de certaines maladies de l’œsophage.

Mon alimentation peut-elle réduire ces ballonnements ?

Vous pouvez améliorer vos ballonnements en réduisant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant (aliments fermentescibles).
Pour cela, certains aliments sont à consommer avec modération ou à éviter : haricots blancs, choux, topinambours, pois chiches, pruneaux, figues, dattes, laitages à base de lait entier, fromages blancs gras et fromages trop faits ou à moisissures (roquefort, bleu...), ou encore pain, pâtes et fruits secs.
Certains aliments ont, par contre, une fermentation faible ou favorisent même l’expulsion des gaz intestinaux. C’est le cas de certains légumes comme le fenouil, le gingembre, l’avocat, l’asperge, la laitue ; de certains fruits comme la papaye, l’ananas, la cerise, le raisin, la fraise, la framboise, le melon, le kiwi ; de certaines viandes comme la volaille ; ou, enfin, des œufs, de certains féculents et de céréales comme le riz brun, le boulgour, le quinoa, le seigle, le maïs entier, l’épeautre...

Certains aliments favorisent les ballonnements alors que d'autres fermentent peu. Apprenez à les connaitre et à modifier certaines habitudes alimentaires. Mangez dans le calme et mastiquez bien. Listez les aliments à privilégier et ceux que vous tolérez moins.

Ces illustrations vous donnent des indications précieuses. Pour vous aider davantage, cliquez sur "Votre agenda gourmand" proposé en bas du document, il deviendra votre liste de course !

 

Le sport peut-il apporter une amélioration ?

Oui. La pratique d’un exercice physique régulier (marche, natation, vélo...) peut limiter l’apparition de vos ballonnements digestifs.
La pratique d’une activité relaxante (yoga) peut également améliorer ces symptômes.

Que dois-je faire pour réduire l’aérophagie ?

Vous devez prendre vos repas dans le calme, en ayant soin de bien mastiquer vos aliments. Il est préférable de manger à heures régulières sans sauter de repas. Vous devez éviter les plats trop chauds ou trop froids ; on a alors tendance à avaler plus d’air que nécessaire.
Les boissons gazeuses, l’alcool et le café sont déconseillés. Privilégiez les eaux plates. Buvez plutôt en dehors des repas. Les sucettes, les chewing-gums et le tabac ne sont pas recommandés. Abstenez-vous de parler en mangeant. Prenez le temps de discuter entre les plats.

Pour éviter les ballonnements et autres gênes intestinales, les repas doivent toujours être pris assis, dans le calme et de préférence à heures régulières.
Réduisez le volume des deux repas principaux en prenant un encas dans la matinée ou dans l’après-midi.
Dans tous les cas, faites une pause de 3 ou 4 minutes entre les plats.

Cabinet Médical

6 Rue de l'Église,
67240 Schirrhein, France

Contacts

  • Fixe : 03 88 63 83 35
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je réduis mes ballonnements : un schéma pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réduire vos ballonnements. Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen dû à une accumulation de gaz dans votre tube digestif. Vous pouvez limiter leur apparition, ou les réduire, en diminuant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant. Il est également très important d’avoir une activité physique régulière. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Comment je dois m'alimenter pour contrôler mon diabète

    Votre alimentation doit vous permettre d’éviter de prendre du poids et d’atteindre un taux de sucre normal dans le sang. Il ne s’agit pas de tout changer d’un coup, mais d’intégrer progressivement des modifications. Quelques règles simples vous permettront d’y arriver facilement, sans renoncer au plaisir.

    Lire la suite
  • Je revois mes principes alimentaires, pour éviter les erreurs diététiques

    Notre comportement alimentaire est truffé d’idées reçues et d’a priori qui peuvent nous conduire à de grandes erreurs en matière diététique.

    Lire la suite
  • J’équilibre mon diabète au quotidien : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser les bonnes pratiques à mettre en place dans votre vie pour contrôler votre diabète. Pour cela il faut pratiquer une activité physique, avoir un suivi diététique, surveiller votre poids et vous faire aider pour arrêter de fumer si nécessaire. Puis, selon les cas, la prise quotidienne de médicaments, l'auto surveillance glycémique et la surveillance de vos pieds seront nécessaires. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Top 5 des comportements de mon ado qui doivent m’alerter

    A l’adolescence, des changements physiques et psychologiques s’opèrent chez votre enfant. Ces bouleversements peuvent être à l’origine de désaccords avec vous, mais aussi d’une grande souffrance pouvant l’amener à développer des troubles du comportement alimentaire ou à avoir des idées suicidaires. Comment faire la différence entre des conflits souvent associés à l’adolescence et les comportements à risques ?

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale