Le site du Docteur Laury Païdassi

Médecine Physique Et Réadaptation
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
J'ai une névralgie cervicobrachiale : que dois je savoir ? - Le site du Docteur Laury Païdassi - Docvadis

J'ai une névralgie cervicobrachiale : que dois je savoir ?

La névralgie cervicobrachiale (NCB) est une douleur liée à l’irritation d’une terminaison nerveuse issue de la colonne vertébrale au niveau du cou. Elle est le plus souvent liée à un problème de disque intervertébral ou d’arthrose cervicale. Son traitement est médical ou plus rarement chirurgical.

J’ai une névralgie cervicobrachiale, de quoi s’agit-il ?

La névralgie cervicobrachiale est une douleur liée à l’irritation d’une racine nerveuse (névralgie), consécutive à sa compression ou à son étirement au niveau du cou. Généralement ressentie dans le membre supérieur, la douleur dans le bras est l’équivalent d’une « sciatique ».

Quel rapport entre la douleur dans mon bras et celle dans mon cou ?

La douleur court le long des nerfs du bras. Elle est ressentie soit tout au long de son trajet, soit uniquement à l’extrémité du bras (doigts, main, avant-bras). L’intensité, la fréquence et la localisation de la douleur permettent de préciser le diagnostic. Dans certains cas, il est difficile de différencier une douleur liée à une névralgie cervicobrachiale d’une douleur d’origine articulaire, musculaire (torticolis), voire vasculaire. Pour cela, des examens complémentaires sont nécessaires.

Quelles sont les causes d’une névralgie cervicobrachiale ?

Dans l’immense majorité des cas, les névralgies cervicobrachiales sont liées soit à une hernie discale (déplacement du disque intervertébral qui vient appuyer sur la racine nerveuse), soit à une arthrose des articulations entre les vertèbres. La distinction entre ces deux mécanismes est importante, car les traitements peuvent être très différents. Le risque de rechute dépend aussi de la cause de la maladie.

Quels sont les traitements ?

Dans tous les cas, on utilise des médicaments antalgiques (antidouleurs).
Selon l’intensité et la durée des symptômes, votre médecin choisira un antalgique plus ou moins puissant.
Les anti-inflammatoires sont d’usage très courant dans cette affection. Selon le cas et le terrain, votre médecin vous prescrira des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et/ou des anti-inflammatoires stéroïdiens (corticoïdes) pendant quelques jours ou quelques semaines.
Certains médicaments du système nerveux peuvent être efficaces sur les névralgies.
Des infiltrations locales (injection d’anti-inflammatoires) peuvent être proposées, ainsi qu’une immobilisation de la zone cervicale (minerve).
Votre médecin vous informera de la nécessité de chacun de ces traitements. Conformez-vous strictement à sa prescription et à ses conseils. Signalez à votre médecin tout symptôme ou toute affection dont vous pourriez souffrir.

Puis-je faire de la kinésithérapie ?

La kinésithérapie a une place limitée. Elle doit être maniée avec prudence et n’intervient qu’après disparition des douleurs neurologiques.

Puis-je demander de me faire opérer ?

La chirurgie des névralgies cervicobrachiales (NCB) reste rare et concerne surtout celles causées par hernie discale hyperalgique (non soulagées par les traitements antalgiques adaptés et par les infiltrations) ou les NCB paralysantes, ainsi que certaines formes particulières avec atteinte de la moelle épinière (myélopathie cervicarthrosique...).

La névralgie cervicobrachiale est la complication d’une pathologie au niveau du cou, qui s’exprime par l’irritation d’une racine nerveuse provoquant une douleur au niveau du bras. Elle peut être liée à de l’arthrose cervicale ou à une hernie discale. Le traitement est avant tout médical, parfois accompagné par la kinésithérapie. Le pronostic est généralement bon, mais des récidives sont possibles. La chirurgie est rarement proposée et uniquement dans certaines formes.

Cabinet médical

9 Boulevard Albert 1 ,
La Caravelle,
06600 Antibes, France

Contacts

  • Fixe : 0493346919
  • Fax : 0493346466
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mal de dos en 100 questions

     Huit personnes sur dix ont eu, ont, ou auront mal au dos dans leur vie. Fort heureusement, seulement 20 % environ d'entre eux seront véritablement en situation de handicap dans leur vie ordinaire et professionnelle en raison de ce mal de dos. Toutefois, la plupart des personnes qui ont eu mal au dos un jour se sont posées des questions sur l'origine de la douleur, les traitements, l'avenir fonctionnel et c'est à la plupart de ces questions que les auteurs tentent d'apporter ici une réponse. Il s'agit d'un effort didactique qui est d'autant plus méritoire que de nombreuses réponses souvent contradictoires sont régulièrement proposées par des intervenants divers et variés issus du monde médical, paramédical voire pseudo médical. La majorité des questions posées ici concerne ce qu'on appelle la lombalgie commune, c'est-à-dire une douleur qui n'est pas provoquée par une maladie viscérale, rhumatismale, infectieuse ou tumorale. Cette première étape de la classification des origines du mal de dos implique nécessairement de recourir à un avis médical. Concernant les diverses manifestations de la pathologie lombaire commune, les progrès récents de la connaissance ont notablement modifié les notions que l'on avait il y a quelques années sur la détérioration, en particulier du disque intervertébral et sur le rôle de l'activité physique. Il est probable qu'une grande partie de la physiopathologie de la détérioration discale et des hernies est d'ordre génétique et que les efforts et les traumatismes ne jouent qu'un rôle secondaire. Le rôle du repos dans le traitement est aujourd'hui marginalisé à une simple mesure de confort quand la douleur est trop importante pour bouger, par contre il est clairement démontré qu'il n'a pas d'effet propre thérapeutique. La chirurgie de la sciatique et de la lombalgie s'est enrichie de nombreuses techniques chirurgicales mais plus que jamais, l'indication opératoire doit être le fruit d'une longue réflexion à la lumière de la balance bénéfices/risques. L'imagerie est devenue très performante, elle montre maintenant de façon remarquable toutes les structures de la colonne vertébrale mais la prescription de tel ou tel examen doit toujours répondre clairement à ces 3 questions : - Je demande cet examen pour chercher quoi ? - Si je trouve ce que je cherche, est-ce que cela aura une implication décisive dans ma démarche thérapeutique ? - Si je ne le trouve pas, est-ce que cela changera cette démarche ? Le lecteur comprendra alors que ce n'est pas toujours en demandant un examen d'imagerie supplémentaire qu'on va résoudre son problème.

    Lire la suite
  • J'ai mal au dos de façon chronique

    Le plus souvent, un mal de dos évolue favorablement en moins de 2 mois. Parfois, il persiste plus de trois mois, ou réapparaît souvent : il devient alors chronique. Une prise en charge adaptée est nécessaire pour améliorer cette situation.

    Lire la suite
  • Déformations de la colonne vertébrale : ce que je dois savoir

    La colonne vertébrale est constituée de 33 vertèbres s’étendant de la base du crâne jusqu’au bassin. Elle a des courbures naturelles qui forment le dessin du dos de profil. Certaines courbures sont accentuées ou anormales, d’avant en arrière (convexes ou concaves) ou latéralement (dessinant un S).

    Lire la suite
  • Mon enfant a la maladie de Scheuermann : quels sont les traitements ?

    Le dos rond, encore appelé maladie de Scheuermann, est une atteinte vertébrale fréquente qui s’observe à la puberté. Elle doit être prise en charge dès les premiers signes.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale