Le site du Docteur kathy descloquement-Mahieu

Endocrinologie
Conventionnement : Exercice hospitalier
Carte Vitale Acceptée
Quelle méthode pour arrêter de fumer ? - Le site du Docteur kathy descloquement-Mahieu - Docvadis

Quelle méthode pour arrêter de fumer ?

Arrêter de fumer demande de la motivation et une méthode adaptée. Substituts nicotiniques, consultation anti-tabac, prescriptions médicales, cigarette électronique, méthodes alternatives. Tour d’horizon de l’arsenal anti-tabac.

Comment puis-je évaluer ma dépendance physique ?

  • Allumez-vous votre première cigarette dans l'heure qui suit votre réveil ?

  • Trouvez-vous difficile de ne pas fumer dans les endroits où c'est interdit ?

  • La première cigarette de la journée est-elle celle à laquelle il est le plus difficile de renoncer ?

  • Fumez-vous plus de 10 cigarettes par jour ?

  • Fumez-vous plus le matin que l'après-midi ?

  • Fumez-vous lorsque vous êtes si malade que vous devez rester au lit presque toute la journée ?

Si vous avez répondu « oui » à l'une de ces questions, vous devrez traiter votre dépendance physique en plus de la dépendance psychologique associée à l'usage du tabac.

Comment puis-je être accompagné dans ma démarche ?

Substituts nicotiniques

Patchs, gommes, pastilles, chewing-gums, inhaleurs existent en différents dosages selon le niveau de dépendance. Durée du traitement : de 3 à 6 mois.Même s'il s'agit de produits en vente libre, il est toujours préférable de parler de votre souhait d'arrêter de fumer en consultation, afin de déterminer ensemble le produit le mieux adapté à votre cas.

Depuis 2007, les substituts nicotiniques sont pris en charge dans le cadre d’un forfait annuel, à hauteur de 150 euros par an. Depuis 2018, certains de ces traitements (certaines gommes à mâcher et patchs) ne sont plus pris en charge dans le forfait, car ils sont désormais remboursables à 65 %, comme n’importe quel médicament. Les complémentaires santé prennent en charge le ticket modérateur de ces médicaments.

N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel de santé.

 

Consultations anti-tabac

La plupart des hôpitaux, dispensaires, centres de santé proposent des consultations anti-tabac avec un médecin spécialisé (tabacologue) et une équipe composée de spécialistes de la nutrition, de la relaxation et de la psychologie. Certains médicaments peuvent être proposés sur ordonnance dans le cadre du sevrage tabagique.

Hypnothérapie

L’hypnose, pratiquée par un professionnel de santé formé à cette pratique, permet de lutter efficacement contre la dépendance psychologique liée à la cigarette. Elle aide à supporter la frustration du manque sans faire disparaître définitivement l'envie de fumer, elle en diminue l'intensité par un détachement émotionnel. Les résultats sont souvent visibles au bout de quelques séances d’hypnothérapie seulement. 

Cigarette électronique

Si de nombreux utilisateurs de cigarettes électroniques vantent les mérites de ce dispositif pour l’arrêt du tabac, des études suffisamment nombreuses et approfondies sont encore nécessaires pour tirer une conclusion scientifique pertinente sur l’efficacité de la cigarette électronique comme moyen de sevrage. Pour sa part, le Haut conseil de santé publique (HCSP) recommande « d’informer, sans en faire la publicité, les professionnels de santé et les fumeurs que la cigarette électronique est une aide à l’arrêt du tabac et un mode de réduction des risques du tabac en usage exclusif. » (février 2016).

Méthodes alternatives

Certaines méthodes alternatives peuvent faciliter l'arrêt du tabac, c'est le cas de l'homéopathie, de l'hypnose, de la psychothérapie, de la thérapie comportementale ou du thermalisme.

Que penser d'une rechute ?  

Ne baissez pas les bras.Chaque tentative d'arrêt vous rapproche de l'arrêt définitif.Il faut souvent essayer plusieurs méthodes avant de trouver la bonne.

Tabac Info Service:Tél. : 39 89. Numéro accessible du lundi au samedi de 8h à 20h, appel non surtaxé www.tabac-info-service.fr

 

centre hospitalier d'Hazebrouck


service de médecine et moyen séjour, 1 rue de l'hopital ,
59190 Hazebrouck, France

Contacts

  • Fixe : 03-28-42-67-36
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je revois mes principes alimentaires, pour éviter les erreurs diététiques (langue arabe)

    CETTE FICHE EST EN LANGUE ARABE. Notre comportement alimentaire est truffé d’idées reçues et d’a priori qui peuvent nous conduire à de grandes erreurs en matière diététique.

    Lire la suite
  • Mon taux de cholestérol idéal : des schémas pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment déterminer votre taux de cholestérol idéal. L’objectif principal de votre prise en charge médicale est de faire diminuer le mauvais cholestérol (LDL-c) en dessous d’une valeur seuil bien précise. En complétant la grille ci-dessous, vous allez avoir une idée de votre niveau de risque cardiovasculaire personnel. A partir du résultat, vous pourrez alors trouver le taux de LDL-cholestérol à atteindre en fonction de votre nombre de facteurs de risque. Votre médecin pourra les commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Accident ischémique transitoire possible : j'ai le réflexe "urgence"

    L’accident ischémique transitoire (AIT) est un accident neurologique déficitaire localisé, brutal, passager : les signes disparaissent en moins d’une heure sans laisser de séquelles ni de lésion cérébrale. Mais l’AIT nécessite une prise en charge médicale rapide.

    Lire la suite
  • Diabétique, me déplacer à pied me ferait du bien pourquoi ?

    Sortir le chien, acheter le pain, faire son marché ou bien allez chercher les enfants à l’école, sont des activités d’autant plus bénéfiques que vous les faites à pied. En marchant, les muscles utilisent du sucre et l’insuline agit plus efficacement. Cela permet d’équilibrer vos glycémies. Vous retrouverez la forme et diminuerez vos facteurs de risque. Ces moments de la vie quotidienne, en y allant à pied régulièrement vous font du bien ! Regardez les autrement, ils font partie de votre traitement.

    Lire la suite
  • Mon enfant a-t-il un risque de devenir obèse ?

    La probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte varie selon les études : de 20 à 50 % pour une obésité avant la puberté, de 50 à 70 % pour une obésité débutant après la puberté. Il est recommandé de dépister tôt le surpoids voire l'obésité, pour une prise en charge précoce. Il y a des enfants qui sont plus à risque d’être obèses que d'autres.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale