Le site du Docteur Jean-Paul Benmouhoub

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Pour ma douleur : des techniques non médicamenteuses - Le site du Docteur Jean-Paul Benmouhoub - Docvadis

Pour ma douleur : des techniques non médicamenteuses

Les médicaments antalgiques restent la clé de voûte du traitement de la douleur, mais de multiples méthodes non médicamenteuses se sont développées depuis de nombreuses années. Ces techniques ont toutes la même finalité : renforcer le contrôle endogène de la douleur.

Quelles sont les principales techniques à ma disposition ?

Les principales techniques non médicamenteuses pour soulager la douleur sont :

  • L'acupuncture.

  • La neurostimulation transcutanée.

  • La sophrologie-relaxation.

  • Le biofeedback.

  • La thérapie cognitivo-comportementale.

L’acupuncture, de quoi s’agit-il ?

L’acupuncture traditionnelle considère les maladies comme un déséquilibre entre deux forces fondamentales universelles : le yin (l’esprit) et le yang (le sang). Le yin et le yang agissent sur le corps par douze canaux appelés méridiens, connectant les centres vitaux.

 

Pour restaurer un équilibre normal, les aiguilles d’acupuncture sont placées, pendant 15 à 40 minutes, le long des méridiens sur des sites, à savoir les points d’acupuncture, adaptés selon l’anomalie à traiter.

L’acupuncture est utilisée pour traiter un certain nombre de douleurs, comme par exemple :

  • Les douleurs articulaires (les aiguilles réduisent les douleurs mais aussi l'inflammation).

  • Les douleurs thoraciques.

  • Les douleurs du canal carpien.

  • Un zona.

  • Des douleurs d’épaule, des cervicalgies, un torticolis.

  • Des maux de dos comme les lombalgies, les sciatiques ou les hernies.

La neurostimulation transcutanée, quel en est le principe ?

Cette technique utilise un courant électrique transmis grâce aux électrodes placées sur la peau. Selon les modalités utilisées à savoir, fréquence faible inférieure à 10 Hz, ou élevée, supérieure à 50 Hz,  intensité faible ou forte, le mode d’action de cette neurostimulation sera différent.

 

La neurostimulation de type fréquence élevée et intensité faible concerne surtout la prise en charge des douleurs aigües et localisées : névralgies, algies faciales...

 

La neurostimulation avec une fréquence faible et d’intensité élevée s’utilise plutôt pour des douleurs liées à l’arthrose ou des séquelles douloureuses de fractures.

La sophrologie-relaxation, de quoi s’agit-il ?

Il s’agit d’une méthode psychologique et thérapeutique qui recherche la domination de douleurs ou de malaises psychiques et l'équilibre de la personnalité.

 

Ces techniques de relaxation, pratiquées le plus souvent en posture assise et lors d’une séance individuelle, sont d'abord liées au présent (concentration sur un stimulus interne, par exemple), puis au futur (préparation positive à une épreuve) ou au passé (rappel d'un souvenir positif).

 

Il s’agit d’une technique de relaxation qui permet, en complément du traitement antidouleur, d’augmenter le niveau de soulagement grâce à la détente, un relâchement général et l’utilisation de pensées positives. En effet, chaque personne possède son propre seuil de tolérance face à la douleur.

Le biofeedback, de quoi s’agit-il ?

Le biofeedback utilise un paramètre physiologique (tonus musculaire, tonus vasomoteur, respiration) qu’il s’agit de contrôler par une focalisation mentale, ce qui permet ensuite d’agir sur des processus mentaux.

 

Le contrôle de ce paramètre se fait par la concentration. Le patient est informé du niveau de ce paramètre par un signal sonore ou visuel, voire un enregistrement de l’activité électrique ou musculaire qui objective alors le résultat obtenu.

La thérapie cognitivo-comportementale, de quoi s’agit-il ?

Cette technique incite le patient à mieux identifier le problème de la douleur et les limitations que celle-ci provoque. Serontensuite élaborés des moyens ou véritables stratégies pour faire face à ces situations. Ces techniques sont développées lors de séances dédiées. La mise en pratique au quotidien et au domicile en sera ensuite facilitée.

Qui pratique ces techniques ?

Le plus souvent il s’agit d’un professionnel de santé formé à celles-ci.

Qu’en est-il de ma prise en charge si je bénéficie de ces techniques ?

Certaines de ces techniques non médicamenteuses sont remboursées par la Sécurité Sociale. C’est le cas de la neurostimulation, de l’acupuncture et de la thérapie cognitivo-comportementale. Leur réalisation est alors programmée suite à une prescription médicale.

Pour la sophrologie-relaxation ou le biofeedback, la pratique de ces techniques est libre et non remboursée par la Sécurité Sociale.

Des techniques non médicamenteuses peuvent être associées aux antidouleurs afin d’améliorer le niveau de soulagement, dans le cadre d’une douleur chronique. N’hésitez pas à vous renseigner, mais retenez que chaque situation est unique.

Cabinet médical

8 Rue Jean Bart ,
27000 EVREUX, France

Contacts

  • Fixe : 02 32 33 06 34
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Enceinte, je m’informe sur le déclenchement d’accouchement

    Le déclenchement artificiel de votre accouchement est envisagé. L’accouchement peut être programmé pour raison médicale ou non. Cette technique respecte un certains nombres de règles pour vous permettre de donner la vie dans les meilleures conditions.

    Lire la suite
  • Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

    Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l’origine de lésions précancéreuses au niveau du canal anal chez les patients porteurs du VIH. Le risque est ensuite relativement élevé de déclencher un cancer. Le dépistage de ces lésions joue un rôle capital pour prévenir l’apparition d’une tumeur dans cette zone. Un suivi médical proctologique régulier est donc indispensable.

    Lire la suite
  • J’ai du diabète : comment gérer le jeûne du Ramadan ?

    Le Ramadan est le quatrième des cinq piliers de l’Islam, avec la prière, la profession de foi, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. Au cours de ce mois, il est interdit aux adultes de manger et boire de l'aube au coucher du soleil. Si vous avez du diabète, faire le Ramadan est très souvent possible, mais cela doit être préparé pour éviter les risques liés au jeûne. Il est indispensable d’en discuter avec votre médecin avant le Ramadan.

    Lire la suite
  • J’ai une BPCO et je vais avoir une anesthésie

    Avant toute intervention chirurgicale chez une personne souffrant de BPCO (Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive), l’anesthésiste doit évaluer la sévérité des troubles respiratoires afin de prendre les précautions nécessaires pour réaliser l’anesthésie en toute sécurité et faciliter les suites post-opératoires.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale