Docteur Jean Christophe Cronel

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Mon enfant est peut être concerné par l'anorexie : comment puis-je réagir ? - Docteur Jean Christophe Cronel - Docvadis

Mon enfant est peut être concerné par l'anorexie : comment puis-je réagir ?

L’anorexie mentale est un trouble du comportement alimentaire qui touche principalement les adolescentes. Comment le dépister et comment réagir ? Quelques pistes.

Qu'est-ce que l'anorexie ?

  • L’anorexie mentale se caractérise par un refus et une peur de prendre du poids alors que celui-ci est bien en dessous de la normale. C’est une maladie qui concerne le plus souvent des jeunes filles de 12 à 20 ans.

  • Elle se traduit par des restrictions alimentaires, associées très souvent à des crises de boulimie durant lesquelles la personne malade mange de manière excessive puis se fait vomir.

  • Elle peut provoquer une fatigue intense, une fonte musculaire, la chute des cheveux, une décalcification des os, des problèmes gastriques ou dentaires. Elle s’accompagne souvent de troubles dépressifs. 

  • Environ 5 % des personnes anorexiques meurent des suites de la maladie ou d'un suicide. Une prise en charge précoce évite les séquelles physiques, psychiques et sociales, et l’évolution vers une forme chronique.                                                                                            

Quels signes doivent m'alerter ?

  • Votre enfant a maigri de façon importante ou sa croissance s’est brusquement arrêtée.

  • Votre enfant change de comportement alimentaire : il saute des repas, refuse de manger les aliments qui font grossir, trie les aliments dans son assiette, prend des coupe-faims, boit beaucoup.

  • Votre enfant a une peur obsessionnelle de grossir. Il se trouve trop gros alors que, vous, vous le trouvez menu.

  • Votre fille n’a plus ses règles.

  • Votre enfant pratique une activité physique intense et manifestement excessive afin d’ « éliminer » les calories.

  • Votre enfant se plaint souvent de troubles digestifs, il vomit de manière répétée, il demande des laxatifs.

  • Votre enfant a peu d’amis et refuse de s’intégrer à un groupe.

Que puis-je faire ?

  • Parlez des signes que vous avez repérés avec votre enfant le plus rapidement possible.

  • Amenez-le à consulter un médecin spécialisé dans le traitement des troubles du comportement alimentaire ou, s’il préfère, un médecin qu’il connaît (médecin de famille, pédiatre) qui fera un premier bilan et établira un diagnostic.

  • Le médecin décidera peut-être de mettre en place une prise en charge adaptée à son cas qui fera intervenir plusieurs soignants : un médecin, un psychiatre ou psychologue et, éventuellement, un diététicien ou un médecin nutritionniste. Le soutien de l’ensemble de la famille sera favorable à la guérison.

Maintenez le dialogue avec votre enfant en évitant le jugement et la culpabilité. Montrez-lui votre affection, votre amour pour lui et rappelez-lui que vous serez toujours là pour l'aider quoi qu'il arrive.

Domèvre en Haye

2 rue Nationale,
54385 Domèvre En Haye, France

Contacts

  • Fixe : 0383230468
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Prédisposition génétique aux cancers du sein et des ovaires : que dois-je savoir ?

    Certaines mutations de nos gènes peuvent être à l’origine d’une augmentation du risque d’apparition d’un cancer. C’est le cas des mutations des gènes BRCA 1 et 2, PABL2 et RAD51 qui augmentent le risque de survenue des cancers du sein et des ovaires. C’est ce que l’on appelle la prédisposition génétique à un cancer.

    Lire la suite
  • Je m’interroge à propos du sommeil de mon nourrisson

    La durée du sommeil, sa nature et sa répartition dans la journée évoluent énormément lors des premiers mois de la vie de votre enfant. Le sommeil du nourrisson étant très différent de celui des adultes, les parents ont souvent des craintes quant à la bonne qualité du sommeil de leur bébé.

    Lire la suite
  • Notre médecin nous conseille un bilan pour infertilité : quels examens chez l’homme ?

    Parmi les causes d’infertilité, un facteur masculin seul ou associé à un facteur féminin est identifié chez plus de 50 % des couples. Ainsi, le bilan initial de la prise en charge de l’AMP (Assistance médicale à la procréation) concerne aussi les hommes. Le bilan comporte un interrogatoire, un examen clinique et quelques examens médicaux indispensables et systématiques, comme le spermogramme. D’autres seront réalisés seulement s’ils s’avèrent indispensables pour la prise en charge.

    Lire la suite
  • Une unité d’alcool, c’est-à-dire : un schéma pour comprendre

    Ces schémas vous permettent de visualiser ce qu’est une unité d’alcool selon ce que vous consommez. Il est recommandé de ne pas dépasser 2 unités d’alcool par jour en moyenne pour les femmes (14 par semaine) et 3 unités par jour pour les hommes (21 par semaine). Au-delà la consommation d’alcool peut être considérée comme étant à risque. Votre médecin pourra les commenter avec vous.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale