Le site du Docteur Jean SIMEONPAUL

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
En savoir davantage sur la rupture d'anévrisme - Le site du Docteur Jean SIMEONPAUL - Docvadis

En savoir davantage sur la rupture d'anévrisme

Un anévrisme est une zone de fragilité sur la paroi des artères. Sa rupture entraîne des hémorragies aux conséquences variées.

Qu’est-ce qu’un anévrisme ?

Un anévrisme est une dilatation localisée sur la paroi d’une artère.

Il se forme une sorte de poche, ou hernie, remplie de sang stagnant.

Pourquoi se forme-t-il ?

L’anévrisme est dû à une fragilisation et à un amincissement de la paroi de l’artère. Sous la pression sanguine qui règne dans l’artère, la hernie se forme.La formation de l’anévrisme est souvent liée à des facteurs de risque cardiovasculaire, comme :

  • Un excès de cholestérol dans le sang qui entraîne un dépôt sur les parois des artères et les fragilise.

  • L’hypertension artérielle, qui entraîne la formation de l’anévrisme et sa rupture.

  • Le tabac et l’obésité.

  • Une fragilité congénitale des artères, une infection sanguine...

Pourquoi y a-t-il rupture ?

La rupture survient lorsque la paroi est trop fragile ou lorsque la pression sanguine s’élève rapidement : le matin au lever, lors d’un effort...

La rupture entraîne une hémorragie. Sa gravité dépend de l’importance de l’hémorragie et de sa localisation.

Vais-je avoir des séquelles ?

La rupture d’anévrisme a des conséquences variables selon l’artère en cause.

Au niveau du cerveau, l’hémorragie provoque un hématome qui peut comprimer le cerveau et empêcher la partie du cerveau comprimée de fonctionner normalement. Les symptômes varient suivant la zone touchée, d’un mal de tête intense à la paralysie de certaines parties du corps, voire au coma.

Au niveau de l’aorte, l’hémorragie peut malheureusement entraîner la mort.

Lors de la rupture de l'anévrisme le sang se répand vers l'extérieur : c'est l'hémorragie

La formation d’un anévrisme est souvent la conséquence de maladies cardiovasculaires (cholestérol, hypertension), du tabac, de l’obésité. Sa rupture peut avoir des conséquences très graves.

cabinet médical

24 Cité DOTHEMARE ,
24 RUE DE BOUCHERVILLE,
97139 LES ABYMES, Guadeloupe

Contacts

  • Fixe : 0590836550
  • Fax : 0590203233
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

    Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • Pour que le psoriasis ne gâche pas notre vie

    Cette vidéo raconte le vécu de deux personnes ayant un psoriasis. Non contagieuse, cette maladie est pourtant difficile à vivre. Affronter le regard des autres, se couvrir, se priver de sorties, éviter la plage … Epreuve certes, mais formidables messages d'espoir que ces témoignages. Comme Ismehène et Yan, ne vous laissez pas aller : luttez, relativisez !

    Lire la suite
  • J’ai des vertiges

    Tout tourne autour de vous ? Il s’agit de vertiges. Ils sont probablement bénins. Quelques repères sont utiles pour comprendre leur origine, leur prise en charge et la démarche à avoir si vous en ressentez.

    Lire la suite
  • Je comprends ce qu'est la maladie de Waldenström

    La maladie de Waldenström est une maladie de la moelle osseuse, plus particulièrement des lymphocytes B (très exactement une cellule appelée lymphoplasmocyte), qui font partie des globules blancs. Elle doit son nom à Ian Waldenström, médecin suédois qui l’a décrite le premier, en 1944. Plutôt rare (180 à 300 cas en France), elle touche davantage les hommes que les femmes. C’est une maladie que l’on sait contrôler durablement dans le temps.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale