Le site du Docteur Jean SIMEONPAUL

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer de l'endomètre : je comprends son origine et les moyens du diagnostic - Le site du Docteur Jean SIMEONPAUL - Docvadis

Cancer de l'endomètre : je comprends son origine et les moyens du diagnostic

Le cancer de l'endomètre est une tumeur maligne développée dans l'appareil génital féminin. Il s’agit d’une maladie relativement fréquente, souvent diagnostiquée à un stade précoce ce qui permet un meilleur pronostic.

Qu'est-ce que l'endomètre ?

L'endomètre est une couche de tissu muqueux qui tapisse l'intérieur de l'utérus.

Pendant la période des règles, l'endomètre se prépare à chaque cycle à l'éventuelle implantation d'un ovule fécondé. Les cellules de l'endomètre se multiplient pour préparer cette implantation. Lors de la grossesse, l'endomètre est le lieu de développement de l'embryon puis du fœtus. Quand l'implantation n'a pas lieu, c'est-à-dire en l'absence de grossesse, la partie superficielle de l'endomètre est éliminée par les règles.

Représentation schématique vous permettant de visualiser un utérus sain et de le comparer ainsi à la localisation et à l'extension du cancer de l'endomètreReprésentation schématique vous permettant de visualiser un utérus sain et de le comparer ainsi à la localisation et à l'extension du cancer de l'endomètre

Le cancer de l'endomètre est-il fréquent ?

Le cancer de l'endomètre est le plus fréquent des cancers gynécologiques du petit bassin et il se situe au 5ème rang des cancers de la femme. Il survient le plus souvent après la ménopause (+80 %), l'âge moyen des femmes lors du diagnostic étant de 68 ans.

La majorité des cancers de l'endomètre sont diagnostiqués à un stade précoce, ce qui permet une prise en charge rapide. De ce fait, le pronostic du cancer de l'endomètre est globalement bon, avec une survie à 5 ans de 95 % dans les formes localisées les plus fréquentes.

Quelles sont les causes du cancer de l'endomètre ?

On ne connaît pas de cause précise au cancer de l'endomètre, mais certains facteurs de risque prédisposent à son développement. Les plus importants sont l'obésité, le diabète et l'absence d'activité physique. Certains traitements hormonaux du cancer du sein augmentent un peule risque de survenue.

Comment le cancer de l'endomètre évolue-t-il ?

La tumeur est d'abord limitée à la muqueuse de l'utérus.

Ensuite elle pénètre dans le muscle de l'utérus. Puis, la tumeur s'étend localement au col, au vagin puis aux organes voisins. Le développement se poursuit par l'atteinte des ganglions lymphatiques régionaux, l'extension vers le péritoine, et à distance en donnant des métastases dans différents organes (poumon, os foie).

Existe-t-il des formes héréditaires de cancer de l'endomètre ?

Oui, mais de manière exceptionnelle. Il s'agit du syndrome de Lynch ou cancer du colon héréditaire non polyposique. Il faut surtout y penser devant un cancer de l'endomètre survenant chez quelqu'un de jeune (avant 50 ans) et dans les familles ayant présenté plusieurs cas de cancer colorectal.

Comment me protéger contre le cancer de l'endomètre ?

Il n'existe pas de dépistage systématique du cancer de l'endomètre.
Vous pouvez vous protéger en luttant contre les facteurs de risque si vous en avez. La pratique d'une activité physique régulière et l'adoption d'une alimentation équilibrée sont toujours souhaitables.

Pratiquer une activité physique régulière et bien vous alimenter sont toujours de bonnes habitudes à prendre.Pratiquer une activité physique régulière et bien vous alimenter sont toujours de bonnes habitudes à prendre.

 

Quels sont les signes qui doivent m'inciter à consulter mon médecin ?

Si vous êtes ménopausée, tout saignement même minime doitvous inciter à consulter, même s’il ne s’agit d’un cancer de l’endomètre qu'une fois sur dix. Si vous n’êtes pas ménopausée, un saignement génital survenant en dehors des règles sans cause identifiée doit vous pousser à consulter votre médecin.

Quels sont les examens utiles au diagnostic de cancer de l'endomètre ?

En cas de suspicion de cancer de l’endomètre, plusieurs examens peuvent être nécessaires pour confirmer le diagnostic.

Le premier examen consiste en une palpation de l'abdomen et des ganglions à la recherche de masses anormales, puis en un examen gynécologique avec toucher vaginal et rectal à la recherche d'anomalies du petit bassin.

L'échographie de l'utérus recherche une augmentation de l'épaisseur de l'endomètre.

L'hystéroscopie est un examen qui permet de visualiser l'intérieur de l'utérus avec une petite caméra.

La biopsie de l'endomètre consiste à prélever un fragment de tissu de l'endomètre ; ce fragment sera ensuite analysé en laboratoire, ce qui permettra de confirmer la présence éventuelle d’un cancer. La biopsie de l'endomètre peut se faire sous anesthésie.

L'examen d'imagerie par résonance magnétique (IRM) permet d’évaluer au mieux l'extension du cancer de l'endomètre.

En fonction de votre situation, votre médecin pourra vous proposer d'autres examens complémentaires.

Il faut noter que les prises de sang ne permettent pas d’établir un diagnostic dans le cas du cancer de l’endomètre car il n'existe pas de marqueur spécifique pour cette maladie.

Tout saignement survenant après la ménopause doit vous inciter à consulter votre médecin qui décidera de la conduite à tenir la mieux adaptée à votre situation.

cabinet médical

24 Cité DOTHEMARE ,
24 RUE DE BOUCHERVILLE,
97139 LES ABYMES, Guadeloupe

Contacts

  • Fixe : 0590836550
  • Fax : 0590203233
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

    Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • Pour que le psoriasis ne gâche pas notre vie

    Cette vidéo raconte le vécu de deux personnes ayant un psoriasis. Non contagieuse, cette maladie est pourtant difficile à vivre. Affronter le regard des autres, se couvrir, se priver de sorties, éviter la plage … Epreuve certes, mais formidables messages d'espoir que ces témoignages. Comme Ismehène et Yan, ne vous laissez pas aller : luttez, relativisez !

    Lire la suite
  • J’ai des vertiges

    Tout tourne autour de vous ? Il s’agit de vertiges. Ils sont probablement bénins. Quelques repères sont utiles pour comprendre leur origine, leur prise en charge et la démarche à avoir si vous en ressentez.

    Lire la suite
  • En savoir davantage sur la rupture d'anévrisme

    Un anévrisme est une zone de fragilité sur la paroi des artères. Sa rupture entraîne des hémorragies aux conséquences variées.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale