Le site du Docteur Jean- Pierre Morand

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je concilie activité physique et vie quotidienne avec le diabète - Le site du Docteur Jean- Pierre Morand - Docvadis

Je concilie activité physique et vie quotidienne avec le diabète

Trente minutes d’activité physique quotidienne et modérée sont suffisantes pour vous apporter de véritables bénéfices de santé.

Apprenez ou ré-apprenez à bouger

La vie quotidienne offre de nombreuses occasions de se mettre en mouvement : marcher 10 minutes, bricoler, faire un quart d'heure de vélo, promener son chien ou partir à pied acheter une baguette de pain. Mises bout à bout, ces activités représentent l'exercice physique minimum nécessaire pour agir sur votre glycémie et votre santé en général.

Il faut inscrire progressivement le mouvement dans votre vie quotidienne, et y prendre du plaisir de façon à ce que cela dure et se répète chaque jour.

En fonction de votre cadre de vie - en centre-ville, en banlieue, à la campagne -, de votre rythme et de vos habitudes et en vous fixant de petits objectifs, vous allez identifier ce qui est faisable pour vous : remplacer un trajet en voiture par une marche à pied, tout est propice à changer l'immobilité par le mouvement.

Peut-être viendrez-vous ensuite à une pratique de loisir sportive, mais ce n'est pas une obligation. En revanche, si vous le souhaitez, et si votre bilan médical approfondi l'autorise, sachez que de nombreuses fédérations sportives commencent à développer le «sport-santé» au sein du tissu associatif local. Vous pouvez aussi opter pour une pratique sportive autonome (vélo, footing).

Apprenez à surmonter vos difficultés

Chacun d'entre nous a une idée subjective de son corps en mouvement et de l'exercice physique.

Avancer toutes sortes d'excuses pour ne pas faire d'exercice physique - je n'ai pas le temps, cela coûte cher - n'a rien d'anormal. Les mauvais souvenirs que l'on garde des cours de gymnastique à l'école ou la façon dont on parlait du sport à la maison peuvent être à l'origine de cette réticence.

Si c'est votre cas, vous pouvez vous faire aider pour comprendre ce qui vous bloque. Des professionnels de l'éducation médico-sportive sont là pour vous accompagner dans cette démarche : en discutant avec vous de votre motivation, en vous proposant de participer à des ateliers collectifs. Vous vous rendrez compte alors que vous n'êtes pas seul à ressentir ces difficultés, vous échangerez points de vue et astuces pour les surmonter.

Vous pouvez rencontrer ces professionnels dans les structures spécialisées en éducation médico-sportive telles que les maisons du diabète.

Hypoglycémie pendant et après l'effort

Le risque d'hypoglycémie varie selon l'effort (en fonction de sa durée, de son intensité), de l'apport alimentaire et du traitement. Le sucre est utilisé pendant et après l'effort, c'est à ces moments-là que les hypoglycémies peuvent survenir. Majoritairement, ce risque est faible.

Par précaution, prévoyez de quoi vous re-sucrer rapidement (boissons sucrées) en cas d'hypoglycémie. Par la suite, apprenez à modifier soit le repas précédent, soit la dose d'insuline pour éviter que l'hypoglycémie ne se reproduise.

Si vous envisagez une activité intense (grande randonnée ...) ou si vous ressentez souvent des hypoglycémies à l'effort, vous pouvez prendre une collation supplémentaire (si le repas est éloigné) ou un repas riche en sucres lents (pâtes, céréales, légumineuses) + légumes par exemple) avant et/ou après l'effort.

Dr Jean-Pierre MORAND

39 ter Boulevard de Cimiez ,
06000 NICE, France

Contacts

  • Fixe : 04 93 53 04 04
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Je comprends le lien entre hypertension artérielle et insuffisance rénale

    Les maladies du rein peuvent entraîner une hypertension artérielle et, inversement, l’hypertension artérielle augmente les risques de maladie rénale.

    Lire la suite
  • Mon enfant a-t-il un risque de devenir obèse ?

    La probabilité qu’un enfant obèse le reste à l’âge adulte varie selon les études : de 20 à 50 % pour une obésité avant la puberté, de 50 à 70 % pour une obésité débutant après la puberté. Il est recommandé de dépister tôt le surpoids voire l'obésité, pour une prise en charge précoce. Il y a des enfants qui sont plus à risque d’être obèses que d'autres.

    Lire la suite
  • Je prends des benzodiazépines : que devrais-je savoir ?

    Les benzodiazépines sont une classe de molécules qui agissent sur le système nerveux central, prescrites pour traiter un problème d’anxiété, d’insomnie ou encore d’épilepsie. Si ces médicaments font souvent preuve d’une grande efficacité dans le traitement de ces troubles, il est important de suivre scrupuleusement les prescriptions de votre médecin, car un mauvais usage de ces molécules fait courir des risques.

    Lire la suite
  • Alcool en excès : à quel moment suis-je en danger ?

    L’alcool n’est pas une substance nocive à faible dose, mais peut être responsable de graves dommages sociaux et médicaux s'il est consommé de manière excessive ou par des personnes fragilisées. Il est alors important de pouvoir évaluer sa consommation, et de résoudre un éventuel abus ou une dépendance.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale