Le site du Docteur Jean-Pierre HUMBERT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Je serai absent du 22/12/2018 au 02/01/2019
Pendant la fermeture du cabinet médical, en cas d'urgence contacter le 01 53 94 94 94 ou le 15 pour les urgences graves.
Reprise des activités le Jeudi 3 Janvier 2019 aux heures habituelles.

Je perçois des sifflements dans ma tête et mes oreilles - Le site du Docteur Jean-Pierre HUMBERT - Docvadis

Je perçois des sifflements dans ma tête et mes oreilles

Les acouphènes chroniques sont une perception auditive d’un son parasite non liée à une source sonore. Ils ressemblent à un sifflement ou à un bourdonnement et sont ressentis dans le crâne, dans une oreille ou dans les deux.

Les acouphènes chroniques, qu’est-ce que c’est ?

Ce sont des sons, des sifflements ou des bourdonnements perçus à l’intérieur du crâne ou de l’oreille.
Il en existe deux types :

  • Les acouphènes dits « objectifs ». Ils peuvent être entendus par le médecin puisqu’il s’agit d’un bruit d’origine mécanique pouvant être lié à un bouchon de cérumen, une pression acoustique.

  • Les acouphènes dits « subjectifs ». Ils ne sont perçus que par la personne qui en souffre. Ils sont inaudibles par le médecin, car ils ne sont pas provoqués par une onde sonore.

Quelles sont les causes des acouphènes ?

Certains acouphènes peuvent être ressentis à la suite d’une soirée bruyante ou de l’écoute de sons aigus et prolongés. Dans ce cas, la gêne sera de courte durée.
Ils peuvent être provoqués par une lésion, une maladie, une déformation, une obstruction de l’appareil auditif (oreille externe, moyenne ou interne).
Ils peuvent également être occasionnés par une lésion du nerf auditif ou une atteinte du système nerveux.
Bien qu’invalidants et parfois ressentis comme inquiétants, la plupart du temps, les acouphènes sont sans gravité. Mais, lorsqu’ils persistent, ils constituent un véritable état douloureux chronique avec un retentissement très important sur la qualité de vie.
Ils imposent un bilan.

A qui dois-je m’adresser ?

Parce que les causes sont multiples et qu’il existe plusieurs types d’acouphène, vous devez d’abord en parler à votre médecin traitant habituel qui fera un premier bilan et décidera, si nécessaire, de vous orienter vers un spécialiste pour effectuer des tests.
Dans ce cas, un examen et un bilan auditif seront réalisés par un ORL, afinde vérifier une éventuelle pathologie de votre système auditif.
Par la suite, et si nécessaire, d’autres examens pourront être réalisés par un neurologue.

Quels types d’examen seront faits ?

Vous répondrez à un interrogatoire précis afin de décrire votre acouphène : perception, fréquence, origine, intensité, tonalité, mesure du handicap lié à l’acouphène.
Vous devrez préciser également si vous êtes sujet à d’autres symptômes auditifs, comme une diminution de l’audition ou, au contraire, une hypersensibilité ou bien des vertiges ou des troubles de l’équilibre.
L’examen clinique comporte un examen de vos oreilles, un test de l’audition et un examen de l’oreille interne et du système nerveux.
Un autre examen appelé « acouphénométrie » permet de préciser les caractéristiques de l’acouphène. Sur les indications du patient, l’appareil imite l’acouphène, se rapprochant ainsi au plus près de la perception.
Des examens biologiques, cardiologiques, rhumatologiques, dentaires peuvent également vous être prescrits pour affiner le diagnostic.

Comment les acouphènes évoluent-ils ?

Les acouphènes peuvent être précédés et accompagnés d’une hypersensibilité auditive. Les bruits de la vie quotidienne sont alors perçus de façon anormalement gênante.
Lorsque l’acouphène s’installe, sa perception diffère d’une personne à l’autre. Il est ressenti de façon plus ou moins handicapante.
La plupart du temps, ses effets s’estompent à mesure que le temps passe et que l’habitude permet de maintenir le bruit parasite à distance. Cette maîtrise de la perception peut intervenir au bout de quelques semaines à quelques années.

Quelles précautions dois-je prendre ?

  • Evitez les environnements trop bruyants.

  • Evitez le silence qui fait ressortir l’acouphène.

  • Evitez les excitants comme l’alcool, le thé, le café et les sodas caféinés.

  • Détendez-vous autant que possible avec de la musique douce, la pratique du yoga ou de la sophrologie.

Comment puis-je être soulagé(e) ?

La prise en charge des acouphènes reste difficile. Si les acouphènes ne relèvent pas d’un traitement ORL, alors, en fonction du diagnostic et de votre état de santé, votre médecin pourra vous proposer un traitement (anxiolytiques, antidépresseurs), mais celui-ci n’est pas systématique.
Il existe également des thérapies sonores qui consistent à couvrir l’acouphène pour habituer le patient à le négliger, puis, peu à peu, à l’oublier.
Les autres solutions relèvent de thérapies comportementales, afin de lever le stress lié aux acouphènes.

Les acouphènes chroniques peuvent être très invalidants. Longtemps négligés, ils font aujourd’hui l’objet de recherches qui aboutiront à de futurs protocoles thérapeutiques.
Ne restez pas isolé(e), parlez-en à votre médecin.

Cabinet de médecine générale


DR JP HUMBERT, 9 rue Henri Turot ,
75019 PARIS, France

Contacts

  • Mail: jean-pierre.humbert3@orange.fr :
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je débarrasse mon domicile des punaises de lit : les bons conseils

    Les punaises de lits sont de petits insectes parasites suceurs de sang qui piquent pour se nourrir. Elles ne sont vecteur d’aucune maladie mais, la piqûre peut s’infecter si elle est grattée avec des mains sales. Elles restent principalement dans les chambres et les salons et se cachent dans les coutures de matelas ou de canapés, les structures de lits, les meubles, les objets, sous les papiers peints, etc. Lorsque l’infestation est importante, elles envahissent plus largement l’habitation. Il est tout à fait possible de se débarrasser des punaises de lit, mais il faut être bien organisé. Voici quelques conseils simples à respecter.

    Lire la suite
  • J’affronte le froid : les bons conseils

    Haute altitude, excursion en région polaire ou vague de froid inhabituelle, une exposition prolongée à des températures négatives peut être dangereuse pour votre santé. Les deux principaux risques sont les gelures et l’hypothermie. Pour éviter ces risques, préparez soigneusement votre sortie. Voici quelques conseils simples à suivre.

    Lire la suite
  • Ne mangez pas en regardant la télé

    Un clip pour illustrer qu’on ne regarde pas la télévision en mangeant. Pour ne pas manger trop, il faut se concentrer sur son repas, ce qu’on appelle manger en pleine conscience.

    Lire la suite
  • J’ai les bons réflexes en période de canicule

    Une canicule est une vague de forte chaleur, en journée comme de nuit, qui s’étend sur plusieurs jours. Plus la vague de chaleur dure dans le temps, plus les conséquences sur la santé se font sentir, touchant gravement les organismes les plus fragiles. Le suivi de certaines recommandations permet cependant de réduire les risques.

    Lire la suite
  • J'ai de l'asthme : je comprends ma maladie

    L’asthme est une maladie inflammatoire chronique des voies respiratoires, qui survient à tout âge et qui peut toucher tout le monde.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale