Le site du Docteur Jean-Pierre HUMBERT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée

Je serai absent du 22/12/2018 au 02/01/2019
Pendant la fermeture du cabinet médical, en cas d'urgence contacter le 01 53 94 94 94 ou le 15 pour les urgences graves.
Reprise des activités le Jeudi 3 Janvier 2019 aux heures habituelles.

Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ? - Le site du Docteur Jean-Pierre HUMBERT - Docvadis

Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ?

De nombreuses boissons sont substituées aux laits infantiles. Elles ne couvrent pas les besoins des nourrissons et entraînent des carences graves pour la santé et le développement de l’enfant.

Quelle différence y a-t-il entre le lait, les préparations infantiles, les jus végétaux et les autres laits ?

Le lait : la réglementation européenne définit le lait comme « le produit provenant de la traited’une ou de plusieurs vaches ». En France, selon la réglementation en vigueur, tout lait provenant d’autres animaux doit porter la mention « lait de… » et préciser l’animal dont il est issu (lait de brebis, lait d’ânesse…).

Les préparations infantiles : elles sont constituées à partir de lait de vache; celui-ci ne convient pas aux enfants avant 3 ans. Il est modifié pour constituer les préparations infantiles, dont la composition est ainsi adaptée aux besoins des nourrissons.

Les boissons d’origine végétale : seules sont autorisées les appellations « lait de coco » et « lait d’amande ». Les autres produits doivent être appelés « boisson » ou « jus ».

Quels sont les besoins d'un nourrisson ?

Au cours de sa première année, l’enfant connaît une croissance très forte : son poids est multiplié par 3, il grandit d’environ 50 % par rapport à sa taille de naissance et son cerveau, qui pèse 300 à 400 g à la naissance, pèse plus de 1 kg à un an.

Il a besoin d’une alimentation adaptée pour accompagner sa croissance et lui permettre de se développer, avec des quantités de lipides, de calories, de vitamines et de micronutriments bien précises.

Les normes de composition des préparations pour nourrissons et préparations de suite ont été fixées en fonction de ces besoins.

Quelle est l’alimentation la mieux adaptée pour mon bébé ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande aux mamans d’allaiter leur bébé au cours des six premiers mois de sa vie.

Si elles ne peuvent pas ou choisissent de ne pas le faire, l’OMS préconise l’utilisation des laits infantiles 1âge (maintenant appelés préparations pour nourrissons), puis des laits 2âge (maintenant appelés préparations de suite) à partir de 4 mois.

Quelle est la composition d’une préparation infantile ?

L’Union Européenne fixele cadre règlementaire de la fabrication des préparations infantiles. Elles sont élaborées selon des normes strictes fixées à la suite de l’analyse du lait maternel, pour en être le plus proche possible. La règlementation impose également une forte traçabilité ; la provenance des laits est extrêmement contrôlée. Les préparations infantiles ne doivent pas contenir de substances néfastes ni pesticides (règlementation CE).

Pourquoi les préparations infantiles sont-elles adaptées à l’alimentation des bébés ?

La composition des préparations infantiles se rapproche au plus près de celle du lait maternel. Elles assurent l’ensemble des besoins nutritionnels des nourrissons avant un an et procurent les quantités nécessaires de fer, de graisses, de vitamines ou encore de minéraux, qui permettent aux bébés de bien se développer.

Pourquoi les jus végétaux et les laits d’origines végétales ou non bovines ne sont-ils pas adaptés aux besoins des bébés ?

Les jus végétaux et les autres laits contiennent très peu de calories (38 pour 100 ml pour le soja, par exemple, contre 67 pour le lait 1âge), trop peu de fer (il n’y en a pas du tout dans le jus de riz), de calcium, de lipides et de vitamines.
Ils contiennent en revanche trop de sel.

Leur utilisation entraîne chez le nourrisson une insuffisance d’apports en énergie, en protéines, en acides aminés, en lipides, en minéraux, en vitamines et en oligo-éléments.

Quelles peuvent être les conséquences d’une alimentation non adaptée pour mon bébé ?

Des complications sévères ont été identifiées, notamment des risques :

  • D’anémie (manque de fer pour lequel on doit parfois procéder à des transfusions)

  • De carences en protéines et en zinc qui engendrent des problèmes cutanés majeurs

  • De carences en vitamines D et en calcium qui peuvent aboutir à des convulsions.

  • De carences en acides gras essentiels ou le fer qui peuvent provoquer des anomalies du développement cérébral de l’enfant.

D’une manière générale, chez un nourrisson, tout déficit d’apport essentiel a des conséquences graves ; il peut se retrouver en état de malnutrition, avec des complications pouvant aller jusqu’au décès.

 

De la naissance à 3 ans, un enfant a des besoins spécifiques en matière d’alimentation. Celle-ci doit être adaptée pour lui permettre de se développer dans de bonnes conditions. Les boissons autres que le lait maternel ou les laits infantiles ne présentent aucun intérêt et présentent un réel danger pour le développement de l’enfant. Votre pédiatre ou médecin généraliste suivant votre enfant peut vous renseigner en cas de question. Vous pouvez également vous reporter au dossier de l’OMS consacré à ce sujet : http://www.who.int/topics/infant_nutrition/fr/index.html

Cabinet de médecine générale


DR JP HUMBERT, 9 rue Henri Turot ,
75019 PARIS, France

Contacts

  • Mail: jean-pierre.humbert3@orange.fr :
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je choisis mieux mes aliments pour lutter contre mon excès de cholestérol

    Apprenez à consommer peu d'aliments augmentant le mauvais cholestérol et favorisez les aliments qui augmentent le bon cholestérol. Limitez fromages, produits laitiers au lait entier, beurre, crème fraîche, viande rouge, abats, œufs, charcuterie et viennoiseries. Privilégiez légumes, fruits et céréales complètes (les fibres qu'ils contiennet favorisent la digestion et l'élimination des graisses), ainsi que les poissons gras.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur les différentes techniques de chirurgie de l'obésité

    La chirurgie de l'obésité se décline en plusieurs techniques chirurgicales. Chacune d’entre elles, présente des avantages et des inconvénients.

    Lire la suite
  • Comment m'alimenter après une chirurgie de l'obésité ?

    La chirurgie de l’obésité (anneau, sleeve, ou bypass) modifie votre estomac et donc votre tolérance à l’alimentation. Après une chirurgie, la première étape est de savoir s’alimenter et de s’habituer à ce « nouveau tube digestif ». Ensuite, sur le long terme, bien s’alimenter permet de favoriser la perte de poids et de ne pas en reprendre.

    Lire la suite
  • J’adopte un régime pauvre en sel : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser simplement comment adopter un régime pauvre en sel. Suivre un régime hyposodé fait partie de votre traitement. Il contribuera à un meilleur équilibre de votre pression artérielle et est bon pour votre cœur. Il consiste à éviter le plus possible l’ajout de sel de cuisson et d’assaisonnement, ainsi que tous les aliments riches en sel. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • 7 repères pour savoir si mon ado a un problème avec la nourriture

    L’adolescence est une période où le regard des autres compte beaucoup pour votre enfant. C’est également à ce moment-là qu’il va vouloir prendre le contrôle de sa vie et de son corps et cela passe souvent par un changement dans son rapport à la nourriture faisant de l’adolescence un terrain propice au développement des troubles du comportement alimentaire.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale