Le site du Docteur Jean-Claude MARTIN

Rhumatologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je souffre d’une entorse de la cheville - Le site du Docteur Jean-Claude MARTIN - Docvadis

Je souffre d’une entorse de la cheville

L’entorse de la cheville est une pathologie très fréquente. Elle n’est pas toujours bénigne. Parfois, les lésions sont graves et peuvent laisser des séquelles.

Qu’est-ce qu’une entorse externe de la cheville ?

Une entorse est une lésion d’un ligament. La cheville est stabilisée par deux principaux ligaments, le ligament latéral interne et le ligament latéral externe, lui-même constitué de trois faisceaux (antérieur, moyen, postérieur).

 

Représentation simplifiée de la cheville

 

L’entorse la plus fréquente concerne le ligament externe. Elle peut être bénigne si les ligaments sont simplement distendus ou grave si ceux-ci sont arrachés.

Une entorse survient généralement lorsque votre cheville « s’est tordue ». Elle provoque le plus souvent une douleur, un gonflement (en « œuf de pigeon ») et une difficulté à bouger votre cheville. Des petites vaisseaux sanguins au niveau de l’articulation peuvent aussi être déchirés et entraîner l’apparition d’un bleu (hématome).

Représentation simplifiée de la cheville

Que puis-je faire si je suspecte une entorse de la cheville ?

A la suite de votre blessure, vous devez pratiquer le protocole GRECC (Glaçage, Repos, Elévation, Compression, Contention) pour diminuer l’inflammation et le gonflement de votre cheville et éventuellement calmer la douleur avec un antalgique.

  • Glaçage : Appliquez de la glace en intercalant un linge entre la peau et la glace pour éviter les brûlures par le froid. La glace doit épouser la forme de la cheville.

  • Repos : Evitez toute activité qui entraîne une douleur de la cheville.

  • Elévation : Surélevez votre jambe, au-dessus du niveau de votre cœur.

  • Compression : Mettez un bandage modérément serré pour ne pas couper la circulation du sang.

  • Contention : Portez une orthèse de stabilisation de la cheville (chevillière, attelle, etc., selon la gravité de l’entorse).

Quels sont les signes de gravité d’une entorse de la cheville ?

La douleur qui peut être très forte, à la limite de la syncope, ou non ressentie, n’est pas proportionnelle à la gravité de la lésion. En revanche, une sensation de craquement au moment du traumatisme ou un gonflement immédiat sont généralement les signes d’une rupture d’un ligament.

Vous devez consulter rapidement un spécialiste pour qu’il élimine d’autres pathologies, comme une fracture qui pourrait nécessiter une intervention chirurgicale, et qu’il détermine la gravité de votre entorse. Il vous prescrira éventuellement des examens complémentaires (radiographie, échographie) pour établir son diagnostic.

Quels sont les traitements possibles ?

Les traitements sont adaptés à la gravité de votre entorse.

Une entorse bénigne ne nécessite généralement que de simples traitements locaux (glaçages plusieurs fois par jour, anti-inflammatoires locaux si nécessaire) associés au port d’une chevillière (durant environ 3 semaines) et éventuellement à des exercices de renforcement musculaire et de rééducation proprioceptive, qui consiste à effectuer des exercices d’équilibre afin d’améliorer le contrôle de l’articulation. Un kinésithérapeute peut prendre en charge votre rééducation.

Une entorse grave peut bénéficier de traitements médicaux pour lutter contre la douleur, l’œdème et l’inflammation accompagnés d’un traitement orthopédique (immobilisation plâtrée), qui permet la cicatrisation du ligament, ou d’un traitementchirurgical (suture du ligament).

Comment puis- je éviter les récidives ?

La prévention des récidives implique que la prise en charge de votre traumatisme ait été effectuée rapidement et que la réadaptation ait été correctement suivie.Eventuellement, vous pouvez porter une chevillière au moment de la reprise de votre sport. Pensez également à vous échauffer et à utiliser de bonnes chaussures.La pratique régulière d’exercices de proprioception permet de renforcer le contrôle de l’articulation.

Il est important de traiter avec soin le premier épisode d’une entorse afin d’éviter d’éventuelles séquelles, comme des douleurs ou une instabilité de l’articulation, qui seront ensuite plus difficiles à soigner.

CABINET DE RHUMATOLOGIE ET REEDUCATION FONCTIONELLE

1 PLACE KLEBER ,
67000 STRASBOURG, France

Contacts

  • Fixe : 03 88 32 48 78
  • Fax : 03 88 75 65 63
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

HOPITAL DE HAUTE PIERRE

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J’ai une polyarthrite rhumatoïde : pourquoi une telle fatigue ?

    La fatigue est très fréquente chez les patients qui souffrent de polyarthrite rhumatoïde. Elle s’explique notamment par l’inflammation chronique qui caractérise la maladie. Parfois très handicapante, la fatigue est exacerbée par des facteurs comme la douleur, les troubles du sommeil ou la prise de certains traitements.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur le rôle des professionnels en psychiatrie

    De nombreux professionnels interviennent dans le secteur de la psychiatrie et de la santé mentale auprès des adultes. Chacun a un rôle précis et peut apporter une aide différente à ses patients, lorsque le suivi par le médecin traitant ne suffit pas.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur le rhumatisme psoriasique

    Le rhumatisme psoriasique est une maladie qui n’est pas rare et qui touche le plus souvent à la fois la peau et les articulations. Ce qui rend son diagnostic parfois difficile.

    Lire la suite
  • Je souffre du syndrome SAPHO : que devrais-je savoir ?

    Le syndrome SAPHO est une maladie qui touche les os, les articulations et la peau, entraînant des douleurs chroniques parfois handicapantes. De par sa complexité et sa rareté, cette pathologie est souvent difficile à diagnostiquer. Il est susceptible de rentrer dans le cadre de la spondyloarthrite

    Lire la suite
  • Mon enfant a un psoriasis

    Le psoriasis est une maladie chronique de la peau d’origine multifactorielle, fréquente, qui concerne environ 2 % des personnes en France, et ce à tous les âges. Les enfants peuvent être touchés par cette maladie, quelquefois au cours des premières années de leur vie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale