Le site du Docteur Jean-Christophe NICOLAS

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Mon enfant dort mal : est-ce normal ? - Le site du Docteur Jean-Christophe NICOLAS - Docvadis

Mon enfant dort mal : est-ce normal ?

Nuits agitées, ronflements, somnambulisme, terreurs nocturnes ou difficultés d’endormissement, un quart des enfants de moins de six ans souffrent de troubles du sommeil.

J’ai l’impression que mon enfant ne dort pas assez : est-ce le cas ?

Vers trois ans, le rythme de sommeil évolue avec une diminution de la fréquence et de la durée des siestes, accompagnée d’une baisse du temps de sommeilnocturne.

Chaque nuit est constituée de plusieurs cycles du sommeil qui se répètent. A cet âge, ces cycles s’allongent, passant d’un cycle de 50 minutes chez le nouveau-né à un cycle de 90 à 120 minutes chez l’enfant plus âgé.

Au final, c’est le temps moyen de sommeil par 24 heures qu’il faut surveiller : il est de 12 heures en moyenne à 3 ans, de 10 heures à 6 ans, et de 9 heures à 12 ans. Cependant, il ne s’agit que de moyennes et le temps passé à dormir peut fortement varier d’un enfant à l’autre pour le même âge.

 Le plus important est que votre enfant soit reposé dans la journée : une fatigue excessive, une irritabilité, des assoupissements fréquents durant la journée ou des siestes quotidiennes après sept ans sont les signes d’une durée de sommeil insuffisante.

Mon enfant a du mal à s’endormir : que dois-je faire ?

L’heure du coucher peut être vécue par votre enfant comme une séparation et un moment d’angoisse. Il va alors chercher à étirer le temps de veille en demandant une autre histoire, un verre d’eau, ou encore à aller aux toilettes. Vous pouvez faciliter l’endormissement en suivant quelques conseils :

  • Mettez en place un rituel précis et immuable pour le coucher : toilette, lecture, extinction des lumières, câlin, etc.

  • Le moment du coucher doit être calme et rassurant. Associez-y ses peluches, une chanson, une lumière basse. Évitez les batailles et les chatouilles.

  • Respectez un horaire stable, avec des repas à heures fixes et un rituel du coucher quotidien.

  •  Évitez le soir tout activité ou substance stimulantes : soda avec de la caféine, menthe, télévision, ordinateur… Les enfants qui regardent des écrans plus de deux heures par jour ont un coucher plus tardif et une durée de sommeil diminuée.

Mon enfant a unsommeil agité : est-ce normal ?

On appelle parasomnies des évènements indésirables qui se produisent à l’endormissement, pendant le sommeil ou lors de réveils partiels : somnambulisme (marche pendant le sommeil, les yeux grands ouverts), terreurs nocturnes, cauchemars, mouvements répétitifs de la tête, grincements de dents, pipi au lit, etc.

Ces parasomnies sont très fréquentes durant l’enfance et disparaissent le plus souvent à l’adolescence. Elles sont le plus souvent sans gravité, mais si elles perturbent durablement la qualité du sommeil de votre enfant ou si elles entraînent un risque pour sa santé (comme des chutes lors de crises de somnambulisme), parlez-en au médecin qui suit votre enfant. Certaines parasomnies étant parfois liées à des troubles psychiques, comme des troubles anxieux, votre médecin pourra vous proposer une consultation avec un pédopsychiatre.

Que faire pendant une terreur nocturne ?

Une terreur nocturne est très différente d’un cauchemar : l’enfant est souvent assis sur son lit, les yeux grands ouverts, l’air visiblement effrayé (il pleure ou hurle) et il ne semble pas avoir conscience des autres personnes dans la pièce (il ne répond pas ou prononce des paroles incohérentes). En réalité, il est toujours en train de dormir.

Survenant durant une phase profonde du sommeil, la terreur nocturne ne laisse en général aucune trace dans la mémoire de l’enfant à son réveil. L’épisode est souvent plus traumatisant pour les parents que pour l’enfant.

Durant une terreur nocturne, ne cherchez pas à réveiller votre enfant, veillez simplement à ce qu’il ne se blesse pas s’il sort du lit. Parlez-lui doucement en posant délicatement une main sur son front ou son bras pour le rassurer, sauf si cela provoque la réaction inverse. Si cela le calme, chantez-lui une berceuse en attendant la fin de la crise, qui dure entre une et trente minutes. Si les crises sont très fréquentes, parlez-enau médecin qui suit votre enfant.

Mon enfant ronfle : à quoi est-ce dû ?

Le ronflement est fréquent chez les jeunes enfants : plus de la moitié des moins de 4 ans ronflent de temps en temps, et environ 5 %, toutes les nuits. Ces ronflements sont dus à un obstacle qui perturbe le passage de l’air. Il peut s’agir d’une inflammation au niveau du nez ou du pharynx.

Le ronflement est le plus souvent sans conséquence pour l’enfant, mais il peut parfois demander davantage d’efforts à la respiration et perturber la qualité du sommeil, surtout s’il est quotidien.

Si le ronflement est interrompu par des arrêts respiratoires de plusieurs secondes précédant un ronflement plus intense, il peut s’agir d’une apnée du sommeil dite obstructive. Ce syndrome touche 1 à 3 % des enfants de moins de six ans, avec un plus fort pourcentage chez les enfants en surpoids.

Dans 75 % des cas, l’apnée du sommeil obstructive est due à une hypertrophie des amygdales, dont l’ablation fait disparaître les symptômes dans la grande majorité des cas. Les avantages et risques de procéder à une ablation seront pesés par le personnel médical, cette opération sous anesthésie générale étant lourde et comportant certains risques.

Il faut différencier les troubles du sommeil chroniques, qui durent au minimum plus d’un mois et pour lesquels des mesures doivent être prises, des troubles ponctuels liés en général à une cause identifiable : poussée dentaire, fièvre, colique, otite, etc. Quel que soit le trouble, l’usage de médicaments destinés à favoriser le sommeil est déconseillé chez les enfants. Demandez toujours conseil au médecin qui suit votre enfant avant d’administrer une substance à votre enfant, même s’il s’agit de phytothérapie.

 

Maison médicale

205 rue Marcel Ackermann ,
BP 8,
84430 MONDRAGON, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 40 95 10
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Comprendre l’insuffisance rénale chronique pour adhérer à mon traitement

    A la suite d’une maladie rénale chronique (MRC) qui altère progressivement les reins, il peut survenir une insuffisance rénale chronique (IRC). Il y a différents types de MRC ; mais les MRC ont une seule et même conséquence : l’IRC. Celle-ci est silencieuse. En effet, on ne souffre pas des reins. Cependant, une surveillance médicale régulière, la bonne observance de votre traitement et une hygiène diététique adaptée permettent de ralentir l’évolution de l’IRC et de prendre en charge ses conséquences.

    Lire la suite
  • Quiz diabète type 2 : que sais-je des risques liés à mon diabète ?

    Vous savez que vous avez un diabète de type 2. Votre médecin vous a expliqué la gravité de cette maladie longtemps silencieuse. Assurez-vous d’avoir compris et retenu quelles peuvent être les complications de cette maladie. Voici un quiz pour évaluer aujourd’hui vos connaissances. Alors, VRAI ou FAUX ? Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

    Lire la suite
  • Me préparer à la chirurgie de l’obésité : qui devrais-je voir ?

    Après en avoir parlé à votre médecin ainsi qu’à un spécialiste de l’obésité, vous avez décidé d’avoir recours à une chirurgie de l’obésité afin de perdre durablement du poids et de contrôler les maladies associées à votre surpoids. Il vous faut maintenant vous préparer au mieux pour cette intervention chirurgicale dont le succès est directement lié à votre implication dans la prise en charge, avant et après l’opération.

    Lire la suite
  • Diabète et artères

    Le diabète, s’il est mal équilibré, peut entraîner des complications. L'excès de sucre dans le sang peut abîmer les vaisseaux sanguins. Ces lésions, une fois installées, sont irréversibles : c’est pourquoi il est essentiel de bien contrôler votre diabète pour les prévenir. Vous surveillerez avant tout vos pieds et l'apparition de douleurs au niveau des jambes.

    Lire la suite
  • Comment m'alimenter après une chirurgie de l'obésité ?

    La chirurgie de l’obésité (anneau, sleeve, ou bypass) modifie votre estomac et donc votre tolérance à l’alimentation. Après une chirurgie, la première étape est de savoir s’alimenter et de s’habituer à ce « nouveau tube digestif ». Ensuite, sur le long terme, bien s’alimenter permet de favoriser la perte de poids et de ne pas en reprendre.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale