Le site du Docteur Jean-Christophe NICOLAS

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Comment m'alimenter après une chirurgie de l'obésité ? - Le site du Docteur Jean-Christophe NICOLAS - Docvadis

Comment m'alimenter après une chirurgie de l'obésité ?

La chirurgie de l’obésité (anneau, sleeve, ou bypass) modifie votre estomac et donc votre tolérance à l’alimentation. Après une chirurgie, la première étape est de savoir s’alimenter et de s’habituer à ce « nouveau tube digestif ». Ensuite, sur le long terme, bien s’alimenter permet de favoriser la perte de poids et de ne pas en reprendre.

Comment dois-je m'alimenter après mon opération ?

Après une intervention de chirurgie bariatrique, l’alimentation doit être adaptée au petit volume de votre estomac.

Pour cela, vous allez manger des aliments dont la consistance est modifiée :

  • D’abord liquide pendant quelques jours, durant l’hospitalisation.

  • Puis sous forme de purée ou mixée pendant les 2 ou 3 semaines après votre retour à la maison.

  • Progressivement, vous retrouverez une alimentation en morceaux, de texture normale.

Pour ne pas avoir de mauvaises surprises comme des vomissements, des douleurs ou une dénutrition, il est très important de suivre les conseils diététiques qui vous seront donnés.

Quelles nouvelles habitudes alimentaires dois-je adopter ?

Prendre de petites quantités à chaque repas et mastiquer lentement, pour une bonne tolérance.

Il est utile de fractionner les repas au début, c'est-à-dire de manger en plusieurs fois. Par exemple : décaler le dessert en collation ou au goûter.

 

Adaptez au début votre alimentation au petit volume de votre estomac en fractionnant vos repas. Augmentez progressivement la consistance de vos aliments (liquide, en purée ou mixé, puis en morceaux). Conservez un apport suffisant en protéines et évitez les aliments difficiles à digérer.

 

Attention, fractionner ne veut pas dire grignoter tout au long de la journée et n’importe quoi !

Manger assis dans le calme, pour éviter les blocages.

  • Arrêter de manger dès les premierstiraillements digestifs et dès que la sensation de faim disparaît. On parle de satiété.

  • Conserver un apport suffisant en protéines : viandes, poissons, œufs, produits laitiers, pour préserver votre masse musculaire. Vous pouvez commencer vos repas par ces aliments, pour être certain(e) de les consommer suffisamment.

  • Au début éviter les aliments difficiles à digérer comme :- Les aliments riches en fibres (poireaux, asperges...).- Les fruits et légumes avec une peau épaisse (raisins, orange).- Ceux qui prennent un volume important dans l’estomac (semoule, pain avec croûte...). Il est préférable de manger du pain de mie ou des biscottes.

  • Ne pas boire en mangeant, mais suffisamment entre les repas : sinon votre nouvel estomac sera rempli avec les liquides, avant même d’avoir commencé à manger.

  • Il est possible que les goûts changent, sans raison apparente, et que vous ne supportiez plus certains aliments : on appelle cela les intolérances alimentaires.

Dans ce cas, n’insistez pas et arrêtez de consommer l’aliment en question pendant quelques semaines. Vous le réessayerez plus tard. Il est par contre important de le remplacer par un aliment équivalent pour ne pas occasionner de dénutrition.

Par exemple en cas d’intolérance avec la viande rouge, penser à prendre une autre source de protéines : jambons, produits laitiers, poissons, œufs, et abats.

Adaptez au début votre alimentation au petit volume de votre estomac en fractionnant vos repas. Augmentez progressivement la consistance de vos aliments (liquide, en purée ou mixé, puis en morceaux). Conservez un apport suffisant en protéines et évitez les aliments difficiles à digérer.

Pendant combien de temps dois-je suivre ces nouvelles habitudes alimentaires et pourquoi sont-elles si importantes ?

Il faut maintenir une alimentation équilibrée ensuite et pour toute la vie.

  • Pour le résultat pondéral :Même si vous perdez du poids spontanément les premiers mois, la perte de poids se stabilise en général vers 12-18 mois après l'opération. Il est indispensable de modifier ses habitudes alimentaires, d’augmenter son activité physique.En effet, plusieurs mois après l’opération, vous serez habitué(e) à votre nouvel estomac et vous pourrez manger des quantités plus importantes. De plus, certaines envies qui avaient disparu au début peuvent réapparaître. Il est donc essentiel de limiter les boissons gazeuses, sucrées, alcoolisées, et les aliments gras et/ou sucrés (sauces, fritures, sucreries).

  • Pour éviter les carences :Comme les quantités d’aliments sont diminuées globalement et que l’absorption des aliments est réduite, dans le bypass, cette chirurgie peut entrainer des carences nutritionnelles : vitamines, minéraux, oligo-éléments...

La prise de suppléments dépend du type de chirurgie. Après "bypass", la supplémentation est systématique : multivitamines, calcium, vitamine D, fer et vitamine B12 le plus souvent.Après anneau et sleeve, elle se discute en fonction du bilan clinique et biologique, qui doit être réalisé régulièrement.

La meilleure façon d’éviter ou de limiter ces carences est de manger très diversifié sans exclure un type d’aliment. Par exemple, le fer est principalement contenu dans la viande rouge, le calcium dans les produits laitiers, et la vitamine B9 dans les légumes verts.

Comment puis-je m'y préparer ?

Très tôt, avant l’intervention, vous devez prendre de nouvelles habitudes alimentaires et réfléchir à une activité physique adaptée. Les professionnels de santé (médecins, diététiciens, infirmières, kinésithérapeutes, éducateurs médico-sportifs) sont là pour vous aider et vous proposer différentes activités éducatives, individuelles ou collectives.

L’objectif est de manger mieux et de bouger plus !

Que dois-je faire en cas de problèmes ?

  • Si je vomis très souvent les aliments ?

Ce n'est pas normal.

Des vomissements ou blocages sont possibles si vous mangez trop vite, de trop gros morceaux ou dans une ambiance tendue. Dans ces cas, il faut repérer « l’erreur », et les choses rentrent dans l’ordre.

En revanche, si ces vomissements, blocages ou douleurs persistent même quand vous suivez les conseils diététiques, qu’ils surviennent même pour des liquides comme l’eau : c’est qu’il y a un problème et qu’il faut consulter en urgence.

  • Si j’ai eu un bypass et que je me sens mal après le repas ?

Juste quelques minutes après un repas, vous pouvez ressentir une sensation de malaise : palpitations, mal de tête, nausées, diarrhées...

Ceci est dû à l’arrivée massive et rapide d’aliments riches en graisses ou en sucres dans l’intestin. En effet, celui-ci n’a pas l’habitude de recevoir ces aliments si peu digérés dans la mesure où ils passent très vite dans le petit estomac. C’est ce que l’on appelle le dumping syndrome.

Au moment du malaise, il faut s’allonger et attendre que les symptômes disparaissent : cela dure de quelques minutes jusqu’à 20 minutes environ. Il n’y a pas de traitement particulier, mais pour les éviter, il faut arrêter de manger l'aliment responsable : aliments trop sucrés (comme la confiture, un soda), ou gras (comme les glaces, une pâtisserie) par exemple.

Que dois-je faire en cas de malaise plus tardif, 3 à 4 heures après le repas ?

Ceci est beaucoup plus rare et ne survient qu'après bypass. Vous pouvez ressentir des suées, des tremblements, des palpitations, un flou visuel, des maux de tête, etc.

Ceci peut correspondre à une chute du taux de sucre dans le sang ou hypoglycémie.Parlez-en à votre médecin ou diététicien.

Comment puis-je me faire aider pour surmonter ces difficultés éventuelles ?

L’équipe de soins qui s’occupe de vous, vous accompagne : elle est là pour vous aider. Il est essentiel de faire le point dès les premières semaines avec une diététicien(ne) ou votre médecin, selon l'organisation de l'équipe, et d’en parler dès la préparation préopératoire.

Par ailleurs, des associations de patients peuvent vous donner quelques conseils : n’hésitez pas à les contacter.

 

Collectif National des Associations d'Obèses (CNAO)Tél : 01 42 71 17 57Courriel : cnao@wanadoo.frSite web : www.cnao.fr

 

Allegro FortissimoTél : 01 45 53 98 36Site web : www.allegrofortissimo.com

Après une chirurgie de l'obésité, il est important : de s'habituer à son nouvel estomac, d'éviter les carences et la reprise de poids sur le long terme, de consulter l’équipe et en particulier la ou le diététicien(ne) dès les premières semaines. Il n’est pas normal : de vomir, d’avoir des blocages ou des douleurs si l’alimentation est adaptée.

Maison médicale

205 rue Marcel Ackermann ,
BP 8,
84430 MONDRAGON, France

Contacts

  • Fixe : 04 90 40 95 10
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Comprendre l’insuffisance rénale chronique pour adhérer à mon traitement

    A la suite d’une maladie rénale chronique (MRC) qui altère progressivement les reins, il peut survenir une insuffisance rénale chronique (IRC). Il y a différents types de MRC ; mais les MRC ont une seule et même conséquence : l’IRC. Celle-ci est silencieuse. En effet, on ne souffre pas des reins. Cependant, une surveillance médicale régulière, la bonne observance de votre traitement et une hygiène diététique adaptée permettent de ralentir l’évolution de l’IRC et de prendre en charge ses conséquences.

    Lire la suite
  • Quiz diabète type 2 : que sais-je des risques liés à mon diabète ?

    Vous savez que vous avez un diabète de type 2. Votre médecin vous a expliqué la gravité de cette maladie longtemps silencieuse. Assurez-vous d’avoir compris et retenu quelles peuvent être les complications de cette maladie. Voici un quiz pour évaluer aujourd’hui vos connaissances. Alors, VRAI ou FAUX ? Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

    Lire la suite
  • Me préparer à la chirurgie de l’obésité : qui devrais-je voir ?

    Après en avoir parlé à votre médecin ainsi qu’à un spécialiste de l’obésité, vous avez décidé d’avoir recours à une chirurgie de l’obésité afin de perdre durablement du poids et de contrôler les maladies associées à votre surpoids. Il vous faut maintenant vous préparer au mieux pour cette intervention chirurgicale dont le succès est directement lié à votre implication dans la prise en charge, avant et après l’opération.

    Lire la suite
  • Diabète et artères

    Le diabète, s’il est mal équilibré, peut entraîner des complications. L'excès de sucre dans le sang peut abîmer les vaisseaux sanguins. Ces lésions, une fois installées, sont irréversibles : c’est pourquoi il est essentiel de bien contrôler votre diabète pour les prévenir. Vous surveillerez avant tout vos pieds et l'apparition de douleurs au niveau des jambes.

    Lire la suite
  • Diabète et reins

    Le diabète peut toucher les reins par une maladie lente et indolore. Celle-ci peut entraîner un mauvais fonctionnement du rein, aboutissant à la dialyse. Une surveillance régulière et une bonne hygiène de vie permettent de limiter cette menace. Une analyse d'urines sera faite une fois par an. Vous irez dans un laboratoires d'analyses avec votre ordonnance.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale