Le site du Docteur Isabelle LUCK

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Je souffre de troubles fonctionnels intestinaux - Le site du Docteur Isabelle LUCK - Docvadis

Je souffre de troubles fonctionnels intestinaux

Les troubles fonctionnels intestinaux sont très fréquents. Ils affectent jusqu’à 2 personnes sur 10. Il est possible de les traiter efficacement.

Je souffre de troubles fonctionnels intestinaux. Quelle est la différence avec une colopathie fonctionnelle ?

Les troubles fonctionnels intestinaux (ou TFI) et la colopathie fonctionnelle décrivent la même maladie.C’est une maladie qui affecte la motricité du côlon, aussi appelé « gros intestin ». On parle également de côlon irritable.Ces troubles se caractérisent par un dérèglement de la motricité et de la sensibilité de votre tube digestif.

Quels sont les symptômes de cette maladie ?

Les plus fréquents sont :

  • Des douleurs abdominales (soit diffuses, soit localisées).

  • Des ballonnements notamment après le repas ou le soir.

  • Une alternance de diarrhée et de constipation.

La présence de sang, de glaires ou encore de pus dans vos selles conduira votre médecin à rechercher une autre affection que des troubles fonctionnels intestinaux.

Les causes sont-elles connues ?

Les causes ne sont pas réellement connues. Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer l’origine de cette maladie : soit une hypersensibilité viscérale (des viscères), soit des troubles de la motricité digestive (fonctions nerveuses et musculaires de l’estomac et des intestins). Soit encore un déséquilibre lié à l’alimentation.

Comment cette maladie évolue-t-elle ?

A court terme, ces troubles évoluent généralement de façon favorable et disparaissent en quelques jours. De temps à autre, des poussées (crises) peuvent réapparaître et durer de quelques jours à quelques semaines.En aucun cas, ces troubles ne vous prédisposent au cancer colorectal.

Existe-t-il des facteurs déclenchant les crises ?

Oui. Les facteurs susceptibles de déclencher les crises sont nombreux et de différentes natures :

  • Facteurs psychologiques (stress, anxiété...).

  • Facteurs alimentaires (intolérance vis-à-vis de certains aliments...).

  • Facteurs liés au fonctionnement des cellules (facteurs dits histologiques).

Le facteur héréditaire est aussi un élément important.

Adoptez une bonne hygiène alimentaire, favorisant une alimentation variée et équilibrée. Évitez certains aliments qui fermentent beaucoup.

Listez les aliments à privilégier et ceux que vous tolérez moins, cela deviendra votre liste de course  : vous pouvez imprimer "Votre agenda gourmand", en bas du document, ou vous en inspirer pour créer le vôtre.

Comment soigne-t-on cette maladie ?

Généralement, différents traitements sont associés : des traitements pour soulager les douleurs (antispasmodiques pour lutter contre les spasmes musculaires douloureux), des médicaments pour traiter les troubles du transit (antidiarrhéiques ou anticonstipation).Des pansements intestinaux à base d’argile ou des adsorbants à base de charbon actif pour lutter contre les ballonnements peuvent également vous être proposés.

Une bonne hygiène alimentaire et la pratique d'un sport peuvent également diminuer vos troubles fonctionnels intestinaux.

Y a-t-il des examens à faire ?

Les examens ont pour objectif d’exclure toute autre affection. La coloscopie (examen du côlon) est prescrite si les symptômes sont récents et que le sujet est âgé. Elle consiste à glisser une sonde souple par l'anus jusque dans l’intestin. Une biopsie (petit prélèvement de tissu) pourra être faite. L’examen est réalisé à jeun sous anesthésie générale après une purge la veille. Avant l’examen, une consultation pré-anesthésique est nécessaire. Elle permet au médecin de prendre connaissance de tous les éléments médicaux concernant la personne, afin de réaliser l’anesthésie en toute sécurité et de répondre à toutes les questions.Mais il n’est pas nécessaire de faire ce type d’examen, ni de le renouveler s’il a été effectué une première fois.La coproculture (examen des selles) peut être demandée pour confirmer le diagnostic. Il n’est pas nécessaire de la renouveler trop souvent.

Faut-il suivre un régime alimentaire spécial ?

Il faut, avant tout, avoir une bonne hygiène alimentaire, favorisant une alimentation variée et équilibrée.Il n’y a pas de régime alimentaire qui convienne à tous. Il faut trouver celui qui vous convient le mieux. Certains légumes sont plutôt déconseillés comme les haricots, les choux, les salsifis, les brocolis, les petits pois, les artichauts, les concombres, les viandes en sauce, la charcuterie et les fruits secs. Ces aliments fermentent plus que d’autres et produisent des gaz.Il faut également penser à s’hydrater convenablement : ni trop ni trop peu, en évitant les boissons gazeuses et les excitants (alcool, café, thé).Vous devez penser à manger lentement, dans le calme et éviter de boire au cours des repas.Une activité physique ou relaxante (yoga, marche, natation, vélo...) régulière est également conseillée.

Les fibres (légumes verts, pain de seigle, son...) qui favorisent le transit intestinal peuvent provoquer des douleurs et des ballonnements abdominaux. Il ne faut pas en absorber en trop grande quantité, il est préférable de les consommer en petites quantités et mélangées à d’autres aliments.

Cabinet médical Xavier-Bichat

5 place du Général de Gaulle ,
Immeuble Le Triton,
78990 ELANCOURT, France

Contacts

  • Fixe : 01 30 66 04 71
  • Fax : 01 34 82 83 83
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Faculté de Médecine Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

null Guyancourt,
null Guyancourt, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • La dépression: combattre les idées reçues

      Dépression : halte aux idées reçues Source de nombreuses souffrances, la dépression touche plus de 3 millions de Français. Des études statistiques montrent que nul n'est à l'abri de faire une dépression, D'après le psychiatre suisse Poldinger, la probabilité de souffrir d'une dépression aus cours de la vie est estimée à 20- 30 % , c'est-à-dire qu'environ une personne sur trois parmi nous risque de traverser une fois dans sa vie un épisodde dépressif. Malgré ces chiffres importants, beaucoup d'informations erronées circulent sur cette maladie. Causes, symptômes, traitements, il n'est pas toujours facile de faire le point. Zoom sur les principales idées reçues. Concernant la dépression, les préjugés persistent. Est-ce une réelle maladie ? Est-ce psychologique ou physique ? La volonté suffit-elle à éradiquer une dépression ? Découvrez les 10 principales idées reçues sur la dépression. La dépression n'est pas une maladie. La dépression est une véritable maladie, définie par une association de symptômes et une prise en charge thérapeutique spécifique. Contrairement aux idées reçues, la dépression touche tous les âges, sexes et catégories sociales. Aujourd'hui, plus de 3 millions de personnes en souffrent en France. Dépression et déprime, c'est la même chose. La dépression n'a rien à voir avec une déprime ou un "coup de blues". Il est normal de temps à autre de se sentir triste, d'avoir le cafard et de ne pas avoir le moral. Ces épisodes font partie de la vie et sont caractérisés par leur durée limitée. Une dépression est définie par des perturbations de l'humeur multiples, qui s'installent de façon permanente pendant aux moins 15 jours. La dépression, c'est uniquement dans la tête. La dépression n'affecte pas uniquement la santé mentale. Les symptômes physiques sont également importants. Ainsi, on observe des modifications au niveau cérébral, des troubles du sommeil, une altération de l'appétit ou encore des problèmes sexuels. Les symptômes sont difficiles à cerner. Si chacun présente une sensibilité propre, les médecins ont néanmoins établi une série de symptômes caractéristiques de la dépression : grande fatigue, troubles du sommeil, perte de plaisir, troubles de l'alimentation, dévalorisation, ralentissement intellectuel ou encore idées noires… Ces symptômes s'installent progressivement et durent au moins deux semaines. Il existe un seul type de dépression. On dénombre trois principaux types de dépression, chacun étant caractérisé par des symptômes spécifiques. Lorsque la dépression se présente sous forme épisodique et de façon régulière, les médecins parlent d'épisodes dépressifs caractérisés. Si la dépression s'installe et dure, il s'agit de dépression chronique. Enfin, les troubles bipolaires sont définis par une alternance entre dépression et exaltation. Sortir de la dépression, c'est une question de volonté. Il est inutile de penser que seule la volonté ou le soutien des proches permettra de guérir une dépression. Comme n'importe quelle maladie, elle nécessite une prise en charge médicale, qui peut passer par un traitement pharmaceutique et/ou un soutien psychologique. Il est donc indispensable d'être entouré par des professionnels. Les antidépresseurs sont le seul traitement contre la dépression. En fonction des symptômes et du type de dépression, un traitement adapté pourra être proposé. L'option médicamenteuse basée sur des antidépresseurs est la plus connue, mais pas la seule. La prise en charge est globale. Elle s'accompagne d'un suivi psychologique, et parfois, d'une psychothérapie. D'autres thérapies sont possibles : photothérapie, stimulation magnétique, sismothérapie, sans oublier les médecines douces. La dépression : c'est héréditaire. Les causes de la dépression sont multiples, et on distingue généralement trois types de facteurs : biologiques, psychologiques et environnementaux. Des études ont montré que le fait d'avoir des parents dépressifs augmente le risque de souffrir de cette maladie. Si les médecins sont convaincus de l'existence de facteurs génétiques, aucun gène n'a été mis à jour. L'hérédité est donc l'une des causes possibles de la dépression, mais pas la seule. Les antidépresseurs empêchent d'être soi-même. Les antidépresseurs ne modifient pas la personnalité. Ils agissent sur les divers symptômes de la dépression. En fonction de l'intensité de la maladie et des symptômes, le médecin choisit le traitement adapté, celui-ci sera le plus souvent accompagné d'un suivi psychologique.

    Lire la suite
  • Je souffre d'une périarthrite de l'épaule, d'où vient la douleur?

    Une périarthrite de l’épaule est une inflammation de l’articulation. Elle se traduit par une douleur survenant de façon spontanée ou provoquée par certains mouvements.

    Lire la suite
  • Je souffre d'un lumbago

    Le lumbago survient en général après un faux mouvement. Des mesures simples doivent être mises en place pour soulager les douleurs et éviter les complications.

    Lire la suite
  • Je souffre d'une sciatique

    La sciatique est une douleur fréquente, parfois handicapante. Elle est le plus souvent liée à l’irritation d’un nerf (racine nerveuse).

    Lire la suite
  • Je souffre de fibromyalgie

    La fibromyalgie est une affection encore mal connue. Elle concernerait pourtant 2 à 5 % de la population, dont une large majorité de femmes.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale