Service de Médecine Interne, Maladies Infectieuses
VIH, sida : je suis suivie régulièrement sur le plan gynécologique - Service de Médecine Interne, Maladies Infectieuses - Docvadis

VIH, sida : je suis suivie régulièrement sur le plan gynécologique

Les femmes séropositives doivent être suivies très régulièrement sur le plan gynécologique, car la présence du virus expose à certains risques.

Quelle contraception pour moi ?

Le préservatif masculin est recommandé.

Le préservatif féminin est également efficace. Il se met à l'intérieur du vagin et peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel. Le gynécologue vous apprendra à bien le placer. Il ne doit jamais être réutilisé.

Ces deux types de préservatifs associent contraception et protection de votre partenaire.

Un moyen de contraception supplémentaire, est également nécessaire car vous n'êtes pas à l'abri d'une rupture du préservatif masculin ou d'une mauvaise mise en place du préservatif féminin. Votre gynécologue choisira avec vous la méthode la mieux adaptée.

Attention ! Aucune de ces méthodes – pilule ou stérilet – ne remplace le préservatif, ce n’est qu’une protection supplémentaire.

La pilule : Certaines pilules ne peuvent pas être associées à vos traitements du fait d’éventuelles interactions. D’autre part, il peut arriver que l’excès de cholestérol ou de graisses dans le sang provoqué par le traitement, constitue une contre-indication à la prise de la pilule.

Le stérilet : Une infection génitale haute peut vous empêcher de l'utiliser.

La pilule du lendemain : Elle peut-être requise en cas de rupture du préservatif ou de rapport non protégé.

Il est bien d'avoir un examen gynécologique une fois par an et une mammographie à partir de 50 ans dans le cadre du dépistage national.Il est bien d'avoir un examen gynécologique une fois par an et une mammographie à partir de 50 ans dans le cadre du dépistage national.

Combien de fois par an dois-je prévoir un examen gynécologique ?

Au moins une fois par an.

Votre gynécologue procèdera à un frottis cytologique afin de rechercher la présence du papillomavirus (HPV), présent dans le processus d'apparition du cancer invasif du col de l'utérus. Au cours de cette consultation, on s’attachera aussi à détecter d’éventuelles infections gynécologiques, candidoses (champignons), herpès génital, auxquelles vous pouvez être exposée.

Quel type d’examen suis-je susceptible de devoir faire ?

Dès la découverte de votre séropositivité, un examen complet est réalisé.

Le frottis consiste à passer simplement un écouvillon, une sorte de grand coton tige, sur le col utérin. Ce prélèvement est effectué en dehors des règles, en l’absence de toute infection et à 48 heures d’un rapport sexuel. Il permet de prélever des cellules qui seront adressées à un laboratoire. Il s'agit d'un frottis cytologique. Cet examen est tout à fait indolore. La pose du spéculum peut être simplement inconfortable si vous n’êtes pas tout à fait détendue.

En cas de lésions visibles ou de résultats anormaux du frottis cytologique, un examen complémentaire pourra être nécessaire. Il pourra s’agir soit :

D’une colposcopie : Le col est examiné à l'aide d'un microscope après application de colorants qui permettent de repérer les éventuelles anomalies avec précision.

D’une biopsie : Un peu de tissu est prélevé sur le col de l’utérus pendant la colposcopie et adressé au laboratoire d'analyses.

D’un nouveau frottis pratiqué dans un délai de 3 à 6 mois.

Le gynécologue examinera également une fois par an, votre anus et votre canal anal ou vous demandera de consulter le spécialiste de cet examen : le proctologue. Là encore, c'est dans une optique de dépistage du papillomavirus (HPV), avec frottis et biopsie en cas de résultats suspects.

Je veux un enfant ou j'attends un enfant, que dois-je faire ?

Il faut en parler au gynécologue, à votre médecin traitant ou à l'équipe qui vous suit à l'hôpital.

Il est indispensable d’en parler car dans les 2 cas, un protocole particulier est requis pour préserver votre conjoint, vous-même, et votre bébé.

Quand dois-je faire une mammographie ?

Le suivi mammographique et le dépistage doit être systématique à partir de 50 ans comme pour toutes les femmes.

Je suis ménopausée, quel médicament puis je prendre ?

Les indications sont les mêmes que pour toutes les femmes, en particulier en ce qui concerne la prévention de l’ostéoporose. La voie percutanée sera préférée pour éviter le passage du traitement contre la ménopause vers votre foie.

Et ma sexualité, mon bien être, ma libido

Ne laissez pas vos questions sans réponse et parlez en avec l'équipe médicale, avec le gynécologue. Des psychologues ou des sexologues peuvent également vous accompagner.

Si les modifications de votre corps deviennent difficilement supportables, fonte de vos joues, de vos fesses, seins qui deviennent volumineux, parlez en. Votre traitement peut peut-être être adapté, vous pouvez adopter un régime alimentaire différent, et vous adresser à un dermatologue.

Centre Hospitalier de Marne-la-Vallée


Service Médecine Interne - Maladies Infectieuses, 2 - 4 Cours de la Gondoire ,
RD 231,
77600 JOSSIGNY, France

Contacts

  • Fixe : 01 61 10 61 10
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'envisage une IVG, interruption volontaire de grossesse

    L’interruption volontaire de grossesse (IVG) est autorisée jusqu’à 12 semaines de grossesse (soit 14 semaines après le début des dernières règles). Les mineures ont accès à l’IVG dans le respect de certaines règles.

    Lire la suite
  • Notre médecin nous conseille un bilan pour infertilité : quels examens chez la femme ?

    Vous avez consulté votre médecin généraliste ou votre gynécologue et vous avez convenu ensemble qu’un bilan d’infertilité était nécessaire. Votre médecin vous a conseillé de vous adresser à un centre spécialisé, dans un hôpital ou une clinique. Vous vous interrogez à juste titre sur ce que va comporter ce premier bilan qui concerne aussi bien l’homme que la femme. Nous vous présentons ici les examens qui concernent le couple et plus spécifiquement la femme.

    Lire la suite
  • Hépatite C et grossesse : que devons-nous savoir ?

    Dans un couple, lorsque l’un des deux partenaires est suivi pour une hépatite C, le projet parental doit être programmé et discuté avec le personnel médical pour éviter tout risque de complication. Le dépistage de l’hépatite C a été récemment recommandé de façon systématique chez toutes les femmes en début de grossesse.

    Lire la suite
  • Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir

    Ces informations sur la vaccination anti-HPV dans le cadre de la prévention du cancer du col de l’utérus vous concernent particulièrement si vous êtes une jeune fille de 11 ans à 19 inclus. Si vous êtes parent d’une jeune fille concernée, lisez les informations avant de lui transmettre le document. Vous pourrez ainsi en parler ensemble.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur le traitement hormonal de la ménopause

    Le traitement hormonal substitutif de la ménopause est indiqué notamment pour diminuer la gêne liée aux bouffées de chaleur. Comme tout médicament, ce traitement peut présenter des effets secondaires. Votre médecin évaluera votre état de santé et vos antécédents pour vous donner le traitement le plus adapté.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale