Service d'Immunologie clinique et des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Henri Mondor
On va me poser un stent - Service d'Immunologie clinique et des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Henri Mondor - Docvadis

On va me poser un stent

Le stent est un petit dispositif introduit dans une artère lorsqu’elle est bouchée, afin de la maintenir ouverte et parfaitement irriguée par le sang. Il est mis en place lors d’une intervention appelée « angioplastie ».

Comment se présente un stent ?

Le stent est un terme anglais désignant un petit tube constitué d’un fin treillis métallique.

Il est aussi appeléendoprothèse coronaire, car il est placé dans l’une des artères coronaires qui irriguent le cœur.

Comment place-t-on un stent ?

N’hésitez pas à rappeler à l’équipe médicale, avant l’intervention, vos allergies  éventuelles, vos traitements en cours, une maladie récente, vos craintes ou appréhensions.

Dans une salle de radiologie, avec une table au-dessus de laquelle se trouve un bras articulé équipé d’un tube à rayons X.
Vous êtes allongé sur le dos sur la table.
Le médecin ou l’infirmière place des électrodes autocollantes sur votre poitrine afin de pouvoir contrôler l’activité électrique de votre cœur grâce à un électrocardiogramme. Cette surveillance est parfaitement indolore.
L’infirmière place ensuite une perfusion au niveau d’une veine de votre bras.
Le cardiologue pratique une anesthésie locale au niveau du coude ou en haut de la cuisse, dans le pli de l’aine.
Puis il introduit une petite sonde appelée cathéter au bout duquel est placé un ballon et suit sur un écran son cheminement dans l’aorte jusqu’à l’origine des artères coronaires.
Il injecte l’iode et réalise plusieurs clichés afin de visualiser la progression du cathéter dans le réseau vasculaire.
Le ballon est alors gonflé au niveau du rétrécissement de l'artère et permet l'installation du stent.
Le cathéter et le ballon sont ensuite retirés.
Cette procédure est précise et codifiée. Un formulaire de consentement éclairé vous aura été présenté avant l'intervention et le médecin aura répondu à vos interrogations.

Où se déroule la pose d’un stent ?

On pose le stent à l’hôpital dans la salle de cathétérisme.

Vais-je avoir une anesthésie ?

Vous aurez une anesthésie locale à l’aine ou au bras.

Est-ce douloureux ?

L’examen n’est pas douloureux
La mise en place du cathéter peut être un moment un peu désagréable. Il s’agit d’une piqûre semblable à une prise de sang. L’anesthésie locale vous évitera d’avoir mal.
L’injection de l’iode entraîne une sensation de chaleur dans le bras, puis dans tout le corps mais c’est une réaction passagère.

Au bout de combien de temps vais-je retrouver une activité normale ?

Il faudra vous reposer 48 heures. Après, vous pourrez reprendre vos activités.

Quelles sont les complications possibles ?

Il peut y avoir un hématome (bleu). Généralement, la pose d’une compression évite ce désagrément.

Cependant une augmentation de volume au point de ponction de l'artère dans les jours qui suivent l'examen doit vous conduire à consulter rapidement.
Plus rarement, le maniement de la sonde peut occasionner des "blessures" des vaisseaux sanguins.

Au cours de l'examen, peuvent survenir des malaises, des douleurs dans la poitrine, des palpitations. Si ces malaises persistent consultez votre médecin ou prévenez l’établissement ou le service qui a pratiqué cet examen.

Le produit de contraste (produit iodé) peut provoquer une réaction allergique.

Les rayons utilisés à faible dose, sont sans danger.

La mise en place du stent est parfois impossible si le rétrécissement ne peut être franchi ou dilaté.

A plus long terme, l'artère peut de nouveau rétrécir : c'est une resténose.

La resténose se produit lorsqu'une artère se rétrécit de nouveau en raison d'une prolifération de tissu cicatriciel sur la paroi interne de l'artère. La prolifération de tissu cicatriciel est susceptible de se former au niveau du site de l'intervention et apparaît chez certains patients dans les 6 mois suivant le traitement.

Aujourd’hui, des stents sont mis au point pour ralentir cet inconvénient : ce sont des stents dits "actifs".

Le stent maintient l'artère ouverteLe stent maintient l'artère ouverte

Après la pose d’un stent, la prise de vos médicaments est très importante, il ne faut surtout pas arrêter les anti-agrégants plaquettaires sans demander l’avis de votre cardiologue. Cessez de fumer et surveillez votre alimentation en évitant les graisses.

CHU Henri MONDOR


Immunologie Clinique, 51 Av du Marechal de Lattre de Tassigny ,
14 eme étage,
94010 CRETEIL Cedex, France

Contacts

  • Fixe : 01 49 81 44 42
  • Fax : 01 49 81 24 69
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je parle sans attendre des éventuels effets secondaires de mon traitement anti-VIH

    Les traitements contre le VIH (trithérapie) ont beaucoup évolué depuis 10 ans. Ils permettent aujourd'hui de vivre avec le VIH et d'envisager cette infection comme une maladie chronique. Si les molécules utilisées sont mieux connues et tolérées que les premiers traitements, les trithérapies ont tout de même des effets secondaires à court terme mais aussi à plus long terme. Il est important de bien les connaître pour mieux y faire face, les prévoir, les surveiller, les éviter et les soigner.

    Lire la suite
  • Je prépare une trousse médicale adaptée à mes vacances

    Les voyages sont synonymes de détente. Pourtant, le moindre ennui de santé peut perturber le déroulement de vos vacances. Mieux vaut donc emporter une trousse médicale.

    Lire la suite
  • VIH, SIDA : je m'informe sur les traitements

    Nos missions : informer les personnes atteintes par le VIH sur les traitements disponibles et l’état des recherches en cours. Encourager les personnes atteintes par le VIH à devenir acteurs de leur santé et de leur avenir. Développer une réflexion et des actions pour la qualité de vie des personnes atteintes. De favoriser l’élaboration de projets communs en collaboration avec d’autres associations ou institutions. De participer à la lutte contre le Sida dans les pays en développement.

    Lire la suite
  • Bien prendre ma pilule

    La pilule, comme l'anneau ou le patch, est une contraception oestroprogestative. Lorsqu'elle est bien prise, c'est un moyen de contraception efficace à près de 100 %, mais elle ne protége pas contre les infections sexuellement transmissibles comme l'hépatite B ou le VIH/sida.

    Lire la suite
  • Je comprends pourquoi il faut prendre un traitement antirétroviral

    Votre médecin vous propose de démarrer un traitement en tenant compte des résultats de vos analyses (paramètres biologiques).

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale