Service d'Immunologie clinique et des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Henri Mondor
Je comprends les étapes du traitement antirétroviral - Service d'Immunologie clinique et des Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU Henri Mondor - Docvadis

Je comprends les étapes du traitement antirétroviral

Tant que la charge virale reste indétectable dans le sang, votre traitement sera maintenu car il reste efficace de nombreuses années. Votre traitement a été choisi en fonction de vos paramètres biologiques, il est adapté à votre situation. S’il perd de son efficacité, il sera nécessaire de le changer.

Mon traitement peut-il ne plus être efficace ?

Le virus VIH(virus de l’immunodéficience humaine) peut développer une résistance à votre traitement antirétroviral sous certaines conditions :

  • En particulier, si vous oubliez de prendre vos médicaments plusieurs fois de suite.

  • Il peut y avoir d’autres causes : interaction avec d’autres médicaments, quantité de médicaments insuffisante dans le sang.

  • Si votre charge virale redevient détectable.

Pourquoi le VIH devient-il résistant au traitement ?

Le virus essaie de se reproduire malgré les obstacles que sont les médicaments qui agissent. Il va donc essayer de se modifier : il mute.

2 conditions sont nécessaires à sa mutation :

  • Le virus doit être en quantité suffisante. La charge virale est détectable dans le sang (supérieur à 50 copies).

  • Le virus doit s’être multiplié pendant suffisamment longtemps.

C’est pourquoi vous devez prendre votre traitement de façon assidue et régulière. C’est la condition essentielle de son efficacité. Un traitement pris de façon irrégulière ne parvient plus à empêcher le virus de se reproduire. Or, plus le virus se multiplie, plus le risque qu’il subisse de mutations – donc qu’il résiste au traitement – est important.

Des relations sexuelles non protégées peuvent également vous exposer à une infection par une souche du VIH déjà résistante au médicament.

Comment puis-je mesurer l’efficacité de mon traitement ?

Au moyen d’une analyse sanguine relevant un paramètre : la charge virale qui mesure l’activité du virus VIH dans votre organisme.

Une augmentation durable de la charge virale au-dessus du seuil de détection montre clairement une inefficacité du traitement.

A quel moment devrai-je changer de traitement?

Après contrôle de la charge virale une deuxième fois par un prélèvement de contrôle réalisé dans les meilleurs délais. Si la charge virale reste détectable, il faudra probablement changer de traitement.

La décision dépendra de la recherche des causes probables faite avec votre médecin et, éventuellement, des résultats de tests spécifiques qui permettent de mesurer la résistance du virus.

Il n’est pas recommandé de rester trop longtemps avec une charge virale détectable, compte tenu du risque de résistance.

Mon nouveau traitement sera-t-il efficace ?

Avec votre médecin, vous ferez le nécessaire pour que votre charge virale redescende en dessous du seuil de détection (charge dite indétectable).

Le nouveau traitement prendra en compte l’ensemble de vos paramètres biologiques, les effets secondaires, l’historique de votre traitement et la totalité des tests génotypiques déjà réalisés.

Le test génotypique identifie des mutations spécifiques des gènes du VIH. Il permet d’identifier les médicaments auxquels le virus sera résistant. Il permet par élimination de choisir un nouveau traitement.

Ce test est réalisable, lorsque la charge virale est supérieure à
500-1 000 copies/ml, afin de permettre la détection des résistances sélectionnées par le traitement en cours.

En attendant la mise en place du nouveau traitement, vous devez, en général, poursuivre votre traitement et vous ne devez pas prendre seul (e) la décision de l’interrompre.

CHU Henri MONDOR


Immunologie Clinique, 51 Av du Marechal de Lattre de Tassigny ,
14 eme étage,
94010 CRETEIL Cedex, France

Contacts

  • Fixe : 01 49 81 44 42
  • Fax : 01 49 81 24 69
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je parle sans attendre des éventuels effets secondaires de mon traitement anti-VIH

    Les traitements contre le VIH (trithérapie) ont beaucoup évolué depuis 10 ans. Ils permettent aujourd'hui de vivre avec le VIH et d'envisager cette infection comme une maladie chronique. Si les molécules utilisées sont mieux connues et tolérées que les premiers traitements, les trithérapies ont tout de même des effets secondaires à court terme mais aussi à plus long terme. Il est important de bien les connaître pour mieux y faire face, les prévoir, les surveiller, les éviter et les soigner.

    Lire la suite
  • On va me poser un stent

    Le stent est un petit dispositif introduit dans une artère lorsqu’elle est bouchée, afin de la maintenir ouverte et parfaitement irriguée par le sang. Il est mis en place lors d’une intervention appelée « angioplastie ».

    Lire la suite
  • Je prépare une trousse médicale adaptée à mes vacances

    Les voyages sont synonymes de détente. Pourtant, le moindre ennui de santé peut perturber le déroulement de vos vacances. Mieux vaut donc emporter une trousse médicale.

    Lire la suite
  • VIH, SIDA : je m'informe sur les traitements

    Nos missions : informer les personnes atteintes par le VIH sur les traitements disponibles et l’état des recherches en cours. Encourager les personnes atteintes par le VIH à devenir acteurs de leur santé et de leur avenir. Développer une réflexion et des actions pour la qualité de vie des personnes atteintes. De favoriser l’élaboration de projets communs en collaboration avec d’autres associations ou institutions. De participer à la lutte contre le Sida dans les pays en développement.

    Lire la suite
  • Bien prendre ma pilule

    La pilule, comme l'anneau ou le patch, est une contraception oestroprogestative. Lorsqu'elle est bien prise, c'est un moyen de contraception efficace à près de 100 %, mais elle ne protége pas contre les infections sexuellement transmissibles comme l'hépatite B ou le VIH/sida.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale