Site du Docteur Idriss troussier

Oncologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic - Site du Docteur Idriss troussier - Docvadis

Cancer de l'ovaire : je comprends l'évolution et les moyens du diagnostic

L’évolution des cancers est très variable selon la localisation de la tumeur, selon son type et aussi selon chaque malade. Le cancer de l’ovaire évolue de façon assez rapide. Il est souvent grave également parce qu’il s'étend sans bruit dans l’abdomen. A cause de cette rapidité et de ce caractère sournois, le diagnostic est fait, le plus fréquemment, à un stade relativement avancé.

Comment le cancer de l'ovaire se développe-t-il ?

Le plus souvent, le cancer apparaît sous forme d'un kyste (cavité remplie de liquide et de cellules tumorales) sur un ovaire ou sur les deux.La tumeur peut grossir, se développer et, parfois, s'étendre à d'autres organes.L'évolution et le développement du cancer de l'ovaire sont classés en plusieurs stades qui permettent aux médecins de déterminer avec le plus de rigueur possible le niveau de progression de la maladie.Le pronostic et l'adaptation du traitement en dépendent.La gravité du cancer n'est pas liée au volume de la tumeur ovarienne.Une tumeur peut être très grosse et donner des signes importants sans être étendue. A l'opposé, une petite lésion ovarienne peut être déjà disséminée au niveau de l'abdomen et à un stade avancé.

A quoi les stades d'évolution de la maladie correspondent-ils ?

Pour le cancer de l'ovaire, la classification la plus utilisée est celle de la FIGO (Fédération Internationale de Gynécologie Obstétrique). Cette classification est faite à partir des résultats d'examens (scanner, ponction, par exemple) ou de prélèvements réalisés pendant une intervention chirurgicale dite de bilan.

Stade 1 : le cancer est limité à un ovaire ou aux deux. Il va se développer à l'intérieur du kyste, puis franchir sa paroi pour s'étendre à l'extérieur de l'ovaire (végétations).Il s'agit alors de formes localisées de cancer de l'ovaire.

Stade 2 : les cellules cancéreuses peuvent ensuite migrer dans la cavité abdominale entourée du péritoine, mais elles restent à l'intérieur du pelvis (partie basse du péritoine). Elles peuvent toucher l'utérus, les trompes et l'enveloppe du rectum et celle de la vessie.

Stade 3 : certaines cellules pourront aller plus haut dans l'abdomen vers l'intestin, le côlon, l'estomac et le diaphragme.Lorsque le péritoine est atteint par des cellules cancéreuses, il produit du liquide (ascite) qui va distendre l'abdomen.Les cellules cancéreuses peuvent parfois atteindre et coloniser les ganglions situés au niveau des vaisseaux du coeur, l'aorte et la veine cave.

Stade 4 : le cancer s'est propagé au-delà de l'abdomen pour atteindre la plèvre (tissu qui entoure les poumons) et produire un liquide (pleurésie), puis d'autres organes comme les poumons ou le foie.On parle alors de métastases (extension des cellules cancéreuses à d'autres organes).

Comprenez sur cette représentation schématique, l'évolution et l'extension du cancer des ovaires à d'autres organes

Comprenez sur cette représentation schématique, l'évolution et l'extension du cancer des ovaires à d'autres organes

Quels sont les signes d'alerte du cancer de l'ovaire ?

Au début, le cancer de l'ovaire donne très peu de symptômes, ce qui le rend difficile à détecter.Il est donc très souvent découvert à un stade avancé (75 à 80 % des cas).La découverte précoce (masse anormale située au voisinage de l'utérus) peut être faite au cours d'un examen gynécologique, d'une échographie ou par la manifestation de signes banals (douleurs dans le bas-ventre, troubles des règles, besoin fréquent d'uriner, etc.).Le plus souvent, ce sont des signes traduisant une tension de l'abdomen qui feront évoquer le diagnostic (ballonnements, constipation, perte d'appétit ou épisodes de diarrhée).Lorsque la tumeur va grossir ou que l'ascite va se former (production de liquide dans l'abdomen), des douleurs vont apparaître avec une sensation de ventre dur et une distension de l'abdomen.Parfois, le cancer sera découvert à un stade développé au-delà de l'abdomen. Il se manifestera par des ganglions au niveau de l'aine ou à la base du cou, une pleurésie ou encore un écoulement au niveau du nombril.

Quels sont les examens utiles pour le diagnostic du cancer de l'ovaire ?

Le premier examen consiste en une palpation de l'abdomen et des ganglions à la recherche de masses anormales, puis en un examen gynécologique avec toucher vaginal et rectal à la recherche d'anomalies pelviennes.L'échographie permet, en fonction de l'aspect de la tumeur ovarienne, d'orienter vers un kyste banal ou une lésion plus importante et d'en mesurer la taille.Le scanner permet de rechercher d'autres lésions dans l'abdomen et le thorax, d'analyser la taille et l'aspect des ganglions. S'il y a des tumeurs à distance de l'ovaire, il permet, parfois, d'apprécier les possibilités de chirurgie.

Plusieurs examens seront réalisés pour poser le diagnostic de ce cancer et évaluer son extension éventuelle à d'autres organes. Ils vous seront tous expliqués par l'équipe médicale.

Le dosage de marqueurs tumoraux est une aide, mais ne permet jamais à lui seul d'affirmer le diagnostic.D'autres examens complémentaires peuvent être utiles en fonction des situations : radiographie des poumons, ponction de l'ascite ou de la pleurésie à la recherche de cellules cancéreuses, autres dosages sanguins, etc.L'examen anatomopathologique des prélèvements chirurgicaux (étude microscopique des tissus) est la seule façon d'obtenir la confirmation du diagnostic de cancer de l'ovaire, d'en préciser le type et de rechercher des localisations.L'ensemble de ces examens, quand ils sont décidés et réalisés, vous est expliqué par l'équipe médicale, qu'il s'agisse des techniques ou des éventuels risques.

Plusieurs examens seront réalisés pour poser le diagnostic de ce cancer et évaluer son extension éventuelle à d'autres organes. Ils vous seront tous expliqués par l'équipe médicale.

Peut-on dépister le cancer de l'ovaire ?

Actuellement, il n'est pas recommandé de dépistage aux femmes, et ce quel que soit leur âge.La rapidité d'évolution de ce cancer et sa tendance à se disséminer vite dans l'abdomen rendent difficile tout dépistage.Le frottis du col de l'utérus décèle les lésions du col. Il ne peut, en aucun cas, permettre de découvrir un cancer de l'ovaire au stade précoce.Néanmoins, des examens gynécologiques systématiques peuvent éviter de dépister un cancer de l'ovaire à un stade trop avancé.

Le diagnostic de cancer de l'ovaire est fait, le plus souvent, à partir de signes traduisant une extension de la maladie au niveau de l'abdomen.Il n'y a pas de moyen fiable qui permette de le dépister de façon précoce.Seuls les prélèvements permettent d'affirmer avec certitude le diagnostic et le stade de développement du cancer.

Parc Imperial


oncologie, 28 Boulevard du Tzarewitch,
06000 Nice, France

Contacts

  • Fixe : 04 93 16 64 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre de Haute Energie


Oncologie - Radiothérapie, 10 Boulevard Pasteur,
06000 Nice, France

Contacts

  • Fixe : : 04 93 53 87 00

Documents similaires

  • Vous devez subir une intervention sous anesthésie locale. En quoi cela consiste-t-il ?

    L’anesthésie locale est couramment utilisée pour des interventions superficielles sur la peau, pour des soins dentaires ou encore pour la chirurgie ophtalmique. Elle peut être pratiquée également pour des biopsies (prélèvement) à visée diagnostique dans les secteurs de radiologie interventionnelle. Vous êtes éveillé pendant la réalisation du geste chirurgical mais vous ne ressentez pas de douleur au cours de l’intervention.

    Lire la suite
  • Je vais être opéré d'un cancer du poumon

    On a diagnostiqué ou on suspecte fortement chez vous un cancer du poumon, et une intervention chirurgicale a été décidée. Comment va-t-elle se passer ?

    Lire la suite
  • Je découvre l’Institut National du Cancer

    L’Institut National du Cancer (INCa) est l’agence d’expertise sanitaire et scientifique en cancérologie de l’État. Il est chargé de coordonner les actions de lutte contre le cancer. Il joue le rôle d’accélérateur de progrès en apportant une vision du cancer intégrant toutes ses dimensions sanitaire, scientifique, sociale et économique.

    Lire la suite
  • Avancées en oncologie

    Les pathologies néoplasiques sont un enjeu de santé publique majeur car leur incidence est en augmentation régulière depuis plusieurs décennies. En France, trois plans cancer ont été lancés entre 2003 et 2014 afin d’améliorer la prise en charge globale des malades, inscrivant la lutte contre le cancer une des priorités nationales. La nette amélioration de la survie globale constatée ces dernières années est liée à une plus grande précocité des diagnostics et aux progrès thérapeutiques réalisés. Les avancées concernent de nombreux domaines, tels que l’imagerie, les techniques chirurgicales, la radiothérapie, les traitements systémiques ou bien les soins de support. En ce qui concerne la radiothérapie, les progrès ont été possible grâce à l’évolution de l’imagerie et de l’informatique. La radiothérapie de conformation tridimensionnelle dans un premier temps, puis la radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité et plus récemment la radiothérapie stéréotaxique sont désormais des techniques utilisées en routine clinique. Sur le plan chirurgical, les progrès en termes de techniques oncologiques ont connu un essor considérable avec l’émergence de la chirurgie cœlioscopique et de la chirurgie robotique. En ce qui concerne les thérapies systémiques, les thérapies ciblées, et actuellement l’immunothérapie révolutionnent non seulement le pronostic des patients, mais également la tolérance des traitements et la qualité de vie des patients comparativement aux chimiothérapies historiques. L’objectif de ce travail est de permettre aux médecins non spécialisés dans le traitement des pathologies néoplasiques de mieux percevoir les dernières évolutions thérapeutiques ayant permis une amélioration de la prise en charge des patients atteints de cancer. Mots clé: radiothérapie conformationnelle par modulation d’intensité ; radiothérapie en condition stéréotaxique ; immunothérapie ; thérapie ciblée ; chirurgie oncologique   Abstract Neoplasms represent a major public health issue because their incidence has been increasing consistently over the past decades. In France, three cancer plans were implemented between 2003 and 2014 to improve the overall care of patients, positioning fight against cancer among the national priorities. The significant improvement in patient overall survival achieved during the last years is related to earlier diagnosis and therapeutic progress. Advances have been made in numerous fields, such as imaging, surgery, radiotherapy, systemic therapies and supportive care. In radiotherapy, progress has been made through advances in imaging and computer technology. Three-dimensional conformational radiotherapy initially, then intensity-modulated radiotherapy, and more recently stereotactic radiotherapy are now techniques used in clinical practice. In the surgical field, progress in oncology techniques has grown significantly with the development of laparoscopic surgery and robotic surgery. Regarding systemic therapies, molecular targeted therapies, and currently immunotherapy, are transforming not only the patient prognosis, but also the tolerance of treatments and the patients' quality of life as compared to historical chemotherapy. The objective of this study is to provide physicians, not specialized in the management of neoplasms, a more accurate overview of the latest therapeutic advances which have resulted in relevant improvement regarding cancer care.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur les leucémies aiguës

    Les leucémies aigües sont des maladies hématologiques qui se caractérisent par l’apparition rapide de cellules cancéreuses dans la moelle osseuse et parfois dans le sang.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale