Site du Docteur Idriss troussier

Oncologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Insuffisance rénale : puis-je être concerné ? - Site du Docteur Idriss troussier - Docvadis

Insuffisance rénale : puis-je être concerné ?

L’insuffisance rénale désigne la diminution plus ou moins importante de la fonction rénale de filtration. Dans sa forme chronique, c’est une maladie longtemps silencieuse et qui évolue de manière progressive, jusqu’à la perte totale de la fonction rénale. Certains facteurs augmentent le risque de voir apparaître cette maladie. Il est possible de prévenir son apparition et son aggravation en traitant ces facteurs.

L’insuffisance rénale est-elle fréquente ?

En France, 10 % des adultesprésentent une maladie rénale. Le nombre de personnes atteintes est estimé à près de 3 millions. Fin 2011, 70 700 personnes étaient traitées par des techniques de suppléance pour une insuffisance rénale chronique de stade 5, (stade auquel les reins n’assurent plus leurs fonctions), dont 39 600 en dialyse et 31 100 porteuses d’un greffon rénal fonctionnel. Parmi les malades démarrant un traitement de suppléance, un sur deux a 70 ans ou plus.

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale ?

L'insuffisance rénale correspond à l'altération du fonctionnement des deux reins. Ceux-ci n’épurent plus correctement le sang et ne peuvent plus remplir leurs autres fonctions : éliminer les déchets toxiques, réguler l’équilibre acido-basique de l’organisme, équilibrer sa teneur en minéraux et en eau et produire hormones, enzymes et vitamines. Ce dysfonctionnement entraîne des complications graves pour la santé.

On distingue l’insuffisance rénale aiguë (IRA), le plus souvent réversible, et l’insuffisance rénale chronique (IRC) qui peut conduire à la perte totale de la fonction rénale de filtration.

Qu’est-ce que l’IRA ?

L’insuffisance rénale aiguë est une diminution rapide voire brutale et le plus souvent réversible de la fonction rénale. Elle survient en général après une baisse brutale de la pression artérielle, lors d'une hémorragie, d'une infection générale (septicémie) ou encore en cas d’obstruction des voies urinaires (calcul, adénome prostatique). L’IRA peut aussi être liée à un médicament ayant une action toxique sur les reins, par exemple certaines chimiothérapies. Les reins retrouvent spontanément un fonctionnement normal après quelques jours de traitement et après la correction des facteurs responsables de la baisse brutale de la fonction rénale. Pendant ces quelques jours, une suppléance par dialyse est mise en place.

Quels sont les facteurs de risque de l’IRA ?

Les principaux facteurs de risque de l’IRA sont la diminution du débit sanguin rénal (maladie cardiaque, déshydratation, choc infectieux ou encore prise répétée de diurétiques) et l’IRC ; celle-ci fragilise les reins qui ne peuvent plus s’adapter à d’éventuelles agressions. D’autres facteurs favorisent également la survenue d’une IRA : le myélome surtout associé à une déshydratation, le diabète et les anti-inflammatoires. L’utilisation répétée d’un fort volume d'agents de contraste iodés semble également favoriser l’IRA chez certains patients.

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale chronique ?

L'insuffisance rénale est dite chronique (IRC) quand la diminution de la fonction rénale de filtration est fixée dans le temps au-delà de trois mois. L’IRC compte cinq stades ; elle peut être stabilisée dans les stades précoces. Lorsqu’elle est dépistée à un stade avancé et qu’on ne peut pas contrôler les facteurs de progression de la diminution de la fonction rénale, il peut être nécessaire de mettre en place une solution de suppléance (dialyse ou greffe).

La progression de l’IRC entraîne des complications bien avant d’atteindre le stade 5 de la maladie :

  • accumulation des déchets et des liquides dans l'organisme, responsables de l’apparition d’œdèmes ;

  • augmentation de la tension artérielle ;

  • problèmes cardiaques ;

  • retard de croissance chez l'enfant;

  • anémie entrainant une grande fatigue

  • dénutrition par perte de l’appétit, carences nutritionnelles ;

  • fragilité osseuse ;

  • troubles des règles et de la fonction sexuelle ;

  • infections bactériennes ou virales plus fréquentes.

Quels sont les facteurs de risque de l’IRC ?

Dans près d’un cas sur deux, l’IRC résulte de la présence d’un diabète ou d’un rétrécissement des artères rénales causé par l’hypertension artérielle et le tabagisme.

 

Une bonne hygiène de vie et la pratique régulière d’une activité physique sont de bons moyens de prévention de la maladie rénale.

  • les maladies cardiovasculaires et leurs facteurs de risque (hypertension artérielle...) obésité, tabac, hypercholestérolémie ;

  • l'âge : après 60 ans, les reins fonctionnent moins bien ;

  • les antécédents familiaux d'insuffisance rénale chronique ;

  • une anomalie ou un obstacle sur les voies urinaires (calculs, malformation, infections urinaires à répétition...) ;

  • une maladie inflammatoire en progression surtout d’origine auto-immune (lupus, polyarthrite rhumatoïde, etc.) ;

  • des épisodes d'insuffisance rénale aiguë répétés surtout chez les sujets âgés ayant des capacités de récupération moindres ;

  • une prise prolongée de médicament potentiellement toxique pour le rein (anti-inflammatoires en particulier).

De nombreux facteurs de risques président à la survenue de l'insuffisance rénale, en particulier l'hypertension artérielle, le tabagisme et le diabète. Leur prévention, et le cas échéant leur traitement, permet de retarder l’apparition d’une insuffisance rénale chronique. Une bonne hygiène de vie et la pratique régulière d’une activité physique contribuent également à la prévenir.

Une bonne hygiène de vie et la pratique régulière d’une activité physique sont de bons moyens de prévention de la maladie rénale.

Parc Imperial


oncologie, 28 Boulevard du Tzarewitch,
06000 Nice, France

Contacts

  • Fixe : 04 93 16 64 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre de Haute Energie


Oncologie - Radiothérapie, 10 Boulevard Pasteur,
06000 Nice, France

Contacts

  • Fixe : : 04 93 53 87 00

Documents similaires

  • Cancer, je me fais dépister : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser simplement les principaux dépistages précoces du cancer à réaliser. Le dépistage augmente considérablement les chances de guérison. II ne concerne cependant pas tous les cancers. Le cancer du sein et le cancer colorectal font l'objet d'un dépistage généralisé. Le cancer du col de l'utérus est dépisté à titre individuel. Concernant le cancer de la peau, c'est à vous de signaler toute modification d'un grain de beauté. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • VIH, sida : je me fais suivre régulièrement sur le plan proctologique

    Un examen proctologique régulier doit compléter l’examen clinique. Il permet d’anticiper les éventuels risques de lésions anales ou de cancer de l’anus.

    Lire la suite
  • Cancer colorectal : Je comprends les modalités diagnostiques

    Le dépistage et le diagnostic précoce du cancer colorectal augmentent les chances de guérison. Fréquent chez les hommes et les femmes à partir de 50 ans, on peut le guérir quand il est détecté à temps. On peut même l'éviter, en traitant les polypes avant leur évolution vers une forme cancéreuse.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur le mélanome avec le site www.vaincrelemelanome.fr

    Vaincre le mélanome est une association dont les principaux objectifs sont de soutenir la recherche sur le mélanome en sollicitant les dons des particuliers et des entreprises, de développer l’information du public et les actions de prévention, de réaliser des actions de communication vis-à-vis des praticiens et d’apporter un soutien adapté aux proches des malades.

    Lire la suite
  • Mélanome : je m’informe sur les avancées thérapeutiques

    Le mélanome est un cancer de la peau qui guérit facilement s’il est traité à un stade précoce. Il peut être grave lorsque le diagnostic est fait tardivement et que la tumeur s’est étendue et propagée à d’autres organes. Toutefois, des progrès ont été faits ces dernières années dans la prise en charge de ces formes évoluées de mélanomes avec l’arrivée de nouveaux traitements : thérapies ciblées, immunothérapie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale