hypnosemedicale-aix en provence

L’UTILISATION DE L’HYPNOSE DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR

 L’utilisation de l’hypnose en médecine est très ancienne. Jusqu’à ces dernières années, le public français et le monde médical boudaient l’hypnose, surtout par une méconnaissance entretenue par les spectacles de music-hall et par l’anathème jeté par les psychanalystes. Alors que dans le monde anglo-saxon et les pays de l’est, l’hypnose était appris à l’université et utilisé en médecine, et en psychologie.

L’UTILISATION DE L’HYPNOSE DANS LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR

L’utilisation de l’hypnose en médecine est très ancienne. Mais remontons simplement au XIX° siècle où les médecins commencent à prendre en compte la douleur du patient et tentent d’y remédier. Leurs recherches vont dans deux directions : une approche psychologique ou psycho-corporelle, tel le magnétisme animal puis l’hypnose . A cette époque nombre d’interventions chirurgicales se sont faites sous hypnose, comme analgésie psychologique. En même temps, des solutions pharmacologiques sont trouvées : Toujours au XIX° siècle, l’usage du protoxyde d’azote en tant qu’anesthésie fut révélé par Well , l’éther par Morton et Jackson. Simpson utilisa le chloroforme pour aider la reine Victoria lors de ses troisième et quatrième accouchements. Corning consacre à peu près à la même époque une série de travaux sur la péridurale. Cependant l’hypnose continua à intriguer les médecins.

Jusqu’à ces dernières années, le public français et le monde médical boudaient l’hypnose, surtout par une méconnaissance entretenue par les spectacles de music-hall et par l’anathème jeté par les psychanalystes. Alors que dans le monde anglo-saxon et les pays de l’est, l’hypnose était appris à l’université et utilisé en médecine, et en psychologie.

Définition de l’hypnose

C’est un état psychologique spécial avec certaines caractéristiques physiologiques, ressemblant au sommeil, seulement superficiellement, et marqué par un fonctionnement de l’individu à un autre niveau de conscience que l’état de conscience ordinaire. Cet état est caractérisé par un degré d’augmentation de la réceptivité et de la sensibilité ; nos perceptions intérieures, imaginaires sont données comme plus sig nifiantes que généralement elles le sont dans la réalité.
Deux métaphores pour illustrer l’état hypnotique :  » un rêveur éveillé « , il contrôle le travail de son imagination ;  » un dormeur éveillé « , il donne les apparences de se relaxer, d’être endormi, or c’est un moment de travail intense sur son monde imaginaire.

Dans cet état un certain nombre de phénomènes peuvent se produire, ou spontanément chez le sujet, ou proposés par l’hypnotiseur, comme :
- un travail sur la mémoire : se souvenir, parfois oublier ;
- la distorsion du temps : contraction ou expansion du temps ;
- la progression en âge : faire des projections dans le futur ou se voir soi-même dans le futur ;
- la régression en âge : retourner dans le passé ;
- l’anesthésie : perdre des sensations ;
- l’analgésie : faire l’expérience de la disparition de la douleur.

La pratique de l’hypnose

Toute séance d’hypnose comporte ainsi deux aspects : la relation du sujet avec l’hypnotiseur et les modifications psychophysiologiques que cela entraîne chez le sujet.
La représentation sociale de l’hypnose donnant crédit à l’hypnotiseur d’un pouvoir magique sur l’hypnotisé est fausse. L’hypnose est un état actif. Il s’agit d’un état dans lequel un certain nombre de phénomènes se produisent mais rien ne se passe sans la collaboration du patient. Ce dernier n’acceptera de suivre nos propositions que dans la mesure où celles-ci sont conformes à lui-même et à sa propre morale.

L’hypnose s’inscrit dans le cadre d’une interaction. Au-delà même d’une co-présence, deux individualités vont constituer un organisme curatif où l’effet relationnel domine parmi d’autres moyens thérapeutiques.
Dans cet état l’hypnotisé doit avoir confiance dans la pratique du thérapeute. L’hypnotisabilité dépend de la facilité avec laquelle un individu peut intérioriser un stimulus externe et en faire une part de lui-même.
Les méthodes employées pour induire un état hypnotique sont très nombreuses. Elles ont pour objet de fixer l’attention du sujet et ainsi réduire son champ de conscience.

Le travail hypnotique dans le traitement de la douleur

Les applications.

Les applications de cette capacité hypnotique sont nombreuses. En obstétrique nous pouvons utiliser l’analgésie hypnotique pour préparer un accouchement. En chirurgie, dans certains cas rares, sinon exceptionnels, la suggestion hypnotique peut se substituer à l’anesthésie chimique ; dans tous les cas, elle constitue un facteur psychologique facilitant la détente propice à l’anesthésie et facilitant le réveil postopératoire. Elle peut être donc utilisée pour préparer un patient à une intervention chirurgicale et à diminuer les douleurs postopératoires. Dans les soins dentaires l’intervention est grandement facilitée par les suggestions d’analgésie : la quasi-totalité des soins sont réalisables chez les sujets capables d’analgésie hypnotique. Pour le traitement des grands brûlés, l’utilisation de l’hypnose peut s’avérer intéressante;

Deux possibilités de traitement hypnotique suivant le type de douleur.

Deux possibilités s’offrent au patient et au soignant, suivant que le traitement est une douleur chronique ou une douleur aiguë :
- soit un apprentissage, sur plusieurs séances, pour réduire la dimension douloureuse, ou pour l’éviter.
- soit comme méthode extemporanée, construit sur le moment au cours d’une consultation de généraliste ou chez le chirurgien-denti ste, ou encore pour permettre d’effectuer des soins douloureux dans un service d’hôpital.
L’utilisation de l’hypnose dans les douleurs chroniques

Pour les patients douloureux chroniques, l’objectif du traitement par hypnose est la prise de conscience qu’ils peuvent agir sur leur douleur, dans l’acquisition d’un sentiment de contrôle et atténuation de l’angoisse, et qu’ils peuvent aussi réaménager leur vie, en changeant la manière d’appréhender et d’interpréter le stimulus nociceptif.
Si l’induction de l’état hypnotique peut-être commune à tous les patients, les suggestions hypnotiques concernant la douleur, la mémoire ou toute autre fonction psychologique, doivent être choisies en fonction du discours du patient.
A partir du langage du patient, de la description de sa douleur, l’hypnothérapeute a un grand nombre d’inductions possibles :
- L’analgésie qui permet de garder des sensations sans la douleur :  » Avec l’analgésie, vous créez une sorte de sensation, non pas une perte de la sensation tactile, non pas une perte de la sensation de pression, non pas une perte de la sensation kinesthésique, pas d’autre perte que la douleur elle-même…  »
- Le fractionnement propose la diminution progressive de la douleur :  » Vous pouvez continuer à vous sentir agréablement mieux à chaque expiration… presque comme si l’inconfort est quelque chose qui s’estompe progressivement…  »
- La dissociation éloigne l’esprit du corps ou la zone douloureuse du reste du corps :  » Vous laissez votre corps ici, votre esprit peut voyager, se retrouver chez vous, ailleurs…  »
- L’amnésie porte sur les souvenirs des douleurs passées :  » La meilleure façon de s’occuper des sensations déplaisantes, c’est de les oublier, comme lor sque vous allez au cinéma et complètement absorbé par le drame, vous oubliez votre mal de tête…  »
- La distorsion du temps va diminuer le temps des crises douloureuses :  » Que votre corps apprécie ces temps de repos, qui deviennent de plus en plus long…  »
- La substitution sensorielle remplace la sensation douloureuse par une sensation toujours inconfortable, mais plus acceptable :  » Les sensations que vous décrivez… peuvent de façon surprenante se modifier… A la place de cette sensation brûlante, votre corps peut ressentir un engourdissement…  »
Et autres suggestions possibles : l’anesthésie, le déplacement…

 

cabinet médical

18 Rue Manuel,
13100 Aix-en-Provence, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale