Groupe le pré au chat
Mon enfant a un rhume de hanche, je m'informe sur le traitement et le suivi - Groupe le pré au chat - Docvadis

Mon enfant a un rhume de hanche, je m'informe sur le traitement et le suivi

Chez l’enfant, la boiterie liée à une douleur au niveau de la hanche est fréquente. Le rhume de hanche en est la première cause, mais ce diagnostic ne doit pas être évoqué entre 1 et 2 ans, ni à l’adolescence.

Mon enfant a un rhume dehanche, qu’est-ce que c’est ?

Le rhume de hanche, appelé plus classiquement synovite aiguë bénigne, est une inflammation localisée de l’articulation de la hanche, et plus spécifiquement de la membrane (synoviale) qui tapisse l’intérieur des articulations.

Cette inflammation entraîne l’apparition subite d’une douleur souvent intense, comme une crampe. Elle gêne ou empêche totalement la marche. Le rhume de hanche s’apparente à cet unique symptôme, et ne s’accompagne d'aucun autre signe clinique (pas de fièvre).

Pourquoi mon enfant a-t-il attrapé cette maladie ?

Le rhume de hanche est une affection courante chez l’enfant, et plus particulièrement chez les garçons entre 3 et 10 ans. Le rhume de hanche peut être dû à un virus. Il se déclenche d’ailleurs fréquemment après un épisode infectieux de type rhume ou petite grippe, et apparaît généralement au cours du printemps ou de l’hiver.

Devra-t-il passer des examens ?

Le diagnostic repose sur les signes cliniques, ainsi que sur une radiographie de la hanche, pour vérifier que la boiterie n’a pas d’autre cause nécessitant une prise en charge urgente afin d’éviter toutes séquelles : traumatisme, infection ostéo-articulaire et ostéochondrite (affection touchant le cartilage).L'échographie doit être systématique pour confirmer l'épanchement intra-articulaire.En cas de douleur très intense, une ponction sous échographie(prélèvement du liquide se trouvant dans l’articulation) peut être nécessaire pour confirmer le diagnostic. La ponction est réalisée dans des conditions d’asepsie stricte évitant tout risque d’infection.Votre médecin vous informera de la nécessité et du déroulement de chacun de ces examens. 

En quoi consiste le traitement ?

Un rhume de hanche, par définition, doit guérir en moins de deux semaines.Letraitement consiste en la mise au repos de l'articulation concernée, et en la prise éventuelle de médicaments anti-inflammatoires les premiers jours, et antidouleurs pendant 5 à 10 jours.

Quelles précautions dois-je prendre par la suite ?

L'enfant doit être à nouveau consulté :

  • avant 8 jours, en cas d’absence d’amélioration nette,

  • et après 8 jours, en cas d’absence de guérison totale.

Des radiographies de contrôle sont nécessaires 45 jours après le début de la maladie pour s’assurer que l’articulation ait retrouvé son aspect initial.Un suivi médical régulier est important dans les mois qui suivent.Compte-tenu des faibles doses de rayons X utilisés et des précautions prises, il n’y a pas de risque lié à la radiographie.

Le rhume de hanche chez l’enfant est une affection douloureuse et invalidante, mais bénigne : elle se soigne très bien.Il est cependant important de respecter le repos et d'effectuer les examens de suivi (radiographies), même si les symptômes ont rapidement disparu.

Groupe le pré au chat

Avenue du Général SARRAIL ,
51250 SERMAIZE LES BAINS, France

Contacts

  • Fixe : 03 26 73 20 53
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • traitement de la bronchiolite

     Le traitement de la bronchiolite aiguë est purement symptomatique. Il repose sur : - le maintien d'une hydratation et d'une nutrition couvrant les besoins de base du nourrisson. Les difficultés d'alimentation peuvent amener à fractionner les repas, épaissir les biberons, imposer une alimentation entérale (sonde nasogastrique) voire parentérale - la désobstruction des voies aériennes : instillation locale de sérum physiologique, kinésithérapie éventuelle - une position de couchage idéale : proclive dorsal à 30°, tête en légère extension - le maintien d'un environnement favorable : aération de la chambre, température = 19°C, éviter l'inhalation passive de tabac - une oxygénothérapie, indiquée en milieu hospitalier pour les nourrissons présentant une désaturation marquée en O2. Les médicaments inhalés ou par voie orale n'influencent ni le décours de la bronchiolite aiguë ni la durée d'hospitalisation ou d'administration d'oxygène. Il n'y a pas de place pour les bronchodilatateurs ni pour les corticoïdes, sauf en cas d'hyperréactivité bronchique préexistante : dysplasie broncho-pulmonaire, asthme infantile... Antitussifs, mucolytiques et mucorégulateurs n'ont aucune indication. Il n'y a pas lieu de prescrire la ribavirine. Les antibiotiques n'ont aucun effet sur les agents viraux responsables de la bronchiolite. Le faible risque d'infection bactérienne rend l'antibiothérapie initiale inutile. Une antibiothérapie (amoxicillineacide clavulanique, céfuroxime-axétil ou cefpodoxime-proxétil) se discute en cas de : - fièvre = 38,5°C persistante au-delà de 3 jours d'évolution, - otite moyenne aiguë purulente associée, - pneumonie et/ou atélectasie confirmées par radiographie du thorax. TRAITEMENT AMBULATOIRE Nourrissons sans maladie préexistante - Bonne instruction des parents - Eviter les manipulations inutiles - Assurer un apport hydrique et alimentaire suffisant (repas fréquents mais plus petits, tête surélevée après le repas) - Bonne toilette nasale (aspiration des sécrétions excessives, lavage éventuel avec NaCl 0,9 %) - Protection stricte contre la fumée et autres toxiques dans l'air - Kinésithérapie selon l'état clinique - En cas de rhinite importante : gouttes nasales décongestionnantes (xylométazoline) - Réévaluation éventuelle le lendemain Nourrissons avec maladie pulmonaire préexistante En sus des recommandations précédentes : envisager l'inhalation de bronchodilatateurs et de stéroïdes pour traiter la maladie de base. La Conférence de consensus de l'ANAES sur la prise en charge de la bronchiolite du nourrisson (septembre 2000) insistait sur la place centrale du médecin traitant dans la filière de soins... Effectivement, il s'agissait d'améliorer l'organisation des soins, notamment de limiter l'afflux massif de nourrissons dans les unités d'urgence lors des épidémies hivernales. D'où la mise en place de « réseaux bronchiolites » centralisés à l'échelon régional, mobilisant les médecins généralistes, les pédiatres et les kinésithérapeutes. Pour le médecin traitant, l'accent est mis sur la surveillance en ambulatoire, la prévention et l'éducation pour la santé. En particulier, l'éducation des familles se fonde sur un rappel des règles d'hygiène (lavage des mains à l'eau et au savon) et sur l'importance de faire évaluer l'état de l'enfant par un médecin de ville avant de l'adresser à l'hôpital. Quelle est la place de la kinésithérapie dans la prise en charge de la bronchiolite aiguë du nourrisson ? La kinésithérapie respiratoire est largement prescrite et prônée dans cette affection dans les pays d'Europe francophones. Deux techniques sont privilégiées pour favoriser la désobstruction des voies aériennes inférieures : l'expiration lente prolongée et la toux provoquée, qui vise à obtenir l'expectoration. La prescription de kinésithérapie dépend de l'état clinique de l'enfant ; la fréquence et le nombre de séances sont fonction de l'évolution clinique. Les médecins généralistes et les pédiatres devraient être en mesure de confier leurs patients à des kinésithérapeutes spécifiquement formés à ces techniques.

    Lire la suite
  • J'ai bénéficié d'une reconstruction mammaire différée

    Aujourd’hui, Patricia a 47 ans. Elle a été traitée par tumorectomie pour un premier cancer à l’âge de 33 ans. La tumorectomie est une opération chirurgicale qui consiste à retirer la tumeur. En 2007, un nouveau cancer s’est déclaré sur le même sein. Cela a nécessité son ablation, suivie, un an plus tard, d’une reconstruction mammaire.

    Lire la suite
  • Je vois quand et comment utiliser un défibrillateur

    Cette vidéo vous montre de façon très pratique les gestes qui peuvent sauver une vie en cas d’arrêt cardiaque. Vous découvrez les 3 étapes importantes : appeler, masser et défibriller. Réalisés rapidement, ces gestes augmentent les chances de survie. Nous sommes tous concernés.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale