Groupe le pré au chat
J'ai bénéficié d'une reconstruction mammaire différée - Groupe le pré au chat - Docvadis

J'ai bénéficié d'une reconstruction mammaire différée

Aujourd’hui, Patricia a 47 ans. Elle a été traitée par tumorectomie pour un premier cancer à l’âge de 33 ans. La tumorectomie est une opération chirurgicale qui consiste à retirer la tumeur. En 2007, un nouveau cancer s’est déclaré sur le même sein. Cela a nécessité son ablation, suivie, un an plus tard, d’une reconstruction mammaire.

L’annonce de la récidive et de l’ablation

« En 2007, onze ans après mon premier cancer, j’ai constaté que mon sein avait changé d’aspect. J’ai rapidement consulté mon médecin qui m’a annoncé que l’ablation allait être nécessaire. J’ai très mal vécu cette annonce. Je ne m’étais pas préparée ni à la récidive ni à l’ablation », raconte Patricia. « Le médecin a tout de suite évoqué la reconstruction. J’avais donc déjà cette perspective, même si ça ne fait pas passer la pilule. »

 

L’annonce avait sans doute été traumatisante, du fait de l’état d’impréparation de la patiente : l’emploi du présent en témoigne, commente le psychologue clinicien.

 

De retour à la maison, Patricia a informé son mari : « Il n’a pas fait de commentaires. Nous savions l’un comme l’autre qu’il fallait en passer par là. Il restait un mois et demi avant l’opération, nous étions mi-juillet et nous devions partir en vacances. Je n’ai pas voulu trop en parler à mes enfants qui avaient 12 et 17 ans. »

 « Si je devais donner un conseil aux femmes qui traversent cette épreuve, c’est vraiment de se raccrocher au reste. Il faut absolument intégrer que cette opération va vous sauver. Et puis, un sein, ce n’est pas un poumon ! Il faut relativiser, même si c’est dur ! »

L’opération

« Quand je suis partie pour la salle d’opération, j’ai vraiment pris conscience que, le lendemain, je ne serai plus la même. En plus, comme c’était une récidive, je savais aussi à quoi m’attendre concernant les traitements. Je repartais pour le parcours du combattant, j’étais abattue ! »

 

« L’opération s’est bien passée. Au réveil, mon premier geste a été de porter ma main sur mon sein. Il y avait un gros pansement à la place. Mais, à ce moment-là, j’étaismoins mal : une étape était franchie ! »

« Je crois qu’il est essentiel de ne pas ressasser le présent. Il faut regarder devant et aller de l’avant. »

Le retour à la maison et l’image de soi

« Le premier pansement est un choc, puisqu’on voit la cicatrice pour la première fois. A la maison, c’était plus difficile de soutenir le regard de l’infirmière qui venait faire les soins. Elle m’a pourtant rassurée sur la qualité de ma cicatrice qui n’était ni boursouflée ni douloureuse. »

 

Patricia a fait le choix de tout partager avec son mari très rapidement : « J’ai tout de suite montré ma cicatrice à mon mari à l’hôpital. Je voulais qu’il voie vite, c’était dur, mais il le fallait ! De mon côté, je pouvais me regarder dans la glace et soutenir mon image. Cela dit, je ne l’ai montrée à personne d’autre. » Evoquant sa vie intime, Patricia considère que l’opération a été moins pénible à supporter que le traitement de chimiothérapie : « J’étais complètement épuisée, les effets secondaires étaient très importants et m’empêchaient parfois de me lever. »

Le port de la prothèse

A l’extérieur, Patricia a fait le choix de porter systématiquement une prothèse : « Quand je suis sortie de l’hôpital, je ne portais rien et j’avais l’impression d’un creux. L’infirmière m’a proposé un renfort en coton et j’ai rapidement acheté une prothèse autocollante. Je n’ai pas pu utiliser l’autocollant immédiatement. Mais je plaçais la prothèse dans mon soutien-gorge. Ensuite, j’ai pu l’utiliser en la fixant sur mon buste. »

 

Pendant les vacances d’été, Patricia a porté sa prothèse sous son maillot de bain : « On ne voyait pas grand-chose, et je me disais que je n’allais pas me priver de vacances. D’ailleurs, je ne crois pas que les gens aient vraiment remarqué quoi que cesoit. »

 

« Pendant cette étape, il faut garder en tête que c’est une situation provisoire. D’ailleurs, on parle déjà de la reconstruction. »

Objectif reconstruction

« Lorsque le chirurgien a évoqué la reconstruction, il m’a expliqué qu’il allait, peut-être, être nécessaire de retoucher l’autre sein pour rééquilibrer l’ensemble. J’avais pour objectif d’effectuer la reconstruction avant de reprendre le travail, pour éviter d’être de nouveau arrêtée. J’ai posé toutes les questions sur les effets secondaires, j’ai vu les prothèses, j’ai demandé des informations sur l’intervention, sa durée, celle de l’hospitalisation et de l’arrêt de travail. » Patricia était décidée, mais il lui a fallu patienter pendant le délai légal de réflexion. « Je voulais aller le plus vite possible ! Mais, finalement, entre la fin des traitements et la reconstruction il ne s’est passé que quelques mois. »

 

« Le jour de l’opération, j’étais joyeuse ! C’était mon choix, je ne subissais pas ! »

Après la reconstruction

« Mon premier geste aussi a été de toucher. J’avais une grosse brassière, mais je pouvais voir un petit bout de décolleté. C’était très satisfaisant ! Ce n’est pas vraiment un sein, le mamelon n’est pas encore tatoué, le tatouage vient plus tard, mais l’esthétique de la silhouette est modifiée. L’autre sein n’a pas été retouché. Comme la prothèse doit durer dix à quinze ans, on verra à ce moment-là s’il est nécessaire de faire quelque chose. »

Et maintenant ?

Après la reconstruction, Patricia a participé à un groupe de parole, animé par un psychologue, pour aider des patientes qui hésitent à franchir le cap de la reconstruction. « Nous avons eu des échanges formidables. Je venais pour témoigner de mon expérience, et elles m’ont beaucoup apporté aussi. »

 

« Aujourd’hui, j’ai retrouvé mon image pour l’extérieur. Je n’y pense quasiment plus. Je peux faire de nouveau les mêmes choses qu’avant, y compris la plupart des sports, car je suis très sportive ! Cet été, je rachète de nouveaux maillots de bain ! »

Le point de vue du psychologue clinicien

La mammectomie constitue, pour la très grande majorité des femmes, une profonde blessure psychique.

Dans le cas de la reconstruction différée, imposée le plus souvent par des considérations thérapeutiques (radiothérapie adjuvante), l’attente de la chirurgie réparatrice donne du temps pour faire le deuil du sein perdu. Le sein reconstruit, au-delà de la prouesse chirurgicale, est alors le plus souvent investi positivement sur le plan psychique et peut être considéré comme une véritable réparation. « Là, c’est du bonheur ! », disent même certaines patientes.

 

Jean-Luc MACHAVOINEPsychologue clinicienCentre François BACLESSE

Groupe le pré au chat

Avenue du Général SARRAIL ,
51250 SERMAIZE LES BAINS, France

Contacts

  • Fixe : 03 26 73 20 53
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Mon enfant a un rhume de hanche, je m'informe sur le traitement et le suivi

    Chez l’enfant, la boiterie liée à une douleur au niveau de la hanche est fréquente. Le rhume de hanche en est la première cause, mais ce diagnostic ne doit pas être évoqué entre 1 et 2 ans, ni à l’adolescence.

    Lire la suite
  • traitement de la bronchiolite

     Le traitement de la bronchiolite aiguë est purement symptomatique. Il repose sur : - le maintien d'une hydratation et d'une nutrition couvrant les besoins de base du nourrisson. Les difficultés d'alimentation peuvent amener à fractionner les repas, épaissir les biberons, imposer une alimentation entérale (sonde nasogastrique) voire parentérale - la désobstruction des voies aériennes : instillation locale de sérum physiologique, kinésithérapie éventuelle - une position de couchage idéale : proclive dorsal à 30°, tête en légère extension - le maintien d'un environnement favorable : aération de la chambre, température = 19°C, éviter l'inhalation passive de tabac - une oxygénothérapie, indiquée en milieu hospitalier pour les nourrissons présentant une désaturation marquée en O2. Les médicaments inhalés ou par voie orale n'influencent ni le décours de la bronchiolite aiguë ni la durée d'hospitalisation ou d'administration d'oxygène. Il n'y a pas de place pour les bronchodilatateurs ni pour les corticoïdes, sauf en cas d'hyperréactivité bronchique préexistante : dysplasie broncho-pulmonaire, asthme infantile... Antitussifs, mucolytiques et mucorégulateurs n'ont aucune indication. Il n'y a pas lieu de prescrire la ribavirine. Les antibiotiques n'ont aucun effet sur les agents viraux responsables de la bronchiolite. Le faible risque d'infection bactérienne rend l'antibiothérapie initiale inutile. Une antibiothérapie (amoxicillineacide clavulanique, céfuroxime-axétil ou cefpodoxime-proxétil) se discute en cas de : - fièvre = 38,5°C persistante au-delà de 3 jours d'évolution, - otite moyenne aiguë purulente associée, - pneumonie et/ou atélectasie confirmées par radiographie du thorax. TRAITEMENT AMBULATOIRE Nourrissons sans maladie préexistante - Bonne instruction des parents - Eviter les manipulations inutiles - Assurer un apport hydrique et alimentaire suffisant (repas fréquents mais plus petits, tête surélevée après le repas) - Bonne toilette nasale (aspiration des sécrétions excessives, lavage éventuel avec NaCl 0,9 %) - Protection stricte contre la fumée et autres toxiques dans l'air - Kinésithérapie selon l'état clinique - En cas de rhinite importante : gouttes nasales décongestionnantes (xylométazoline) - Réévaluation éventuelle le lendemain Nourrissons avec maladie pulmonaire préexistante En sus des recommandations précédentes : envisager l'inhalation de bronchodilatateurs et de stéroïdes pour traiter la maladie de base. La Conférence de consensus de l'ANAES sur la prise en charge de la bronchiolite du nourrisson (septembre 2000) insistait sur la place centrale du médecin traitant dans la filière de soins... Effectivement, il s'agissait d'améliorer l'organisation des soins, notamment de limiter l'afflux massif de nourrissons dans les unités d'urgence lors des épidémies hivernales. D'où la mise en place de « réseaux bronchiolites » centralisés à l'échelon régional, mobilisant les médecins généralistes, les pédiatres et les kinésithérapeutes. Pour le médecin traitant, l'accent est mis sur la surveillance en ambulatoire, la prévention et l'éducation pour la santé. En particulier, l'éducation des familles se fonde sur un rappel des règles d'hygiène (lavage des mains à l'eau et au savon) et sur l'importance de faire évaluer l'état de l'enfant par un médecin de ville avant de l'adresser à l'hôpital. Quelle est la place de la kinésithérapie dans la prise en charge de la bronchiolite aiguë du nourrisson ? La kinésithérapie respiratoire est largement prescrite et prônée dans cette affection dans les pays d'Europe francophones. Deux techniques sont privilégiées pour favoriser la désobstruction des voies aériennes inférieures : l'expiration lente prolongée et la toux provoquée, qui vise à obtenir l'expectoration. La prescription de kinésithérapie dépend de l'état clinique de l'enfant ; la fréquence et le nombre de séances sont fonction de l'évolution clinique. Les médecins généralistes et les pédiatres devraient être en mesure de confier leurs patients à des kinésithérapeutes spécifiquement formés à ces techniques.

    Lire la suite
  • Je vois quand et comment utiliser un défibrillateur

    Cette vidéo vous montre de façon très pratique les gestes qui peuvent sauver une vie en cas d’arrêt cardiaque. Vous découvrez les 3 étapes importantes : appeler, masser et défibriller. Réalisés rapidement, ces gestes augmentent les chances de survie. Nous sommes tous concernés.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale