Le site du Docteur Jacques GOURDON

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je prends des anticoagulants AVK (anti-vitamine K), je vais être opéré : les bons conseils  - Le site du Docteur Jacques GOURDON - Docvadis

Je prends des anticoagulants AVK (anti-vitamine K), je vais être opéré : les bons conseils

Vous prenez un traitement anticoagulant de la famille des anti-vitamines K. Il est prescrit pour prévenir la formation de caillots (de thromboses) dans votre circulation sanguine, fluidifie le sang mais peut augmenter votre risque de saigner. Aussi avant certaines opérations chirurgicales comportant un risque accru de saignements, le médecin vous demandera d’interrompre quelques jours votre AVK. Voici quelques conseils simples à suivre.

 8 bons conseils pour gérer mon traitement AVK en cas d’intervention chirurgicale

 

J’informe mon chirurgien de mon traitement AVK et je me renseigne auprès de lui du risque de saignement durant l’intervention.

Je prépare les documents à apporter à ma consultation de pré-anesthésie

  • a. mon dossier médical,

  • b. toutes les ordonnances de mes traitements en cours,

  • c. les boîtes des médicaments que je prends en automédication,

  • d. les résultats de mes examens complémentaires, sans oublier les résultats de mes derniers INR (qui renseignent sur ma coagulation), e. les coordonnées du médecin qui me prescrit l’AVK.

  • e. les coordonnées du médecin qui me prescrit l’AVK.

J’informe le médecin anesthésiste de mon traitement AVK, des raisons de sa prescription, de mon état de santé et de mes antécédents médicaux. Je lui pose toutes les questions qui me préoccupent concernant l’intervention, le risque de saignement et la gestion de mon traitement AVK.

Je suis scrupuleusement les indications du médecin, notamment les analyses à faire avant l’intervention (souvent un INR la veille de l’opération).

Si mon risque de saignement durant l’intervention a été jugé peu important :

  • a. Je prends normalement mon médicament AVK jusqu’à l’intervention mais je saute la prise de la veille au soir.

  • b. Après l’intervention, je reprends mon médicament AVK quelques heures après la fin de l’opération, quand le chirurgien et l’anesthésiste m’y autorisent.

 

 

Si l’intervention que je vais avoir expose à un risque accru de saignement :

  • a. l’anesthésiste me demandera d’arrêter mon traitement quelques jours avant l’intervention, le temps que l’effet anticoagulant de l’AVK diminue ou disparaisse ;

  • b. je fais des prises de sang pour mesurer mon INR tous les jours, jusqu’à obtenir un taux compatible avec l’intervention (1,5 ou 1,2 selon les cas) ;

  • c. si je dois être opéré en urgence, l’anesthésiste m’administre un médicament qui annule l’effet de l’anti-vitamine K ;

  • d. après l’intervention, je reprends mon traitement AVK dès que le chirurgien m’y autorise.

Si l’anesthésiste et le médecin qui m’a prescrit l’AVK le jugent nécessaire, je prends un autre traitement anticoagulant (héparine) durant l’interruption de l’AVK (ceci est notamment indispensable si je suis porteur d’une valve mécanique cardiaque).

Je suis scrupuleusement les indications de l’anesthésiste et du chirurgien et je n’hésite pas à leur demander des précisions si je n’ai pas bien compris leurs instructions.

 

Pour les interventions n’exposant pas à un risque accru de saignement, cela ne sera pas nécessaire.

 La décision d’interrompre ou non votre médicament AVK sera prise par l’anesthésiste en concertation avec votre chirurgien et éventuellement avec le médecin qui vous a prescrit l’AVK. Suivez scrupuleusement les instructions qui vous seront données, afin d’éviter un surrisque de saignement, ou à l’inverse de caillot.

Centre Médical de Narbonne Plage

2A rue de Provence ,
11100 Narbonne-Plage, France

Contacts

  • Fixe : 0468498358
  • Fax : 0468493548
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur la fibrillation auriculaire

    Des battements du cœur, rapides et irréguliers, peuvent révéler une fibrillation auriculaire. C’est un trouble du rythme cardiaque qui est fréquent notamment après 60 ans. Son traitement permet d'éviter la survenue d’accidents vasculaires graves.

    Lire la suite
  • J’évalue mon risque d’avoir des apnées du sommeil

    Les apnées du sommeil correspondent à des pauses respiratoires durant votre sommeil nocturne. Elles altèrent la qualité de vie et sont souvent associées à certaines maladies cardiovasculaires comme l’hypertension, les attaques cérébrales (AVC), la fibrillation auriculaire, et aggravent les maladies des artères du cœur. Elles sont plus fréquentes chez les patients hypertendus, diabétiques et en surpoids. Des tests simples vous permettent de savoir si vous êtes concernés.

    Lire la suite
  • Je vais avoir un pacemaker

    Un pacemaker est un appareil électronique capable d’analyser le fonctionnement du cœur et de le stimuler quand c’est nécessaire. Connaissez les précautions à prendre au quotidien.

    Lire la suite
  • J'ai de l'insuffisance cardiaque : je comprends ma maladie

    L’insuffisance cardiaque est la conséquence de l’épuisement du cœur qui ne peut plus assurer correctement son travail de pompe. Certains signes peuvent alerter sur l’existence de ce défaut de pompage.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale