Gastro-entérologues de la clinique Saint-Hilaire
Morphine : je discerne le vrai du faux - Gastro-entérologues de la clinique Saint-Hilaire - Docvadis

Morphine : je discerne le vrai du faux

La morphine est connue et utilisée depuis l’antiquité pour soulager les douleurs intenses. Sa réputation la précède avec un certain nombre d’idées reçues…absolument non justifiées.

Si on me donne de la morphine, c’est que je suis à l’article de la mort ?

Non, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), adéfini 3 catégories d’antidouleurs selon son intensité. La morphine est parfaitement justifiée pour les douleurs intenses, qu’elles soient aiguës (après une opération par exemple) ou chroniques comme au cours d’un cancer. De plus, l’intensité de la douleur n’est pas parallèle à la gravité de la maladie.

La morphine rend-elle dépendant ?

Non. La morphine est un dérivé de l’opium. Elle est classée comme stupéfiant et son utilisation est très réglementée. Certaines personnes imaginent devenir toxicomanes… Les études scientifiques montrent que la morphine utilisée dans de bonnes conditions pour traiter la douleur, n’entraîne pas de toxicomanie, même si elle est prise longtemps.

Prendre de la morphine fait-il tout le temps dormir ?

Non. La morphine provoque une somnolence au début du traitement, ou lorsque les dosages augmentent. Cette somnolence est généralement passagère et s’atténue progressivement : il faut que votre corps ait le temps de s’adapter… Si la somnolence persiste ou s’accentue, votre médecin peut diminuer les dosages ou vous prescrire d’autres médicaments.

La morphine a-t-elle beaucoup d’effets indésirables difficiles à supporter ?

Non. La morphine a comme tout médicament des effets indésirables. Ils ne sont pas systématiques et peuvent être contrôlés par des traitements adaptés (antinauséeux contre les nausées et laxatifs quotidiens contre la constipation). Chaque personne réagit différemment à la morphine. Si vous ne supportez pas ses effets indésirables, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Si la morphine ne me soulage plus, on ne pourra plus rien me proposer ?

Non. Si vous avez besoin de morphine, cela ne signifie pas qu’elle ne sera plus efficace à un autre moment. Si la morphine ne soulage plus suffisamment votre douleur, cette dernière devra être de nouveau évaluée et d’autres antidouleurs que la morphine pourront vous être proposés.

La morphine permet de soulager des douleurs intenses.

Son utilisation est réglementée pour éviter les abus et favoriser son bon usage.

N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Clinique Saint-Hilaire


Gastro-entérologie, 2 Place Sant-Hilaire ,
76000 Rouen, France

Contacts

  • Fixe : 02 35 08 66 34
  • Fax : 02 35 15 90 64
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je sais comment ma douleur chronique peut être évaluée

    La douleur chronique a souvent des impacts multiples. Un certain nombre d’outils ou plutôt d’échelles permettent à votre médecin d’analyser et de qualifier votre douleur chronique (qui dure depuis plus de 3 à 6 mois). Cette évaluation est essentielle pour la prendre en charge.

    Lire la suite
  • Cancer : l'intérêt de la consultation d'annonce

    Cette vidéo vous décrit le dispositif d'annonce du cancer dont l'objectif est de vous expliquer votre maladie et les traitements choisis pour vous. Les médecins et infirmières des consultations d'annonce vous accompagnent, reformulent ce qui vous a été dit, vous aident à accepter votre traitement, vous écoutent, répondent à vos questions. Vos proches peuvent être avec vous dans ces consultations.

    Lire la suite
  • Métastases hépatiques : je comprends leur prise en charge

    Les métastases hépatiques sont les tumeurs du foie les plus fréquentes. Le diagnostic est le plus souvent posé lors d’un bilan d’extension d’un autre cancer.

    Lire la suite
  • Morphine : je comprends sa place dans les douleurs chroniques

    La morphine est connue et utilisée depuis l’antiquité pour soulager les douleurs intenses notamment persistantes ou chroniques dans un certain nombre de situations. Cependant, elle n’est pas adaptée à tous les types de douleurs et sa prescription se fait sous surveillance médicale.

    Lire la suite
  • Pour ma douleur : des techniques non médicamenteuses

    Les médicaments antalgiques restent la clé de voûte du traitement de la douleur, mais de multiples méthodes non médicamenteuses se sont développées depuis de nombreuses années. Ces techniques ont toutes la même finalité : renforcer le contrôle endogène de la douleur.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale