Le site du Docteur Gaelle SOURISSEAU DIVERRES

Rhumatologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Est-il conseillé de se vacciner contre la varicelle ? - Le site du Docteur Gaelle SOURISSEAU DIVERRES - Docvadis

Est-il conseillé de se vacciner contre la varicelle ?

La varicelle est une maladie infantile éruptive qui touche chaque année plus de 700 000 personnes en France. Le plus souvent bénigne, elle peut parfois être à l’origine de complications. Un vaccin existe. Il n’est pas recommandé en routine mais il est indiqué dans certaines situations particulières.

Le vaccin contre la varicelle est-il efficace ?

Il existe depuis 2004 en France deux vaccins contre le virus de la varicelle. Il s’agit de vaccins contenant du virus vivant atténué et ils peuvent être administrés dès l’âge de 12 mois. La vaccination se fait en 2 injections sous-cutanées, espacées de quelques semaines. Les études ont montré que, chez les enfants dont le système immunitaire fonctionne normalement, le vaccin est très « immunogène », c’est-à-dire qu’il les protège bien contre la maladie.

La vaccination, c’est pas systématique

En France, le vaccin contre la varicelle n’est pas systématiquement recommandé par les autorités sanitaires car il s’agit d’une maladie presque toujours bénigne, en particulier chez l’enfant. Et, pour que les bénéfices de la vaccination soient réels, il faudrait qu’au moins 90 % des enfants soient vaccinés (objectif qui semble impossible à atteindre). Si ce taux n’est pas atteint, la varicelle risque de survenir à un âge plus tardif (chez l’adulte) avec plus de formes sévères et de complications.

La vaccination est recommandée dans certaines situations

En revanche, à l’échelon individuel, la vaccination est préconisée dans certaines situations particulières notamment chez l’adulte ou chez des personnes immunodéprimées (c’est-à-dire qui ont une diminution des défenses de l’organisme). En effet, dans ces groupes de populations, la varicelle peut se compliquer de surinfections cutanées, d’atteintes pulmonaires ou neurologiques.

Faites-vous partie des sujets pour lesquels la vaccination est recommandée ?

Voici les situations dans lesquelles la vaccination est recommandée :

  • Les adultes n’ayant jamais eu la varicelle (on dit encore « non immunisés ») ou n’étant pas certains d’avoir eu la varicelle, et qui viennent d’avoir un contact récent (moins de 3 jours) avec un cas de varicelle déclarée.

  • Les adultes ou les personnels de santé non immunisés contre la varicelle, qui travaillent dans des collectivités d’enfants ou dans des structures de soins. En effet, s’ils sont contaminés, ils peuvent transmettre la varicelle aux personnes dont ils s’occupent. En particulier, une vaccination est proposée aux étudiants en première année d’études médicales ou paramédicales qui ne sont pas immunisés.

  • Les personnes non immunisées contre la varicelle se trouvant dans l’entourage de sujets immunodéprimées.

  • Les enfants en attente de greffe d’organe, sans antécédent de varicelle, dans les 6 mois précédant la greffe.

  • Les femmes en âge de procréer, n’ayant pas d’antécédent de varicelle, peuvent se voir proposer une vaccination. En effet, la femme enceinte est à risque de complication de la varicelle. De plus, en cas de contamination de la mère, le fœtus peut développer une varicelle congénitale et le nouveau-né une infection néonatale sévère. Avant de procéder à la vaccination, le médecin demandera un test de grossesse afin de s’assurer qu’une grossesse n’est pas en cours, et prescrira une contraception efficace pendant 3 mois après chaque dose de vaccin.

  • Enfin, les adolescents de 12 à 18 ans qui n’ont pas encore eu la varicelle peuvent eux aussi bénéficier de la vaccination.

Il peut vous être demandé de réaliser un test sérologique (prise de sang) avant la vaccination pour vérifier si réellement vous n’avez pas eu la varicelle et que vous n’êtes pas immunisé.

Le vaccin a-t-il des effets indésirables ?

Les effets indésirables sont assez fréquents, mais le plus souvent bénins. Il s’agit de douleur ou d’œdème au point d’injection, parfois un peu de fièvre. Rarement apparaît une éruption, elle aussi sans gravité, dans les semaines suivant la vaccination. Il a été décrit de rares cas de convulsions modéréessuite à une fièvre consécutive à la vaccination.

Y a- t-il des contre-indications à la vaccination ?

Vous ne devez pas vous faire vacciner si vous êtes enceinte, ou si vous présentez une allergie à certains composants du vaccin, un trouble de la coagulation, un déficit immunitaire ou des antécédents familiaux de déficit immunitaire héréditaire. Il faut éviter aussi de vous faire vacciner au cours d’un épisode fébrile de plus de 38°5. Par ailleurs, il vous sera recommandé de ne pas prendre d’aspirine ou autres salicylés dans les 6 semaines suivant la vaccination.

En dehors de certaines situations à risque comme l’âge adulte, la grossesse, et la présence d’un déficit immunitaire, la varicelle est une maladie le plus souvent bénigne, avec un taux de complications faible (environ 3 %). Les recommandations de vaccinations visent surtout à éviter la varicelle chez les adultes et à réduire le risque de transmission par l’entourage aux personnes potentiellement fragiles. Si vous n’êtes pas certain d’avoir eu la varicelle, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin et à évaluer avec lui l’intérêt ou non de la vaccination dans votre cas particulier.

Cabinet médical du docteur Sourisseau- Diverrès

91 avenue du maréchal de Lattre de Tassigny ,
33470 Gujan Mestras, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 54 66 63
  • Fax : 05 57 15 18 49
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je crée mon carnet de vaccination électronique pour être mieux vacciné

    Mesvaccins.net vous permet de créer votre carnet de vaccination électronique pour être mieux vacciné, sans défaut, ni excès. Faites le point sur vos vaccinations en 30 secondes et obtenez des conseils sur les vaccinations nécessaires avant un départ en vacances.

    Lire la suite
  • Je teste mes connaissances sur la vaccination

    La vaccination est une méthode permettant d’atténuer ou d’éviter la survenue d’une maladie infectieuse. Son principe est de stimuler nos propres défenses immunitaires contre un microbe donné, en injectant un microbe tué ou atténué, rendu inoffensif. Testez vos connaissances sur la vaccination.

    Lire la suite
  • Vaccinations, je suis à jour

    La vaccination sauve de nombreuses vies et a fait disparaître des maladies infectieuses de certaines régions du globe. La vaccination est aujourd'hui encore indispensable. Elle permet de se protéger et de protéger les autres.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale