Le site du Docteur François-Xavier Ruffin

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je comprends l'importance du bon usage d’un corticoïde par voie locale - Le site du Docteur François-Xavier Ruffin - Docvadis

Je comprends l'importance du bon usage d’un corticoïde par voie locale

Véritable révolution thérapeutique, la corticothérapie locale allie efficacité et praticité. Une bonne information et le respect des règles d’utilisation, vous permettent d’éviter d'éventuelles complications.

A quoi servent les corticoïdes par voie locale ?

Les corticoïdes administrés par voie cutanée, appelés dermocorticoïdes, sont utiles pour traiter les manifestations d’un certain nombre de maladies chroniques de la peau. Dans ce cas, leur utilisation est programmée pendant plusieurs semaines.

Ils peuvent aussi être utilisés, pour une durée brève, afin de diminuer l’inflammation de la peau comme lors d’une piqûre d’insecte par exemple.

Comment agissent-ils ?

Les dermocorticoïdes sont des préparations médicamenteuses, qui contiennent des dérivés de la cortisone, destinées à un usage local. Ils ont plusieurs effets : anti-inflammatoire, antiprolifératif (diminution de la synthèse des cellules de la peau), vasoconstricteur (diminution de la rougeur et de l’œdème), anti-allergique, antiprurigineux (contre les démangeaisons)...

Les dermocorticoïdes sont stockés dans la couche cornée et diffusent progressivement, pendant 24 heures après leur application, dans les couches plus profondes (épiderme et derme) de la peau. C’est pourquoi, une seule application par jour est normalement suffisante.

Comment est choisi le corticoïde qui me convient ?

Le choix du type de corticoïde dépend de votre maladie et repose sur d'autres critères : la zone à traiter, la puissance du corticoïde, sa présentation appelée "galénique" et votre âge. Ces critères sont souvent liés entre eux.

L'âge

Chez le nourrisson, l’enfant et les personnes âgées, la peau étant fine, un corticoïde de classe faible sera préféré.

La zone à traiter

Dans les plis, sur les muqueuses, les parties génitales et les paupières, il est nécessaire d’utiliser des classes de dermocorticoïdes de niveau faible car là aussi, la peau est plus fine et le dermocorticoïde pénètre rapidement.

Par contre, dans les zones plus épaisses comme sur le cuir chevelu, des dermocorticoïdes de classe forte pourront être appliqués, même sous occlusion si nécessaire.

  • Les pommades sont utilisées sur des zones très sèches et de surface réduite. Elles sont plus efficaces qu‘une crème.

  • Les crèmes sont faciles à étaler sur de grandes surfaces. Leur galénique est plus agréable. Elles sont à associer systématiquement à des crèmes émollientes.

  • Les gels sont utilisés dans les plis ou les zones suintantes.

  • Les lotions sont adaptées pour le cuir chevelu ou les zones pileuses.

  • Les shampooings sont privilégiés en cas de lésions diffuses sur le cuir chevelu.

Un dermocorticoïde sous forme de pommade est plus efficace qu‘une crème qui, elle-même, est plus efficace qu’un gel ou qu’une lotion.

Un dermocorticoïde sous occlusion (pansement, plis ou sous les couches du nourrisson par exemple), pénètre mieux et plus vite dans les parties profondes de la peau, mais peut avoir certains effets secondaires.

Pourquoi dois-je appliquer d'autres crèmes en plus du dermocorticoïde ?

L’altération de la couche cornée de la peau diminue l’efficacité des dermocorticoïdes, d’où l’importance d’appliquer plusieurs fois par jour des crèmes hydratantes sur l’ensemble des zones cutanées à traiter. Ainsi, on augmente la concentration des corticoïdes dans les couches superficielles de la peau et de ce fait, leur efficacité et leur durée d’action. Les crèmes émollientes vont permettre de réparer la couche cornée de la peau et donc augmenter l’efficacité des corticoïdes.

Sur les surfaces cutanées très abimées et très sèches, on associe des crèmes émollientes pour réparer la couche cornée.

Sur les zones kératosiques ou épaisses, on pourra associer des crèmes kératolytiques “décapantes”, (urée ou acide salicylique), pour réduire l’épaisseur de ces zones et ainsi faciliter la pénétration des dermocorticoïdes.

Il existe également des dermocorticoïdes associés à de l’acide salicylique qui pourront être prescrits en cure courte, pour “décaper” certaines zones kératosiques.

Combien de fois par jour dois-je appliquer ce dermocorticoïde ?

Une application par jour est tout à fait suffisante, sauf en cas d’altération de la couche cornée, où 2 applications quotidiennes peuvent être nécessaires en début de traitement. Ces 2 applications seront poursuivies jusqu’à l’amélioration des lésions, et les doses seront rapidement diminuées à une application par jour. Le fait d’augmenter les quantités de dermocorticoïdes, n’augmentera pas leur efficacité.

La durée du traitement va dépendre de la maladie traitée et donc de la prescription médicale. Il est impératif que vous respectiez cette prescription médicale. Après amélioration de l’inflammation, il sera peut-être nécessaire d’arrêter le traitement (après 7 à 15 jours environ), ou d’espacer progressivement les applications, selon la prescription médicale.

Y a-t-il des contre-indications ou des précautions à prendre avec ce type de traitement ?

Les corticoïdes locaux favorisent l’infection, ils ne doivent donc pas être appliqués sur des zones cutanées infectées. Ils sont aussi contre-indiqués en cas d’ulcérations de la peau, d’acné, de rosacée, d’allergie à l’un des constituants du dermocorticoïde, et pour l’érythème fessier du nourrisson.

De façon générale, il faut consulter votre médecin en cas d’aggravation des lésions quand on applique un corticoïde sur la peau.

Chez les jeunes enfants, ils doivent être utilisés avec précaution, car leurs substances actives peuvent passer dans le sang.

Puis-je utiliser les dermocorticoïdes en cas de grossesse ?

La corticothérapie locale ne pose pas de problème pendant la grossesse. Cette utilisation se fait toutefois dans le cadre d’un suivi médical.

Y a-t-il des effets secondaires possibles

Les effets secondaires sont rares quand ces médicaments sont appliqués pendant une cure limitée dans le temps. Ils apparaissent surtout en cas d’utilisation prolongée des dermocorticoïdes, et sont en général réversibles à l’arrêt du traitement. Dans les traitements de longue durée, les effets secondaires sont limités si le traitement est bien suivi et surveillé.

L’utilisation prolongée de dermocorticoïdes peut entraîner une atrophie cutanée (amincissement de la peau) pouvant conduire à l’apparition de vergetures, d’une peau fragile, brillante et très fine. Peuvent aussi survenir une dépigmentation, des poils sur les zones d’application, de l’acné, de la rosacée, des lésions d’eczéma, voire une inflammation péri-orale sur le visage.

Comment arrêter ce traitement ?

L'arrêt brutal des dermocorticoïdes n’est pas recommandé car il peut, dans certaines affections, exposer à des rechutes assez rapides.

Selon votre pathologie et votre profil, votre médecin ou votre dermatologue adaptera l'arrêt de votre traitement.

Un espacement progressif des applications peut permettre d’’observer si la dermatose inflammatoire traitée reste sous contrôle et si, au bout du compte, un arrêt peut être proposé.

Les dermocorticoïdes sont des traitements symptomatiques. Ils ne traitent pas la cause de la maladie mais soulagent ses signes cliniques.

Il ne faut pas avoir peur des dermocorticoïdes, traitement local très efficace pour prendre en charge certaines maladies de la peau, à condition de respecter la prescription médicale et les règles de bon usage, qui vous seront expliquées par votre médecin et votre pharmacien.

Cabinet médical

3 Allée Salvador Dali,
44700 Orvault, France

Contacts

  • Fixe : 02 40 76 48 38
  • Fax : 02 40 94 06 30
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale