Le site du Docteur Frederic LABASTE

Médecine Générale
Conventionnement : Autre
Je modifie mon alimentation pour réduire mes ballonnements - Le site du Docteur Frederic LABASTE - Docvadis

Je modifie mon alimentation pour réduire mes ballonnements

Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen. Ils peuvent être réduits en suivant quelques conseils pratiques simples.

D’où viennent mes ballonnements ?

Au cours de la digestion, les aliments passent par l’estomac, puis par l’intestin et par le côlon (gros intestin).Des bactéries, présentes dans le tube digestif, sont à l’origine d’une fermentation des aliments. Ce phénomène produit des gaz dont l’accumulation est responsable des ballonnements et des flatulences dont vous souffrez.

Ballonnements et aérophagie, est-ce la même chose ?

L’aérophagie est due au fait d’avaler trop d’air par la bouche en mangeant.Elle peut avoir pour conséquences des ballonnements (ou météorisme) au niveau de l’estomac que l’on appelle encore aérogastrie.Généralement, l’aérophagie est liée à une consommation importante de sucettes, chewing-gums, tabac... Elle peut aussi être la conséquence d’affections rhino-pharyngées, de désordres au niveau de l’implantation dentaire ou encore de certaines maladies de l’œsophage.

Mon alimentation peut-elle réduire ces ballonnements ?

Vous pouvez améliorer vos ballonnements en réduisant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant (aliments fermentescibles).Pour cela, certains aliments sont à consommer avec modération ou à éviter : haricots blancs, choux, topinambours, pois chiches, pruneaux, figues, dattes, laitages à base de lait entier, fromages blancs gras et fromages trop faits ou à moisissures (roquefort, bleu...), ou encore pain, pâtes et fruits secs.Certains aliments ont, par contre, une fermentation faible ou favorisent même l’expulsion des gaz intestinaux. C’est le cas de certains légumes comme le fenouil, le gingembre, l’avocat, l’asperge, la laitue ; de certains fruits comme la papaye, l’ananas, la cerise, le raisin, la fraise, la framboise, le melon, le kiwi ; de certaines viandes comme la volaille ; ou, enfin, des œufs, de certains féculents et de céréales comme le riz brun, le boulgour, le quinoa, le seigle, le maïs entier, l’épeautre...

Certains aliments favorisent les ballonnements alors que d'autres fermentent peu. Apprenez à les connaitre et à modifier certaines habitudes alimentaires. Mangez dans le calme et mastiquez bien. Listez les aliments à privilégier et ceux que vous tolérez moins.

Ces illustrations vous donnent des indications précieuses. Pour vous aider davantage, cliquez sur "Votre agenda gourmand" proposé en bas du document, il deviendra votre liste de course !

 

Le sport peut-il apporter une amélioration ?

Oui. La pratique d’un exercice physique régulier (marche, natation, vélo...) peut limiter l’apparition de vos ballonnements digestifs.La pratique d’une activité relaxante (yoga) peut également améliorer ces symptômes.

Que dois-je faire pour réduire l’aérophagie ?

Vous devez prendre vos repas dans le calme, en ayant soin de bien mastiquer vos aliments. Il est préférable de manger à heures régulières sans sauter de repas. Vous devez éviter les plats trop chauds ou trop froids ; on a alors tendance à avaler plus d’air que nécessaire.Les boissons gazeuses, l’alcool et le café sont déconseillés. Privilégiez les eaux plates. Buvez plutôt en dehors des repas. Les sucettes, les chewing-gums et le tabac ne sont pas recommandés. Abstenez-vous de parler en mangeant. Prenez le temps de discuter entre les plats.

Pour éviter les ballonnements et autres gênes intestinales, les repas doivent toujours être pris assis, dans le calme et de préférence à heures régulières.Réduisez le volume des deux repas principaux en prenant un encas dans la matinée ou dans l’après-midi.Dans tous les cas, faites une pause de 3 ou 4 minutes entre les plats.

PREFECTURE DE L'ESSONNE


commission des permis de conduire, Évry,

Documents similaires

  • J'ai une intolérance au gluten, je comprends les conséquences

    L’intolérance au gluten n’est pas une allergie alimentaire, mais une maladie à part entière. Il est très important de suivre un régime strict évitant le gluten, présent dans de nombreux aliments.

    Lire la suite
  • Un test pour évaluer mes habitudes alimentaires

    Pour assurer un bon équilibre alimentaire, il faut associer un apport calorique, en quantité adaptée à votre âge et à votre activité, et un comportement alimentaire harmonieux, qui allie plaisir et équilibre. Evaluez vos habitudes alimentaires en faisant ce test et selon vos résultats parlez-en avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Je comprends comment bien prendre mes repas

    Pour adopter de bonnes habitudes alimentaires, l’environnement dans lequel vous mangez est aussi important que le contenu de votre assiette. Manger au calme, apprendre à reconnaître et gérer les signaux envoyés par votre corps sont des éléments essentiels qui vous aideront à stabiliser votre poids. C’est ce que l’on appelle manger en pleine conscience.

    Lire la suite
  • Je veille sur l'alimentation de mon bébé, mois après mois

    De la naissance à 4 mois, puis de 4 à 6 mois, et enfin jusqu’au 12ème mois, l’alimentation du nourrisson doit suivre des règles simples pour favoriser son développement harmonieux.

    Lire la suite
  • Je manque de fer : ce que je dois savoir

    Le fer est un élément majeur de l’organisme ; toute carence en fer – ou carence martiale – provoque certains troubles. Il est important d’identifier les raisons de cette carence pour adapter le traitement. Chez l’adulte, ce traitement passe par une supplémentation en fer.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale