Le site du Docteur Frederic CHATAL

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Cancer de l’estomac : je comprends le suivi après mon traitement - Le site du Docteur Frederic CHATAL - Docvadis

Cancer de l’estomac : je comprends le suivi après mon traitement

Le traitement d’un cancer de l’estomac nécessite souvent une ablation totale ou partielle de l’estomac appelée gastrectomie. Il est tout à fait possible de vivre sans ou avec une partie de l’estomac. Cela peut néanmoins entraîner des troubles gastro-intestinaux qui seront réduits en suivant des règles diététiques simples.

Quelles sont les conséquences d’une ablation de l’estomac ?

L’estomac fait partie de l'appareil digestif. Il décompose les aliments en les brassant et en les mélangeant aux sucs gastriques avant de les déverser lentement dans l'intestin grêle. Dans le cas d’une gastrectomie partielle, le volume de l’estomac est diminué. Dans le cas d’une gastrectomie totale, les aliments passent directement dans l’intestin sans être transformés par les sucs gastriques.

Différents troubles peuvent alors se manifester :

  • Un sentiment de satiété atteint très rapidement lors d’un repas (appelé « syndrome du petit estomac »).

  • Des diarrhées fréquentes, notamment le matin après le repas.

  • Un reflux vers l’œsophage.

  • Un malaise général (on parle de « dumping syndrome ») lors de la prise d’un repas, dû à l’arrivée trop rapide des aliments dans l’intestin. Ce malaise est caractérisé par des bouffées de chaleur, une fatigue brutale, des sueurs, des palpitations, des douleurs abdominales, etc.

  • Deux ou trois heures après un repas riche en sucres, une hypoglycémie qui se traduit par un malaise et une somnolence.

  • Des vomissements de bile le matin.

Ces conséquences ont-elles un impact sur ma santé ?

Les troubles alimentaires et gastro-intestinaux liés à la gastrectomie peuvent être responsables d’une perte de poids. Ils ont néanmoins tendance à s’estomper dans les mois qui suivent l’opération, vous permettant de stabiliser votre poids.

L’ablation de l’estomac est aussi responsable de carences (en vitamine B 12 en cas d’ablation totale, ou en fer en cas d’ablation totale ou partielle) qui peuvent à terme entraîner une anémie.

Comment adapter mon alimentation ?

  • Prenez des repas peu copieux.

  • Augmentez le nombre de repas quotidiens afin de maintenir un apport en calories suffisant (au moins cinq repas par jour).

  • Augmentez l’apport en graisse.

  • Prenez vos repas dans le calme.

  • Mangez lentement en mastiquant longtemps les aliments. Consultez un chirurgien dentiste si l’état de votre dentition ne vous permet pas de mastiquer correctement.

  • Ne buvez pas pendant les repas et évitez les aliments liquides.

  • Buvez, en revanche, plusieurs fois dans la journée (6 à 8 fois) un demi-verre d’eau.

  • Si vous ressentez les symptômes du « dumping syndrome » (malaise général), allongez-vous.

  • Evitez les aliments trop sucrés, salés ou épicés.

  • Evitez les boissons gazeuses et alcoolisées.

Quel sera mon suivi ?

Vous pouvez consulter un diététicien-nutritionniste à l’hôpital après votre gastrectomie. Il vous aidera à adopter de nouvelles habitudes alimentaires. Vous pouvez également consulter un psychologue pour recevoir un soutien psychologique.

De retour à votre domicile, vous serez suivi régulièrement par un médecin de l’équipe qui vous a soigné ou par votre médecin généraliste. Une consultation est généralement programmée tous les 3 à 6 mois pendant les trois premières années, tous les six mois jusqu’à la fin de la cinquième année, puis une fois par an. Lors de ces consultations, le médecin prendra en charge, si nécessaire, les complications tardives liées à votre traitement. Il surveillera l’évolution de votre poids et vous prescrira éventuellement des compléments alimentaires hypercaloriques si vous maigrissez de façon trop importante. En cas de gastrectomie totale, il vous prescrira des injections intramusculaires de vitamine B 12. N’hésitez pas à lui communiquer vos éventuelles difficultés d’ordre social ou psychologique.

Le médecin s’assurera également qu’il n’y ait pas de récidives et pourra, pour cela, vous demander de réaliser des examens complémentaires (échographie, scanner, endoscopie, examen sanguin…).

Consultez rapidement en cas de douleurs abdominales ou osseuses, de difficultés à avaler, de fièvre inexpliquée ou si vous perdez de nouveau du poids après vous être stabilisé.

Cabinet médical Victor Hugo

52 Boulevard Victor Hugo ,
44600 Saint-Nazaire, France

Contacts

  • Fixe : 02 40 22 53 26
  • Fax : 02 50 66 04 68
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Me préparer à la chirurgie de l’obésité : qui devrais-je voir ?

    Après en avoir parlé à votre médecin ainsi qu’à un spécialiste de l’obésité, vous avez décidé d’avoir recours à une chirurgie de l’obésité afin de perdre durablement du poids et de contrôler les maladies associées à votre surpoids. Il vous faut maintenant vous préparer au mieux pour cette intervention chirurgicale dont le succès est directement lié à votre implication dans la prise en charge, avant et après l’opération.

    Lire la suite
  • MICI : Comprendre sa maladie

    Cette vidéo est l’histoire de Corinne. Corinne, que l'on disait, fatiguée, flemmarde, qui perdait certainement confiance en elle. Hospitalisée pour sa maladie de Crohn, elle rencontre plusieurs professionnels de santé qui vont l’écouter et la soutenir. Découvrez qui elle est devenue au travers de son témoignage.

    Lire la suite
  • Usager de drogues, je suis incarcéré : quels sont les risques d'infections ?

    L'incarcération fait souvent partie du parcours d'un usager de drogues. Maison d'arrêt ou établissement pour peine, le milieu carcéral présente un risque d'infection plus élevé que le milieu libre. Avec un plus grand nombre de porteurs du VIH et d'hépatites et de nombreuses pratiques à risque, une incarcération exige de l’usager de drogues une grande vigilance sur ses pratiques.

    Lire la suite
  • Diabète et pieds

    Les pieds des diabétiques sont plus fragiles que ceux de personnes non diabétiques dans certaines circonstances. C'est pourquoi ils doivent faire l’objet d’une attention soutenue.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale