Le site du Docteur Florent GATAULT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
J’ai de l'asthme et je vais avoir une anesthésie - Le site du Docteur Florent GATAULT - Docvadis

J’ai de l'asthme et je vais avoir une anesthésie

Avant toute intervention chirurgicale chez une personne ayant de l'asthme, l’anesthésiste a besoin de connaître la sévérité de ses troubles respiratoires afin de prendre les précautions nécessaires pour réaliser l’anesthésie en toute sécurité et proposer la technique la plus adaptée.

Quand on a de l'asthme, l’anesthésie présente-elle un risque particulier ?

Le risque opératoire est augmenté chez les personnes ayant de l'asthme, notamment en cas de chirurgie thoracique ou abdominale (dans la poitrine ou le ventre).

Par ailleurs, la survenue d’un bronchospasme (équivalent d'une crise d'asthme) au cours de l’anesthésie est possible, surtout en cas d’asthme sévère ou mal contrôlé.

C’est pourquoi la consultation pré-anesthésique est primordiale au minimum 48h avant l’intervention, hors situation d’urgence, afin que l’anesthésiste puisse choisir la technique la plus adaptée à votre cas, et solliciter si besoin l'avis d'un pneumologue.

Que va me demander l’anesthésiste avant l’intervention ?

L’anesthésiste va vous interroger afin de savoir :

  • Quelle est l’origine de votre asthme (allergique, si oui quels sont les allergènes en cause, à l’effort, au froid...).

  • Quelle est la fréquence et la sévérité de vos crises afin d’évaluer le contrôle de votre asthme (crises nocturnes, fréquence d'utilisation de votre traitement de crise)

  • Si vous avez été hospitalisé pour crise d’asthme sévère.

  • Quel est votre traitement habituel.

  • Si vous avez déjà été anesthésié et comment cela s’est passé.

  • Si vous avez des résultats de mesures de votre capacité respiratoire (Epreuves Fonctionnelles Respiratoires, EFR).

Devrais-je faire des examens spécifiques avant l’intervention ?

En fonction des éléments recueillis lors de la consultation pré-anesthésique, l’anesthésiste peut vous demander de faire certains examens complémentaires : une radiographie pulmonaire, des EFR (Explorations Fonctionnelles Respiratoires), une surveillance de votre DEP (Débit Expiratoire de Pointe), etc.

Mon traitement pour l’asthme devra-t-il être modifié ou arrêté avant l’anesthésie ?

Suivez le traitement pour l'asthme qui vous a été prescrit.

En fonction des résultats de la consultation et des éventuels examens complémentaires, l’anesthésiste peut juger nécessaire de réadapter votre traitement pendant une période de 1 à 3 semaines avant l’intervention chirurgicale.

Peut-on être opéré sous anesthésie générale quand on a de l’asthme ?

Dans l'immense majorité des cas, une anesthésie générale est réalisée de la même manière chez les patients asthmatiques et non asthmatiques.

Si l'anesthésiste considère que les risques respiratoires d'une anesthésie générale sont élevés, il optera si possible pour une anesthésie locorégionale (limitée à la zone opérée).

Si une anesthésie générale est nécessaire, il pourra opter pour la pose d’un masque laryngé pour l’oxygénation. Il utilisera les produits les plus adaptés pour vous endormir.

Combien de temps après l’intervention devrai-je reprendre mon traitement habituel pour l’asthme ?

Le traitement doit être repris le plus tôt possible après l’intervention en vous conformant aux instructions du médecin.

Lors de la consultation pré-anesthésique il est indispensable d’apporter tous les éléments qui pourront être nécessaires à l’anesthésiste en ce qui concerne votre asthme : carnet de santé, dernières ordonnances, examens récents (radiographie pulmonaires, EFR, suivi du DEP…), lettre du pneumologue ou de l’allergologue qui vous suit.

Consultations au cabinet médical

91 Avenue de Montardon , 64000 Pau, France

Contacts

Téléphone : 05 59 62 14 41

Documents similaires

  • Ma maladie cardiovasculaire peut-elle affecter ma sexualité ?

    L’acte sexuel a des répercussions sur l’activité cardiaque. Le maintien d’une activité sexuelle régulière contribue cependant à l’équilibre individuel et doit donc être envisagé au cas par cas selon les capacités physiques.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Quiz diabète type 2 : que sais-je des risques liés à mon diabète ?

    Vous savez que vous avez un diabète de type 2. Votre médecin vous a expliqué la gravité de cette maladie longtemps silencieuse. Assurez-vous d’avoir compris et retenu quelles peuvent être les complications de cette maladie. Voici un quiz pour évaluer aujourd’hui vos connaissances. Alors, VRAI ou FAUX ? Evaluez vos connaissances en répondant à ce quiz !

    Lire la suite
  • Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

    Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l’origine de lésions précancéreuses au niveau du canal anal chez les patients porteurs du VIH. Le risque est ensuite relativement élevé de déclencher un cancer. Le dépistage de ces lésions joue un rôle capital pour prévenir l’apparition d’une tumeur dans cette zone. Un suivi médical proctologique régulier est donc indispensable.

    Lire la suite
  • Je comprends mon taux d'HbA1c

    Le taux d’HbA1c, c’est le témoin de l’équilibre du diabète. Ce dosage sanguin fondamental, réalisé avec une simple prise de sang (non à jeun), reflète l’équilibre global de votre diabète au cours des 2 ou 3 derniers mois. Il permet d’ajuster votre traitement si besoin.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale