Le site du Docteur Eric Baugier

Autre
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Quels sont les risques que je développe un cancer du poumon ? - Le site du Docteur Eric Baugier - Docvadis

Quels sont les risques que je développe un cancer du poumon ?

Le cancer du poumon est l'un des cancers les plus répandus. Il peut être prévenu, de façon très efficace, en évitant ou en cessant de fumer.

Hommes et femmes sont-ils égaux devant le risque de cancer du poumon ?

 

 

En France, en 2015, sur les plus 45 222 nouveaux cas estimés de cancer du poumon, 30 401 concerneraient les hommes et 14 821, des femmes 1.

Néanmoins, grâce à l’efficacité des programmes de lutte contre le tabagisme, le nombre de nouveaux cas de cancer du poumon chez les hommes et, de ce fait, la mortalité masculine liée à ce cancer ont baissé depuis une dizaine d’année. Chez les hommes de 40 ans, la mortalité a été divisée par deux en dix ans.

Chez les femmes, la situation est différente. Le tabagisme féminin s’est répandu à partir des années 60 en France et la mortalité par cancer du poumon a été multipliée par quatre en quinze ans chez les femmes de 40 ans.Le cancer du poumon est devenu récemment la deuxième cause de mortalité liée au cancer chez la femme dans notre pays et il est prévisible que les cas de cancer du poumon se développent chez les femmes, au fur et à mesure que vieilliront les générations qui ont beaucoup fumé. Le cancer du poumon est désormais la deuxième cause de décès par cancer chez la femme.

 

 

Evolution de la consommation de cigarettes comparée à la mortalité par cancer du poumon chez l’homme et la femme (source IGR)

 

Evolution de la consommation de cigarettes comparée à la mortalité par cancer du poumon chez l’homme et la femme (source IGR)

Quel est le principal facteur de risque ?

Près de 85 % des cas de cancers du poumon sont imputables à la consommation de tabac.Les deux-tiers des décès des fumeurs réguliers sont liés au tabac, le tabac favorisant aussi l’apparition de nombreux autres cancers, au niveau de la bouche, de la gorge et de la vessie, et étant également un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires.

Arrêter de fumer, ça vaut la peine !

Le risque d’avoir un cancer du poumon dépend du nombre d’années de consommation, du nombre de cigarettes fumées par jour et de l’âge auquel la personne a commencé à fumer. Plus que la quantité de tabac consommé, c'est la durée de consommation qui semble importante.

A tout âge, arrêter de fumer est bénéfique.

La figure ci-dessous présente les résultats d’une étude récente qui a estimé le risque de cancer du poumon en fonction de l’âge de l’arrêt.

A 75 ans, le risque est de 16 % chez les fumeurs et de 10 %, 6 %, 3 % et 2 % chez les personnes qui ont arrêté de fumer respectivement à 60, 50, 40 et 30 ans.

 

 

Arrêter de fumer vaut toujours la peine (source IGR).

 

 

Cet examen nécessite d'être à jeun. Vous ne devez pas manger durant les six heures précédentes, mais vous pouvez boire de l'eau.

En revanche, l’effet d’une simple réduction de la dose journalière de tabac est très limité.

Arrêter de fumer vaut toujours la peine (source IGR).

Quels risques le tabagisme passif fait-il courir aux non-fumeurs ?

Le tabagisme passif majore le risque de cancer du poumon des non-fumeurs. L’interdiction de fumer dans tous les lieux publics, entrée en vigueur en 2008, a pour but de protéger la population contre ce tabagisme passif.

Existe-t-il d’autres facteurs de risque ?

La consommation régulière de cannabis est également un facteur de risque.

Certains cancers du poumon sont liés à une exposition professionnelle ou environnementale à des substances cancérigènes : amiante, goudrons, arsenic, radon, particules fines des moteurs diesel…

Les personnes atteintes par certaines affections respiratoires, ou l'ayant été, de même que celles ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancer du poumon, sont plus à risque de développer la maladie.

A l’échelle mondiale, une origine hormonale est suspectée dans l’augmentation du nombre de cancers du poumon chez des femmes n’ayant jamais fumé mais reste à démontrer.

En Asie, l'augmentation très particulière de ces cancers, sans lien avec le tabac, pourrait aussi être en rapport avec l'inhalation de fumées dues à certains modes de cuisson (wok, charbon de bois…).

Enfin, certains virus dont le papillomavirus humain (HPV) pourraient également jouer un rôle dans le déclenchement du cancer du poumon.

La meilleure arme pour éviter la survenue du cancer du poumon est la prévention avec la lutte contre le tabagisme.

 

Adresses utiles:
  • Les cancers en France / Edition 2015" Institut National du Cancer (INCa) 

  • Institut de cancérologie Gustave-Roussy (IGR).

  • Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Cabinet médical du Docteur Baugier

51 Avenue de l'Europe ,
33500 LIBOURNE, France

Contacts

  • Fixe : 05 57 51 11 50
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • En cas de malaise vagal, que dois je faire ?

    Un malaise vagal correspond à un ralentissement excessif du rythme cardiaque. Ce ralentissement provoque souvent une chute de la tension artérielle pouvant se traduire par différents symptômes (malaise, sueurs, pâleur) jusqu’à la perte de connaissance.

    Lire la suite
  • Je mesure moi-même les différents paramètres de ma santé

    En mesurant vous-même votre santé, vous pouvez mieux vous soigner ou mieux prévenir certaines maladies. Pourvu que les conditions et les techniques de mesure soient correctes. Les informations présentes sur ce site vous expliquent pourquoi.

    Lire la suite
  • Alimentation de mon bébé non adaptée : que devrais-je savoir ?

    De nombreuses boissons sont substituées aux laits infantiles. Elles ne couvrent pas les besoins des nourrissons et entraînent des carences graves pour la santé et le développement de l’enfant.

    Lire la suite
  • Je mets en pratique les bases d'une bonne alimentation

    Une alimentation adaptée à vos besoins et une activité physique quotidienne vous aideront à vous protéger contre certaines maladies.

    Lire la suite
  • Diabète et coeur

    Le diabète augmente de 2 à 4 fois le risque de maladies cardiovasculaires. Leur prévention repose avant tout sur l’équilibre du taux de sucre dans le sang, mais aussi sur celui d’autres facteurs, comme votre pression artérielle, votre taux de cholestérol et de triglycérides. Une fois par an, consultez votre cardiologue pour un suivi cardiovasculaire et pour réaliser un électrocardiogramme. Votre médecin traitant peut aussi réaliser cet examen.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale