Le site du Docteur Eric AIREAULT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Gale : traitement et

Gale : traitement et "nettoyage de printemps" pour toute ma famille

La gale est une affection cutanée contagieuse. Elle se traite bien. Certains gestes permettent de se débarrasser de tout risque de recontamination.

Qu'est-ce que la gale ?

C'est une maladie très contagieuse de la peau due à un parasite nommé le sarcopte.

La femelle du sarcopte vit dans l'épiderme et y creuse des galeries dans lesquelles elle pond des oeufs. Deux ou trois semaines plus tard, ceux-ci donnent naissance à une nouvelle génération de sarcoptes adultes.

Est-ce contagieux ?

Oui.

La transmission se fait par un contact "peau à peau", prolongé et/ou intime d'un individu contaminé à un autre. Elle se fait également de façon indirecte par le linge ou par de la literie (matelas, couette...).

 

Les ganglions axillaires sont situés sous l'aisselle.

 

Quelles sont les manifestations ?

Après une incubation de 30 jours, une démangeaison intense (prurit) se manifeste, surtout la nuit.

Elle réveille celui qui en souffre.

Les zones touchées sont caractéristiques et les démangeaisons siègent dans les plis cutanés, entre les doigts, au niveau des aisselles, sur la face antérieure des poignets, sur les chevilles, au niveau des seins, des organes génitaux.

La gale étant contagieuse, l'ensemble des personnes vivant sous le même toit décriront les mêmes signes.

Quel est le traitement ?

Il sera adapté selon que la gale est commune ou profuse.

Dans le cas de gale commune, il faut traiter tous les membres de votre famille vivant sous votre toit, voire les personnes avec lesquelles vous êtes en contact. On recherche ce que l'on appelle les sujets-contacts. 

Chacun sera traité localement et éventuellement par voie orale mais surtout simultanément.

Vous repecterez bien les prescriptions de votre médecin ou de votre dermatologue.

 

Il faut dans le même temps décontaminer le linge. Les vêtements portés depuis une semaine doivent être lavés, si possible en machine à 60 degrés.

Une désinfection de l’environnement n'est pas indiquée dans le cas de gale commune.

 

48 heures après le traitement, la contagion n'est plus à craindre.   Mais le prurit peut persister encore quelques jours à plusieurs semaines.

Si le traitement n'est pas bien réalisé, il faudra le renouveler jusqu'à éradication complète du parasite.

Dans les collectivités, les décisions seront différentes et prises par le médecin traitant, le responsable de l’établissement et les autorités sanitaires.

Un nettoyage de « printemps » sera nécessaire : lavage du linge, des vêtements, voire des draps.

Vous penserez à bien vous laver les mains à chaque fois.

Et point important : traitement pour vous et pour tous vos proches ! Votre médecin vous aidera à les identifier.

Cabinet médical

9 RUE JEAN JAURES ,
18120 MASSAY, France

Contacts

  • Fixe : 02 48 51 97 07
  • Fax : 02 48 51 96 87
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je prends conscience du réel danger d’un bronzage en cabine

    Les cabines de bronzage attirent chaque année de nombreux clients, souvent inconscients du risque qu’ils encourent. Car, bien loin des supposés bénéfices qu’apporteraient les rayons UV pour préparer la peau au soleil, les cabines de bronzage sont impliquées dans l’augmentation du nombre de mélanomes, les plus graves cancers de la peau.

    Lire la suite
  • Mon traitement peut être dangereux pour la conduite automobile

    Différents médicaments peuvent perturber votre aptitude à conduire. Afin que vous soyez immédiatement prévenu de ces risques, une alerte visuelle, ou pictogramme informatif, est apposée sur le conditionnement extérieur de ces traitements. Il existe trois pictogrammes de couleur en fonction du niveau de risque du médicament sur la conduite automobile.

    Lire la suite
  • Comment puis-je aider une personne diabétique en cas de malaise ?

    Un malaise chez un diabétique est presque toujours une hypoglycémie. Il est préférable de bien connaître la situation avant de venir en aide à la personne en difficulté. Des réflexes simples permettent d'éviter les complications qui peuvent conduire à une hospitalisation.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur les médicaments biosimilaires

    Ces dernières années des médicaments biologiques (produits à partir d’une cellule ou d’un organisme vivant ou dérivés de ceux-ci) ont été développés dans le traitement de maladies comme le cancer, les maladies inflammatoires ou autres. Comme pour tout nouveau médicament, les médicaments biologiques sont protégés de la copie pendant un certain nombre d’années par un brevet ; et à l’expiration de celui-ci, ils peuvent être fabriqués par d’autres industriels que ceux propriétaires du brevet. On parle alors de médicament biosimilaire. Votre médecin vous a prescrit un médicament biosimilaire ; vous aimeriez savoir de quoi il s’agit exactement et s’il est aussi efficace et aussi fiable que le médicament biologique de référence (ou médicament princeps).

    Lire la suite
  • Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie

    L’hypoglycémie n’est pas une maladie, mais un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Il ne faut ni la dramatiser ni la négliger.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale