Le site du Docteur Eric AIREAULT

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Comment puis-je aider une personne diabétique en cas de malaise ? - Le site du Docteur Eric AIREAULT - Docvadis

Comment puis-je aider une personne diabétique en cas de malaise ?

Un malaise chez un diabétique est presque toujours une hypoglycémie. Il est préférable de bien connaître la situation avant de venir en aide à la personne en difficulté. Des réflexes simples permettent d'éviter les complications qui peuvent conduire à une hospitalisation.

Quelle est la cause du malaise d’un diabétique ?

Un malaise chez un diabétique est presque toujours lié à une hypoglycémie.
Une hypoglycémie correspond à une diminution trop importante du taux de glucose (sucre) dans le sang.
Le glucose est la principale source d’énergie pour le corps humain.

Qu’est-ce que le glucose ?

Le glucose provient essentiellement des glucides et des acides gras contenus dans les aliments après transformation (digestion).
Il circule en permanence dans le sang pour nourrir les cellules.
Au moment des repas, il est stocké dans le foie sous forme de glycogène et est libéré entre les repas pour maintenir un taux de glycémie (sucre) constant.

Comment la glycémie est-elle normalement régulée

La glycémie est régulée principalement via l’action de deux hormones, sécrétées par le pancréas. L’insuline a comme fonction d’empêcher que la glycémie ne monte trop (hyperglycémie). Par exemple, lors d’un repas, suite à l’apport des aliments, la glycémie a tendance à s’élever. L’insuline de l’organisme intervient alors pour en réguler le taux.
Le glucagon a un effet inverse et intervient naturellement pour faire remonter le taux de sucre dans le sang, notamment dans la période entre deux repas (à jeun).

Quels sont les signes d’une hypoglycémie ?

L’hypoglycémie se traduit par des signes variables d’une personne à une autre. Généralement, il s’agit de sueurs, de pâleur, de tremblements parfois accompagnés de troubles de la vision ou de palpitations du cœur.

http://www.infosarcomes.org/

Ces signes peuvent précéder un malaise plus grave et une perte de connaissance, si la glycémie n’est pas remontée.

Comment puis-je aider un diabétique en cas de malaise hypoglycémique

  • Le premier réflexe est de « resucrer » la personne diabétique : lui donner du sucre ou une boisson très sucrée.

  • Ne jamais donner d’insuline à un diabétique en état de malaise.

  • Donnez-lui du sucre rapide (de préférence sous forme liquide) : deux à trois morceaux de sucre dans une tasse de café, ou un verre de jus de fruits ou de limonade non light, une sucrerie…

  • Evitez le chocolat : il contient des graisses qui en ralentissent la digestion.

  • Répétez éventuellement l’opération s’il n’y a pas de correction après 10 minutes.

  • Prévoyez ensuite une collation pour tenir jusqu’au repas suivant.

  • N’essayez jamais de faire prendre une boisson ou un aliment à quelqu’un qui présente des troubles de la conscience (danger de fausse route).

  • Sécurisez le patient pour éviter qu’il ne se blesse. Si vous avez des notions de secourisme, mettez-le en position latérale de sécurité et appelez les secours (numéro des urgences : le 15 ou le 112 en Europe).

http://www.infosarcomes.org/

  • Si vous en avez l’expérience, et si cela a été conseillé par un avis médical, il est possible d’injecter du glucagon.

Une bonne connaissance de la situation permet le plus souvent d’éviter l’intervention d’autres personnes ou une hospitalisation. Informez-vous auprès des proches du patient et éventuellement de son médecin. Quelques conseils vous permettront de diminuer le stress de l’urgence et de pratiquer les bons gestes.
Rappelez-vous : quel que soit votre niveau de connaissance de la situation, il ne faut surtout pas donner d’insuline à un diabétique en cas de malaise.

Cabinet médical

9 RUE JEAN JAURES ,
18120 MASSAY, France

Contacts

  • Fixe : 02 48 51 97 07
  • Fax : 02 48 51 96 87
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Gale : traitement et "nettoyage de printemps" pour toute ma famille

    La gale est une affection cutanée contagieuse. Elle se traite bien. Certains gestes permettent de se débarrasser de tout risque de recontamination.

    Lire la suite
  • Je prends conscience du réel danger d’un bronzage en cabine

    Les cabines de bronzage attirent chaque année de nombreux clients, souvent inconscients du risque qu’ils encourent. Car, bien loin des supposés bénéfices qu’apporteraient les rayons UV pour préparer la peau au soleil, les cabines de bronzage sont impliquées dans l’augmentation du nombre de mélanomes, les plus graves cancers de la peau.

    Lire la suite
  • Mon traitement peut être dangereux pour la conduite automobile

    Différents médicaments peuvent perturber votre aptitude à conduire. Afin que vous soyez immédiatement prévenu de ces risques, une alerte visuelle, ou pictogramme informatif, est apposée sur le conditionnement extérieur de ces traitements. Il existe trois pictogrammes de couleur en fonction du niveau de risque du médicament sur la conduite automobile.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur les médicaments biosimilaires

    Ces dernières années des médicaments biologiques (produits à partir d’une cellule ou d’un organisme vivant ou dérivés de ceux-ci) ont été développés dans le traitement de maladies comme le cancer, les maladies inflammatoires ou autres. Comme pour tout nouveau médicament, les médicaments biologiques sont protégés de la copie pendant un certain nombre d’années par un brevet ; et à l’expiration de celui-ci, ils peuvent être fabriqués par d’autres industriels que ceux propriétaires du brevet. On parle alors de médicament biosimilaire. Votre médecin vous a prescrit un médicament biosimilaire ; vous aimeriez savoir de quoi il s’agit exactement et s’il est aussi efficace et aussi fiable que le médicament biologique de référence (ou médicament princeps).

    Lire la suite
  • Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie

    L’hypoglycémie n’est pas une maladie, mais un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Il ne faut ni la dramatiser ni la négliger.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale