drs louis et brigitte toulmé
Est-ce que je peux guérir de l’hépatite C ? - drs louis et brigitte toulmé - Docvadis

Est-ce que je peux guérir de l’hépatite C ?

Le virus de l’hépatite C est responsable d’une infection grave qui touche le foie et peut causer des dommages importants. C’est une des rares maladies virales que la médecine peut aujourd’hui guérir grâce à des médicaments efficaces.

Les traitements contre l’hépatite C sont-ils efficaces à 100 % ?

Ces dernières années, des molécules directement actives sur le virus de l’hépatite C totalement novatrices ont été développées. Avec l’arrivée de cette seconde vague de médicaments directement actifs sur le virus de l’hépatite C, 90 à 100 % des patients peuvent désormais être guéris. La réponse au traitement varie en fonction du génotype du virus qui vous infecte (c'est-à-dire de sa structure moléculaire). Le choix du médicament est ainsi personnalisé. Six génotypes différents ont été identifiés dans le monde. En France et dans les pays industrialisés, ce sont les génotypes 1, 2, 3 et 4 qui prédominent.

Quels sont les avantages de ces nouveaux traitements ?

Ces nouveaux traitements sont simples à prendre et, dans certains cas, ils ne reposent que sur la prise d’un seul comprimé par jour. Ils sont mieux tolérés que les médicaments antérieurs. Enfin, les durées de traitement sont plus courtes. Il faut en majorité 12 semaines d’utilisation, voire 8 semaines. Cependant, le prix de ces médicaments est très élevé.

Comment savoir si je suis guéri de mon hépatite C ?

La réussite de votre traitement est conditionnée par votre état de santé initial, votre régularité dans la prise de vos médicaments, et l’absence de facteurs aggravant la maladie (alcool en excès, usage de drogues, tabagisme, autres maladies).
Un mois après la fin du traitement et trois mois plus tard, votre médecin vous prescrira une analyse visant à détecter la présence du virus dans votre sang. Si le virus de l’hépatite C n’est pas retrouvé après 3 mois, vous serez en « guérison virologique ».
Cette guérison s’accompagne en général d’une régression des lésions du foie.

Que dois-je comprendre si mon test de dépistage est toujours positif malgré mon traitement ?

Le traitement de l’hépatite C vise à éliminer le virus. Or, les tests de dépistage détectent la présence d’anticorps anti-hépatite C dans le sang. Ces anticorps resteront présents dans votre sang toute votre vie, même si le virus a été éliminé par le traitement.
Pour vérifier que le virus ne vous infecte plus, il faudra rechercher sa présence dans le sang ou « virémie » en réalisant un examen spécifique

Suis-je susceptible d’être à nouveau infecté par le virus de l’hépatite C ?

Même si vous parvenez à l’éliminer de votre organisme, vous pouvez être réinfecté par le virus de l’hépatite C d’un génotype différent. Tout comportement à risque devra être évité : utilisation de matériel pour piercing ou tatouage non stérile, usage de drogue par voie nasale ou intraveineuse, rapports sexuels traumatiques avec échange de sang.

Quelles séquelles puis-je avoir suite à mon hépatite C ?

Si vous guérissez de votre hépatite, les cellules de votre foie vont éliminer le virus et retrouver progressivement leur aspect sain de façon spontanée et sans laisser de séquelles.
Cependant, l’infection peut aussi avoir évolué sur de nombreuses années jusqu’à la cirrhose. Dans ce cas, vous risquez une insuffisance hépatique et votre maladie deviendrait une urgence médicale justifiant une greffe de foie.

J’ai une cirrhose. Ai-je une chance de guérir ?

Pour offrir à votre foie la possibilité de guérir d’une cirrhose, il est indispensable d’arrêter toute consommation d’alcool si vous êtes un buveur excessif. Vous devrez respecter un régime alimentaire sain et éviter le surpoids.
Certaines cirrhoses débutantes peuvent régresser si elles sont prises en charge à temps.

Mon hépatite peut-elle me conduire au cancer du foie ?

Le virus de l’hépatite C est impliqué dans la transformation de cellules saines du foie en cellules cancéreuses. On parle alors de cancer primitif du foieou carcinome hépato-cellulaire (CHC). Cette complication peut survenir en cas de cirrhose avancée.
Le traitement du CHC peut inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie ou, quand cela est possible, une greffe du foie, selon le stade et la rapidité de croissance de la tumeur.

Une fois guéri, dois-je continuer à être suivi par mon médecin ?

Vous êtes considéré comme guéri si le virus est indétectable dans votre sang six mois après l’arrêt des médicaments. Si vous aviez une cirrhose au moment où le traitement a débuté, celle-ci peut continuer à évoluer vers un cancer après l’élimination du virus. Vous serez donc guéri de l’hépatite C mais pas de la cirrhose et devrez être suivi à vie pour déceler un éventuel cancer dont le risque de survenue est nettement diminué par la guérison virologique. Le suivi, dont le but est de dépister le cancer du foie, est effectué  tous les six mois et comporte une échographie abdominale.

Depuis 2014, de nouvelles molécules orales permettent de guérir 90 à 100 % des malades atteints de l'hépatite C. Ces traitements novateurs bien tolérés ont révolutionné la prise en charge des malades atteints d’hépatite C et leur qualité de vie.

cabinet des drs toulmé

21 place abbé pierre ,
76290 Montivilliers, France

Contacts

  • Fixe : 02 35 55 70 28
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Mon enfant est autiste, je m'informe sur sa scolarisation.

    La scolarisation des enfants autistes est très souvent conseillée, car toujours bénéfique pour l'évolution des troubles liés à l'autisme. Cependant, la forme que prendra cette scolarisation sera très différente selon la sévérité du handicap de votre enfant.

    Lire la suite
  • Je comprends l’importance du suivi médical après chirurgie de l’obésité

    Après une chirurgie de l’obésité, une surveillance immédiate et sur le long terme est indispensable en raison des carences nutritionnelles possibles, de la métamorphose corporelle, et des changements psychiques. Vous serez ainsi régulièrement suivi par les professionnels de santé appartenant à l’équipe multidisciplinaire qui a posé l’indication opératoire.

    Lire la suite
  • J'apprends à vivre avec les séquelles du cancer

    Le cancer et ses traitements laissent parfois des traces, comme une ablation du sein ou une dérive de l'appareil digestif. Associés à des problèmes moins visibles (incontinence, problèmes sexuels, fatigue...), ces séquelles sont souvent dures à porter après un cancer.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale