Cabinet des Drs COURDIER et PERRICARD

Sida : les autotests disponibles en France en 2014

 Les tests qui permettent, à partir d'une goutte de sang ou de salive, de tester chez soi si l'on est porteur du VIH seront commercialisés en France en 2014, a annoncé jeudi la ministre de la Santé.

Sida : les autotests disponibles en France en 2014

Par Soline Roy - le 07/11/2013, article santé Lefigaro.fr

 

 

Ils étaient réclamés par les associations, la ministre de la Santé avait donné son feu vert et le Conseil national du sida (CNS) s'était prononcé en faveur de leur commercialisation. C'est donc enfin annoncé, les autotests permettant de savoir, chez soi et en quelques minutes, si l'on est porteur du virus du sida seront disponibles en France à partir de 2014.

«J'ai donné le feu vert à la demande des autorisations nécessaires pour ces autotests qui permettront à une population limitée mais bien identifiée de pouvoir pratiquer des tests», a déclaré jeudi Marisol Touraine devant une commission parlementaire. Les autotests doivent encore obtenir un marquage CE pour pouvoir être distribués dans l'Union Européenne.

Résultat en trente minutes

Comparables aux tests rapides d'orientation diagnostique (Trod) utilisés par les associations, les autotests permettent de connaître son statut sérologique en une trentaine de minutes, contre plusieurs jours pour le test sanguin «classique» réalisé en laboratoire ou à l'hôpital. Comme pour un test de grossesse, la personne réalise le test et en lit le résultat elle-même. Ils ne sont toutefois utilisables que deux ou trois mois après la transmission du virus, durée nécessaire pour que les anticorps spécifiques produits en cas d'infection au VIH soient détectables.

Deux types de tests existent, pour un dépistage à partir d'une goutte de sang ou de salive, mais on ignore encore lequel sera commercialisé en France. «Si les tests salivaires sont disponibles il ne faudra pas créer de confusion: la salive n'est pas contaminante, il ne s'agit là que d'analyser des anticorps», prévient Christian Andreo, de l'association Aides.

Le nombre de tests progresse peu

Ces autotests sont disponibles depuis quelques mois aux États-Unis , mais se heurtaient jusqu'à récemment aux avis défavorables du Conseil national du sida et du Comité consultatif national d'éthique. En mars dernier, le Conseil national du sida avait finalement tranché en faveur de ces tests qui pourraient «contribuer à faire régresser l'épidémie du VIH». On estime en effet qu'en France, 30.000 à 40.000 personnes sont séropositifs mais l'ignorent. Malgré le plan national de lutte , qui recommande de généraliser le dépistage à l'ensemble de la population, le nombre de tests réalisés n'a progressé que de 5 % en France entre 2010 et 2011, selon un article du Bulletin épidémiologique hebdomadaire d'octobre dernier.

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a insisté sur la nécessité de bien encadrer l'usage des autotests. Les Sages mettent en garde contre les risques d'erreurs dans les résultats, d'autant qu'ils sont destinés à être interprétés par une population non spécialiste. Par ailleurs, le CCNE craint un «usage forcé» du test, par exemple par un assureur avant un contrat ou par un employeur avant une embauche. Enfin, il faudra veiller à ce que l'usager qui découvre sa séropositivité ne se retrouve pas seul et puisse bénéficier d'un accompagnement, peut-être sur le modèle d'une «hotline». «Ce dispositif devra être disponible 24 heures sur 24», prévient Christian Andreo, de l'association Aides. «Et il devra pouvoir dispenser, non seulement un soutien psychologique, mais aussi une proposition d'accompagnement vers le soin.»

Remboursement non envisagé

Ces tests pourraient coûter quelques dizaines d'euros et le remboursement n'est pour le moment pas envisagé. «Ce n'est pas à la portée de tous, il faut donc que les associations continuent à recevoir des financements pour les tests qu'elles réalisent», plaide Christian Andreo. Enfin, un résultat positif devra être confirmé par un test sanguin classique, l'autotest n'étant pas fiable à 100 %. Les études de fiabilité du test salivaire américain ont montré une efficacité de 99,8 % sur les résultats négatifs et de 92,9 % sur les positifs.

Le Conseil national du sida, s'appuyant sur des projections effectués par les autorités sanitaires américaines, estime que les autotests pourraient permettre de découvrir 4000 séropositivités et d'éviter 400 nouvelles infections par an en France. Un chiffre important, au regard des 6100 personnes ayant, selon l'Institut de veille sanitaire, découvert leur séropositivité en 2011.

 

Clinique Sainte Anne - Strasbourg


Cabinet de Gynécologie, 182 Route de la Wantzenau , 67000 STRASBOURG, France

Contacts

Téléphone : 03 69 61 52 35

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale