Docteur Gérard R. Karsenti Diététique - Nutrition - Silhouette

Nutrition
Conventionnement : Autre
Carte Vitale Non acceptée

Du nouveau dans le traitement de la cellulite

 Bilan après 5 ans d'étude sur un nouveau traitement de la lipodystrophie par injections.     Extrait d'un article scientifique, la lecture peut en être ardue mais tout est expliqué.                           

Pour la première fois depuis l'invention de la liposuccion, un traitement non chirurgical de la cellulite donne de vrais résultats que l'on peut qualifier d'équivalent à la liposuccion sans en avoir les effets secondaires. Le recul actuel, essentiellement lié à une pratique régulière et fréquente au Brésil, est d'environ 7 ans avec une relative "confidentialité médiatique" ce qui nous donne une mise en perspective importante et surtout objective. La lipolyse par injection ne peut cependant pas se substituer à la liposuccion lorsque les quantités de graisse à retirer sont importantes. Les techniques par injections seront préférées pour compléter les irrégularités d'une liposuccion ou pour des quantités moins importantes et bien localisées de graisse à faire disparaître ou plus simplement pour un traitement ambulatoire peu contraignant.

La Technique

 Il s'agit d'injections sous cutanées, en regard des zones à traiter, de 0.3 à 0.5 cc pratiquées à 13 mm sous la peau et espacées les unes des autres de 0.5 à 1 cm. Les injections sont relativement indolores si les aiguilles utilisées sont de bonne qualité (type insuline) et souvent changées au cours des séances. La quantité maximum de produit actif injecté en 1 séance est de 10 cc dilués soit au total 20 cc ce qui représente une cinquantaine de micro injections. Une anesthésie locale par crème est possible dans l'heure précédent les injections.

 

Dans notre étude et bien sûr selon le type de lipolyse souhaitée, les extrémités ont étés de 3 à 20 séances avec le percentile maximum entre 7 et 12 séances. Dans les pays asiatiques, le produit est plus dilué, les injections plus fréquentes et plus superficielles alors que dans les pays anglo-saxons le produit est au contraire plus concentré.

Le mode d'action

Il s'a git d'un mélange de produits naturels que sont le phosphatidylcholine et le déoxycholate.

  • le phosphatidylcholine est un produit naturel constituant et stabilisant des membranes cellulaires. Lécithine extraite du soja, les phospholipides sont représentés par 80% d'acide linoléiques, 15% d'acides oléiques et 5% d'acides linoléniques. La choline, précurseur de l'acétylcholine, est un neurotransmetteur activateur des myofibroblastes. Le rôle du phosphatidylcholine est d'augmenter la solubilité des graisses adipocytaires en modifiant le métabolisme des triglycérides et du cholestérol pour émulsifier puis dissoudre ces graisses dans l'eau afin d'en permettre une élimination facilitée.

  • le déoxycholate est un sel biliaire capable de digérer la membrane des cellules de la nourriture que nous absorbons. C'est un puissant tensioactif capable de modifier instantanément la tension superficielle des phospholipides membranaires. Cette modification de tension superficielle solubilise les phospholipides constitutifs membranaires entrainant une perte de l'intégrité de cette membrane et donc une perméabilisation de celle-ci facilitant ainsi le contact des triglycérides intracellulaire avec le phosphatidylcholine.

  • d'autres substances doivent être ajoutées au mélange afin de diluer les produits qui pourraient se trouver trop concentrés. Dans notre étude, une moitié de la cohorte a été traitée avec de la L-carnitine qui est un transporteur de graisse, et l'autre moitié avec du silicium organique qui a un effet synergique. Nous n'avons pas trouvé de différence significative selon les protocoles.

  • Les études

    Le phosphatidylcholine a été utilisé il y a une vingtaine d'années aux USA et en Europe en injections intra vasculaires, essentiellement dans le cadre du traitement d'embolies graisseuses et pour la dissolution des plaque s d'athérome. Les premières injections dans le cadre du traitement des lipodystrophies localisées se sont faites au Brésil il y a 7 ans maintenant. Les résultats ont été surévalués au début mais l'association régime approprié - injections a montré une réduction centimètrique notable le plus souvent à partir de la 5ème séance.

    Toxicité

     Il semble n'exister aucune toxicité générale. Aucun changement des paramètres biologiques rénaux ou hépatiques n'a été décrit. Pas de modification de la glycémie ou de la lipidémie même lorsque le phosphatidylcholine est utilisé par voie interne.

    Par principe, une attention particulière doit être portée aux personnes souffrant de pathologie rénale ou hépatique, ainsi qu'aux femmes enceintes ou allaitantes et aux patients allergiques au soja. Un régime pauvre en graisse est cependant souhaitable pendant le traitement pour éviter la surcharge hépatique.

    Les effets secondaires

    Les injections elles mêmes sont quasiment indolores mais le mécanisme de perméabilisation des membranes cellulaires et la dissolution des graisses entrainent des douleurs spontanées à la pression au niveau des points d'injections. Erythèmes, hématomes et oedèmes apparaissent dans l'heure qui suit et disparaissent dans les 4 à 5 jours, leur importance est corrélée à l'importance de la réaction inflammatoire qui elle même permet d'éliminer les graisses solubilisées par phagocytose.

    Les études histologiques montrent que l'injection hypodermique de phosphatidylcholine dissolvait bien la graisse sans induire de dommage dermique ou hypodermique.

     Les cas de nécroses cutanées observés correspondaient à des protocoles de type sous cutanée (mésothérapie) avec des injections trop superficielles ou à des concentrations trop importantes de produits ou encore à des produits de mauvaise qualité.

    Les principales indications

    Ce sont toutes les adiposités localisées, essentiellement les dispositions féminines de la graisse, les lipomes, la bosse de bison et les amas graisseux sur les épaules, les "vagues" post liposuccion. Certains ont traités les poches graisseuses sous orbitaires. De bons résultats ont étés décrits mais la dangerosité sur les structures environnantes nous font exclure cette indication.

    Résultats

    Les séances s'additionnent et chaque séance permet une amélioration. Dans la majorité des cas, la visibilité apparait 2 à 3 semaines après la 5ème séance. Le maximum est d'une séance par semaine mais des séries pratiquées avec 3 semaines entre les injections donnent des résultats comparables à terme. Des séances d'entretien programmées régulièrement améliorent en permanence le résultat final par effet d'addition sur les phénomènes de dissolution des membranes cellulaires.

     En conclusion

     Vous avez rêvé, dommage,  car ces traitements sont interdits en France comme tous les traitements visant à dissoudre la graisse en interne....

     

     

    Groupe Elysée Marbeuf

    39 Rue François I ,
    75008 Paris, France

    Contacts

    • Fixe : 01 47 23 07 07
    • Fax : 01 47 20 91 60
    Plus d'informations (Accès, Horaire...)

    Me contacter

    Uniquement à l'usage de mes anciens patients 06 51 00 52 92 / Dockarsenti@gmail.com,
    06 51 00 52 92 / Dockarsenti@gmail.com, France

    Plus d'informations (Accès, Horaire...)

    Documents similaires

    Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale