Le site du Docteur Patrick Guillot

Dermatologie - Vénérologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je suis préoccupé par la chute de mes cheveux - Le site du Docteur Patrick Guillot - Docvadis

Je suis préoccupé par la chute de mes cheveux

L’alopécie androgénétique, plus connue sous le terme de calvitie, représente la cause la plus fréquente de perte de cheveux chez l’homme.

A quoi est due l’alopécie androgénétique ?

Ce type de calvitie se produit sous l’influence des hormones mâles appelées androgènes et de facteurs génétiques, d’où l’appellation androgénétique.
Les androgènes ont tendance à raccourcir la durée de la phase de croissance du cheveu sur certaines zones du cuir chevelu.

Pourquoi est-ce plus important chez certaines personnes ?

Chez certaines personnes qui ont une sensibilité particulière aux androgènes, il se produit une accélération du cycle pilaire (durée de vie du cheveu plus courte).
Le facteur génétique contribue au développement plus ou moins important de l’alopécie.

A partir de quel âge la calvitie peut-elle commencer ?

La calvitie, ou alopécie androgénétique, se développe, suivant les personnes, entre la puberté et la quarantaine.
Plus l’alopécie est sévère, plus elle apparaît tôt, dès la fin de la puberté. Dans d’autres cas, elle ne se manifestera que vers l’âge de 30 ans avec une évolution lente et régulière.
Elle touche environ 15 % des hommes à l’âge de 20 ans, 30 % à l’âge de 30 ans et un homme sur deux à l’âge de 50 ans.

Quelle est l’évolution de ce type d’alopécie ?

Cela commence généralement par une chute dans les régions situées au-dessus des tempes et sur le front.
Puis les cheveux commencent à s’affiner au sommet et à l’arrière du crâne.
Les deux zones qui se dégagent se rejoignent au bout de quelque temps pour former une large bande dégarnie de cheveux.
Au cours de cette évolution, les cheveux sont souvent plus courts et plus fins.

Existe-t-il des traitements ?

A ce jour, il n’existe pas de traitement définitif de l’alopécie androgénétique.
En fonction de votre cas, votre médecin choisira le traitement le plus adapté.
Les traitements médicaux permettent, dans la plupart des cas, de stabiliser la chute de cheveux ou même de favoriser la repousse.

Il existe aujourd'hui 2 traitements médicaux validés, l'un en comprimés, l'autre à appliquer sur le cuir chevelu.
Si vous arrêtez votre traitement, les effets cesseront progressivement au bout de quelques mois, et la chute de cheveux recommencera.
Les traitements sont d’autant plus efficaces qu’ils sont pris rapidement, avant que des zones soient dépourvues de cheveux.

Qu’en est-il des perruques, des postiches ?

Vous pouvez utiliser des perruques en fibres synthétiques ou en cheveux naturels, des volumateurs sur vos cheveux restants, des sprays ou des poudres teintées pour camoufler les régions présentant une perte de cheveux.

La chirurgie est-elle efficace ?

Vous devrez discuter avec votre dermatologue du recours à la chirurgie, il tiendra compte des traitements déjà appliqués et de l’évolution de votre calvitie.

La technique la plus utilisée est la microgreffe d'unités folliculaires. Une bande de cuir chevelu est prélevée à l’arrière de la tête, puis découpée en de multiples micro-greffons (de 1 à quelques follicules pileux par greffon), qui sont ensuite réimplantés sur le sommet du crâne. Votre médecin pourra vous prescrire conjointement à  la greffe un traitement médical pour éviter l'aggravation de l'alopécie.

Quel peut être le retentissement social ?

La plupart des hommes vivent normalement avec une alopécie. Ils n’ont besoin d’aucun soutien psychologique. La phase la plus difficile peut être la phase d’évolution pendant laquelle l’alopécie se développe.
Pour d’autres, les cheveux sont importants pour leur image. Reflets de leur santé, ils constituent un élément important de leur personnalité. La chute de cheveux est alors vécue comme un signe de vieillissement et peut retentir sur leur confiance en eux : le dermatologue sera à l'écoute de cette plainte, surtout si elle a des répercussions importantes sur leur vie.
Dans certains cas, et notamment chez la femme, une prise en charge psychologique et le soutien des proches peuvent améliorer l’état général.
Si c’est votre cas, parlez-en à votre médecin ou à votre dermatologue.

L’alopécie féminine est-elle différente ?

Chez la femme, les hormones ont un rôle moins important sur l’alopécie que chez l’homme.
Une faible partie de ces alopécies est androgénétique et familiale comme celle des hommes.
La plupart du temps, l’alopécie de la femme est due à des causes externes (grossesse, pilule contraceptive, tabac …).

La calvitie, ou alopécie androgénétique, a une évolution progressive. Elle n’est pas due exclusivement à des facteurs génétiques. Il est donc nécessaire de rechercher les autres causes éventuelles et de suivre l’évolution du traitement, son efficacité et sa tolérance.
Une prise en charge rapide d’une alopécie androgénétique par un dermatologue peut ralentir sa progression et diminuer son retentissement.

Centre Médico-Chirurgical Wallerstein


Service de Dermatologie, 14 Boulevard Javal ,
33740 Arès, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 03 84 65
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Hôpital Saint-André


Service de Dermatologie, unité de Dermatologie Interventionnelle, 1 Rue Jean Burguet,
33000 Bordeaux, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 79 49 63
  • Fax : 05 56 79 49 76
  • Fixe : 05 56 79 49 63
  • Fax : 05 56 79 49 76
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'ai un excès de pilosité : que faire ?

    L’excès de pilosité constitue un symptôme plutôt qu’une maladie, et il est souvent l’objet de préoccupations esthétiques et psychologiques.

    Lire la suite
  • Je souffre d'acné et je prends soin de ma peau

    L’acné est une maladie de la peau provoquée par un dérèglement des follicules pilo-sébacés présents sur le visage, le thorax et le dos. Affection chronique, l’acné évolue par poussées.

    Lire la suite
  • Mon visage est marqué par une rosacée

    La rosacée (autrefois appelée acné rosacée) est une maladie inflammatoire de la peau du visage. Elle se manifeste d’abord par des rougeurs au niveau du nez et des pommettes.

    Lire la suite
  • Le psoriasis

     Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population. Dans 75 % des cas, le psoriasis débute avant 40 ans, autant chez les hommes que chez les femmes. Dans la plupart des cas, le psoriasis débute par des plaques rouges recouvertes de squames (sortes de grosses pellicules). Elles sont localisées de préférence au niveau des coudes, des genoux, sur le cuir chevelu, derrière les oreilles.  

    Lire la suite
  • Mon enfant a des verrues

    Les verrues sont de petites lésions de la peau, fréquentes en particulier chez l’enfant. Elles sont la plupart du temps bénignes, mais des précautions s’imposent pour éviter la contagion.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale