Le site du Docteur Sophie GATEL

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Non acceptée
J’ai une hépatite C : comment savoir si c’est grave ? - Le site du Docteur Sophie GATEL - Docvadis

J’ai une hépatite C : comment savoir si c’est grave ?

L’hépatite chronique virale C est une maladie infectieuse qui affecte près de 200 000 personnes en France. Elle peut s’avérer mortelle et seul le dépistage précoce en permet une prise en charge efficace.

Comment est évaluée la gravité de mon hépatite ?

Lors de son diagnostic, votre médecin a demandé la réalisation de prélèvements sanguins et l’évaluation du degré de fibrose du foie. Seul ce dernier examen détermine la gravité de l’infection.

La fibrose est la conséquence d’un processus inflammatoire qui conduit à la formation d’un tissu cicatriciel dont l’intensité fait toute la gravité de la maladie. Elle peut être évaluée par plusieurs techniques :

  • un dosage sanguin qui permet d’estimer la sévérité de la fibrose,
  • une elastométrie qui évalue de la quantité de tissu cicatriciel à l’aide d’une sonde externe similaire à l’échographie (le Fibroscan®) de façon non invasive et indolore,
  •  une ponction biopsie hépatique (PBH) qui nécessite une courte hospitalisation au cours de laquelle un prélèvement de foie est recueilli par ponction cutanée en vue d’une analyse directe. Cet examen n’est plus recommandé dans l’hépatite C en dehors de comorbités (obésité, prise excessive d’alcool). Votre médecin vous informera du mode opératoire et des éventuels risques de cette ponction.

La fibrose n’est pas irréversible. Au contraire, les traitements permettent, lorsqu’ils sont efficaces, un arrêt de l’extension et même une régression du tissu cicatriciel.

Comment mon médecin mesure-t-il la gravité de mon hépatite ?

Les résultats des examens permettent à votre médecin d’attribuer un score à deux composantes :

  • de A0 (activité inflammatoire nulle) à A3 (activité inflammatoire sévère)
  • de F0 (absence de fibrose) à F4 (cirrhose : fibrose évoluée qui forme des anneaux).

Ce score, appelé « METAVIR », va permettre d’évaluer la gravité de l’infection et établir un pronostic.

L’accès au traitement de toutes les personnes infectées par le VHC quel que soit le stade de fibrose est maintenant universel en France.

Mon test de dépistage peut-il être positif sans que je sois malade ?

Les tests de dépistage détectent la présence d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite C dans le sang. Or, il est possible que vous ayez été infecté par le virus mais que vos défenses immunitaires soient parvenues à l’éliminer spontanément. Près de 35 % des individus contaminés par le virus ne développeront pas d’hépatite C chronique. Dans ce cas l’infection est dite aiguë car limitée dans le temps et rapidement éliminée par les défenses immunitaires, contrairement aux infections chroniques qui perdurent toute la vie en l’absence de traitement. Les anticorps persisteront toute la vie dans votre organisme, que votre virus soit éliminé spontanément ou sous l’effet d’un traitement.

Pour savoir si le virus est présent dans votre organisme, il est donc indispensable de rechercher le génome viral lui-même dans votre sang, par une analyse spécifique (recherche de l’ARN du virus encore appelée charge virale du VHC).

Est-ce que la maladie peut s’aggraver rapidement ?

La vitesse d’évolution est très variable d’une personne à l’autre. Elle est le plus souvent très lente. En général, l’aggravation, si elle a lieu, prend plusieurs années. Elle peut conduire à une cirrhose et ainsi augmenter le risque de survenue d’un cancer du foie.

Le diagnostic précoce et la mise en place rapide du traitement sont les meilleurs moyens de stopper l’évolution de la maladie.

Quels sont les symptômes les plus fréquents ?

La plupart du temps, l’infection par le virus de l’hépatite C passe inaperçue. Certaines personnes éprouvent des signes de fatigue, en général variables dans le temps. Néanmoins, la fatigue n’est pas proportionnelle à la gravité de la maladie.

Quand l’hépatite C a évolué vers la cirrhose, des signes cliniques vont s’installer : perte de poids, ongles bombés et arrondis, paumes des mains rouges, démangeaisons.

Quand la cirrhose se décompense, le volume du ventre augmente et les chevilles enflent.

Environ 200 000 personnes vivent avec le virus de l’hépatite C en France et plus de 2 000 individus meurent chaque année de pathologies hépatiques liées à ce virus. Actuellement, il n’existe aucun vaccin. Seul le dépistage précoce recommandé de façon systématique chez tout le monde depuis octobre 2016, peut éviter les issues les plus graves et enrayer la propagation de cette maladie.

cabinet médical du Dr GATEL

51 rue de Ribeauvillé ,
67100 STRASBOURG, France

Contacts

  • Fixe : 0388842887
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale