Association Médicale des Docteurs Bindel et Limbeck
HPV, papillomavirus humain, avec ou sans vaccin - Association Médicale des Docteurs Bindel et Limbeck - Docvadis

HPV, papillomavirus humain, avec ou sans vaccin

Le vaccin contre le papillomavirus humain, virus aussi appelé HPV (Human Papilloma Virus), permet d’éviter les deux tiers des cancers du col de l’utérus*

Comment le papillomavirus se transmet-il ?

 

La contamination par le papillomavirus humain est principalement sexuelle, même sans pénétration, et survient généralement dès les premiers rapports sexuels. Le virus est souvent éliminé spontanément, mais l’infection persiste chez certaines personnes infectées**.

 

Quelles sont les conséquences de l’infection par le papillomavirus ?

 

On estime que plus de 70 % des hommes et des femmes sont infectés une fois dans leur vie par un papillomavirus.  Si la majorité l’élimine spontanément, il persiste chez 3 à 10 % des femmes, dont certaines développent des lésions qui peuvent elles-mêmes évoluer vers un cancer. On estime que le virus est la cause des deux tiers des 30 000 lésions précancéreuses détectées et traitées chaque année en France par un geste chirurgical aux conséquences souvent lourdes pour la femme, et des  3000 cancers du col de l’utérus annuels, qui entraînent 100 décès.

 

Les vaccins

 

Il existe plusieurs types de papillomavirus. Les trois vaccins disponibles et remboursés en France, qui sont des vaccins recombinants, protègent contre les types qui sont les plus susceptibles de provoquer un cancer du col de l’utérus.

Un vaccin dit nonavalent est dirigé contre neuf types de papillomavirus (6,11, 16, 18, 31, 33, 45, 52 et 58), un dit quadrivalent contre quatre types (16, 18, 6 et 11) et un vaccin dit bivalent dirigé contre les deux principaux types de papillomavirus (16 et 18).

 

La protection est efficace chez presque toutes les personnes vaccinées quand la vaccination est pratiquée avant le début de la vie sexuelle. En revanche, le vaccin est moins efficace chez une personne déjà infectée par un ou plusieurs types de HPV.

 

La vaccination est recommandée chez les jeunes filles âgées de 11 à 14 ans, avec un rattrapage jusqu’à 19 ans. Elle est proposée jusqu’à l’âge de 26 ans aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. 

 

Pour en savoir plus, cliquez ici 

 Il est recommandé de prendre un rendez-vous en consultation pour aborder spécifiquement ce sujet avec votre médecin traitant, un gynécologue ou de se rendre dans un centre de Planning Familial ou un CeGIDD (Centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic)

 

Docteur LIMBECK

36 Rue du Marechal Foch Hauptstross,
67190 Mutzig, France

Contacts

  • Fixe : 0388384602

Docteur BINDEL

36 Rue du Marechal Foch Hauptstross,
67190 Mutzig, France

Contacts

  • Fixe : 0388384602

Documents similaires

  • Etant à risque, je comprends le dépistage et la surveillance de lésions liées au virus HPV

    Les infections virales à papillomavirus humain, peuvent être à l’origine de lésions précancéreuses au niveau du canal anal chez les patients porteurs du VIH. Le risque est ensuite relativement élevé de déclencher un cancer. Le dépistage de ces lésions joue un rôle capital pour prévenir l’apparition d’une tumeur dans cette zone. Un suivi médical proctologique régulier est donc indispensable.

    Lire la suite
  • Prévention du cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles : ce qu'il faut savoir

    Ces informations sur la vaccination anti-HPV dans le cadre de la prévention du cancer du col de l’utérus vous concernent particulièrement si vous êtes une jeune fille de 11 ans à 19 inclus. Si vous êtes parent d’une jeune fille concernée, lisez les informations avant de lui transmettre le document. Vous pourrez ainsi en parler ensemble.

    Lire la suite
  • Dois-je me faire vacciner contre le zona ?

    Le zona est une maladie assez fréquente, qui touche le plus souvent les adultes. La majorité des cas (60 %) survient après 45 ans. La gravité de la maladie vient de ce qu’elle peut être à l’origine de douleurs persistantes et très difficiles à traiter. Ces douleurs chroniques, dites « post-zostériennes » toucheraient environ 20 % des adultes ayant développé un zona. Un vaccin est commercialisé en Europe depuis 2006 et a été inclus dans le calendrier vaccinal depuis 2016.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale