Le site du Docteur Françoise PAPPO

Oncologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Non acceptée
Mon cancer de la prostate va être traité par curiethérapie - Le site du Docteur Françoise PAPPO - Docvadis

Mon cancer de la prostate va être traité par curiethérapie

Le cancer localisé de la prostate peut bénéficier de plusieurs types de traitement dont la curiethérapie.

Je vais être traité par curiethérapie, qu'est-ce que c'est ?

La curiethérapie, ou brachythérapie, repose également sur la technique des rayons. Toutefois, dans ce cas, les rayons radioactifs sont émis par une source implantée directement dans la tumeur.Des grains ou petits fils de substance radioactive (iode ou iridium), dont le nombre varie en fonction de la taille de votre tumeur, sont introduits sous contrôle échographique à l'intérieur de votre prostate à l'endroit de la tumeur. Ces implants resteront à demeure (implants permanents) ou non (implants temporaires) dans votre organisme.

Pourquoi cette technique m'est-elle proposée ?

La curiethérapie ne peut être proposée que si votre prostate est de petite taille et votre cancer très localisé.

Comment se déroule une curiethérapie ?

Une première étape consiste en un repérage lors d'une échographie endo-rectale. Lors de cet examen, qui dure environ une demi-heure, une sonde échographique est positionnée dans le rectum et une sonde urinaire dans l'urètre.

Des grains ou petits fils de substance radioactive sont introduits sous contrôle échographique à l’intérieur de votre prostate à l’endroit de la tumeur

Les images échographiques obtenues permettent de décider du lieu d'implantation.Dans un second temps, environ une semaine après, se déroule la phase de l'implantation. La pose des implants nécessite une hospitalisation, généralement d'une durée de deux jours. Cette intervention se déroulant sous anesthésie générale, vous devez rester à jeun à partir de la veille au soir, minuit. Vous serez examiné par un médecin anesthésiste quelques jours avant l'hospitalisation.Cette consultation pré-anesthésique est nécessaire. Elle permet au médecin de prendre connaissance de tous les élémentsmédicaux vous concernant, afin de réaliser l'anesthésie en toute sécurité. A cette occasion, le médecin vous informera des risques liés à l'anesthésie. Vous pourrez lui poser des questions.Une sonde urinaire sera mise en place lors de l'intervention et retirée le lendemain matin.Dans le cas d'implants temporaires, ils sont généralement déposés en piquant dans le périnée (c'est-à-dire sous les bourses) : il n'y a donc pas d'incision ou de cicatrice.Si les implants sont permanents, ils deviennent rapidement non-radioactifs au cours du temps.Habituellement, un scanner de contrôle est effectué un mois après.

Des grains ou petits fils de substance radioactive sont introduits sous contrôle échographique à l’intérieur de votre prostate à l’endroit de la tumeur

Quelles peuvent être les conséquences de ce type de traitement ?

La faible activité radioactive des implants fait que vous ne courrez pas de risque d'irradiation, ni n'en présentez pour votre entourage. Toutefois, il est préférable, pendant quelques mois, que vous utilisiez un préservatif lors de vos rapports sexuels.Pendant trois mois, vous pouvez aussi remarquer de fréquentes envies d'uriner, des sensations de blocage ou de brûlure en urinant. Ces signes d'irritation urinaire disparaîtront avec un traitement anti-inflammatoire.Il n'y a quasiment pas de risque d'incontinence urinaire, mais le risque d'impuissance est possible. Si c'est votre cas, parlez-en à votre médecin, des médicaments efficaces existent.

J'ai un cancer de la prostate, mais aucun traitement, pourquoi ?

Certains cancers de la prostate évoluent très lentement, sans provoquer de symptômes gênants. Dans ce cas, une simple surveillance de l'évolution du cancer est envisagée. En fonction de l'évolution de votre tumeur, un traitement pourra vous être ensuite proposé.

Il existe souvent plusieurs solutions pour une même situation.

Les différents traitements ont leurs avantages et leurs inconvénients.Après discussion avec votre médecin, la décision finale sera concertée et dépendra :

  • de paramètres médicaux liés à votre cancer et à votre état de santé,

  • de vos attentes et de vos préférences.

CHÂTEAUCLAIR

1030,
Bâtiment A, 1er étage,
83000 TOULON, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Psychothérapie

8 Rue de la Libération,
83136 Forcalqueiret, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Chimiothérapie : une chambre implantable va m'être posée

    On vous a proposé de vous poser une chambre implantable, afin de vous administrer la chimiothérapie de façon sûre et confortable.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur les médicaments biosimilaires

    Ces dernières années des médicaments biologiques (produits à partir d’une cellule ou d’un organisme vivant ou dérivés de ceux-ci) ont été développés dans le traitement de maladies comme le cancer, les maladies inflammatoires ou autres. Comme pour tout nouveau médicament, les médicaments biologiques sont protégés de la copie pendant un certain nombre d’années par un brevet ; et à l’expiration de celui-ci, ils peuvent être fabriqués par d’autres industriels que ceux propriétaires du brevet. On parle alors de médicament biosimilaire. Votre médecin vous a prescrit un médicament biosimilaire ; vous aimeriez savoir de quoi il s’agit exactement et s’il est aussi efficace et aussi fiable que le médicament biologique de référence (ou médicament princeps).

    Lire la suite
  • Anesthésie locale, péridurale ou générale : ce que je dois savoir

    L’anesthésie permet qu’une intervention se déroule sans douleur ni risque. Plusieurs types d’anesthésie existent : locale, générale et péridurale.

    Lire la suite
  • Je vais avoir une radiothérapie pour traiter mon cancer de la prostate

    Le cancer localisé de la prostate peut bénéficier de plusieurs types de traitement dont la radiothérapie.

    Lire la suite
  • Sous chimiothérapie, je me protège des infections : les bons conseils

    Les traitements du cancer peuvent avoir des répercussions sanguines et, notamment, freiner la production de globules blancs. Les globules blancs, et principalement ceux dits « neutrophiles », sont des cellules impliquées dans la protection contre les infections. Si leur nombre diminue (on parle de neutropénie), vos défenses immunitaires sont affaiblies. Si votre chimiothérapie provoque leur baisse, il est nécessaire de vous protéger contre le risque d’infection. Voici quelques conseils simples à suivre.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale