Le site du Docteur BERREKLA-YEFSAH

Gynécologie
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Enceinte, je comprends le lien entre un problème de thyroïde et ma grossesse - Le site du Docteur  BERREKLA-YEFSAH - Docvadis

Enceinte, je comprends le lien entre un problème de thyroïde et ma grossesse

La grossesse est une période de votre vie où le fonctionnement de la thyroïde et les besoins en iode sont modifiés.

Je suis enceinte, et mon médecin vient de me découvrir un problème de thyroïde. Y a-t-il une relation entre les deux ?

Probablement, mais le trouble peut avoir existé avant la grossesse.
Durant la grossesse, votre thyroïde fonctionne plus intensément. Elle doit fournir à votre bébé les hormones nécessaires à son développement. Vos besoins en iode sont donc plus importants : augmentez vos apports alimentaires en iode, notamment en utilisant du sel marin enrichi en iode.
D’autre part, les mécanismes ayant trait à l’auto-immunité peuvent être modifiés par la grossesse, et cela peut retentir sur la thyroïde. Les problèmes thyroïdiens ne sont donc pas rares durant cette période.

Le problème de thyroïde peut-il avoir des conséquences pour mon bébé ?

Le développement de votre bébé, et notamment celui de son cerveau, dépend en partie des hormones thyroïdiennes. Un niveau trop bas des hormones thyroïdiennes peut être associé à des problèmes de développement. Or, avant 12 semaines, votre bébé n’a pas encore sa propre thyroïde. Durant cette période, il est donc totalement dépendant de vos hormones thyroïdiennes.
C’est la raison pour laquelle votre grossesse doit être suivie attentivement sur ce plan, particulièrement si vous avez des antécédents personnels ou familiaux de maladie thyroïdienne.

En cas de problèmes thyroïdiens, la surveillance de ma grossesse sera-t-elle particulière ?

Oui. Une grossesse en présence de troubles de la thyroïde, présents ou passés, exige une surveillance attentive à la fois pour vous, mais aussi pour votre bébé par l’endocrinologue, l’accoucheur et la sage-femme.
Consultez votre endocrinologue dès le début de votre grossesse.
La prise en charge d’un problème de thyroïde durant une grossesse demande une collaboration étroite entre votre médecin généraliste, votre gynécologue et l’endocrinologue. Pensez à bien les informer des examens et des traitements qui vous ont été prescrits pour la thyroïde, même si vous ne les prenez plus. Ils décideront ensemble de la meilleure démarche pour vous.
Des prises de sang régulières seront pratiquées pour vérifier le niveau d’hormones. Une surveillance échographique du développement de votre bébé peut aussi être nécessaire. Enfin, un traitement vous sera peut-être prescrit si les dosages hormonaux en font apparaître la nécessité.

J’ai un traitement par hormones thyroïdiennes pour une hypothyroïdie, dois-je le continuer pendant ma grossesse ?

Oui, et même l’augmenter pour assurer le bon développement de votre bébé : vous devrez systématiquement augmenter ce traitement dès le diagnostic de grossesse.
Puis la dose sera adaptée selon les résultats des contrôles réguliers de la TSH. L’objectif est de maintenir la TSH en dessous de 2,5 mUI/l.

Je suis traitée pour la thyroïde, et je souhaite être enceinte

Un problème de thyroïde mal contrôlée peut réduire les chances de grossesse.
Une hypothyroïdie (baisse de l’activité de la thyroïde) ou une hyperthyroïdie peuvent être à l’origine de perturbations des menstruations (règles absentes, irrégulières...) ou de perturbations de l’ovulation. En cas de désir de grossesse, parlez-en à votre médecin.

Après l’accouchement, y a-t-il des précautions à prendre ?

Si vous prenez un traitement par hormones thyroïdiennes, vous pouvez revenir aux doses antérieures à la grossesse. L’allaitement est possible, car le passage des hormones dans le lait maternel est faible.
En revanche, une hypothyroïdie transitoire survient assez fréquemment vers le troisième mois après l’accouchement. Il faut y penser en cas de fatigue persistante, de tendance à la dépression… et en parler à votre médecin qui vous prescrira un dosage de la TSH.

La présence d’antécédents personnels ou familiaux de maladie thyroïdienne ou un traitement en cours pour la thyroïde nécessite une surveillance particulière pendant la grossesse et souvent une adaptation du traitement.

centre médical chilperic

56 Bd CHILPERIC ,
77500 CHELLES, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • On découvre un diabète pendant ma grossesse

    Vous êtes enceinte et on vous découvre un diabète pendant la grossesse. Ce n’est pas rare : c’est le diabète gestationnel. Il s’agit d’un diabète survenant uniquement chez la femme enceinte n’ayant pas de diabète connu auparavant, qui disparaît après l’accouchement dans 90% des cas. Il peut avoir un retentissement sur la mère et le bébé, ce qui justifie une surveillance et un traitement particuliers.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur le virus Zika

    De plus en plus de zones sont touchées par le virus Zika à travers le monde. Si elle ne présente que peu de risque pour la plupart des personnes infectées, la maladie à virus Zika est préoccupante lorsqu’elle touche des femmes enceintes et pour de rares complications.

    Lire la suite
  • Quelles aides pour mon proche atteint de maladie d’Alzheimer ?

    Outre le suivi médical proprement dit, d’autres professionnels peuvent aider votre proche dès l’annonce du diagnostic. Cette prise en charge est importante dans la maladie d’Alzheimer. Chacun a un rôle défini et vous pouvez agir en relais de ses actions.

    Lire la suite
  • Cancer du col utérin : je comprends l'évolution et le diagnostic

    L’infection par le virus HPV (papillomavirus) est l’origine principale du cancer du col de l'utérus. Mais d’autres facteurs augmentent le risque, comme le tabac, la prise de pilule, l'infection par le VIH…L’absence de frottis réguliers est la raison la plus importante de la découverte d’un cancer du col.

    Lire la suite
  • Je comprends les résultats de mon frottis du col utérin et les suites données

    On vous a fait un frottis dans le cadre du dépistage du cancer du col de l’utérus. Ce frottis doit être régulier chez toutes les femmes de 20 à 65 ans, y compris chez les femmes ayant bénéficié d'une vaccination anti-HPV. Le dépistage à partir de 65 ans n’est plus nécessaire s’il a été réalisé régulièrement avant.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale