Cabinet de cardiologie du Dr Frédéric HURSON

Cardiologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Je m'informe sur la phlébite - Cabinet de cardiologie du Dr Frédéric HURSON - Docvadis

Je m'informe sur la phlébite

Une phlébite est la conséquence d’un caillot de sang dans une veine. Elle est accompagnée d’une inflammation locale. La phlébite est également appelée thrombose veineuse ou thrombophlébite.

Qu’est-ce qu’une phlébite ?

Le terme courant de phlébite est utilisé pour décrire une thrombose veineuse (ou thrombophlébite) d’un membre inférieur.Il s’agit d’un caillot de sang se formant à l’intérieur d’une veine.Dans la majorité des cas, la phlébite se forme dans une veine des jambes.

Comment une phlébite peut-elle se déclencher ?

Le caillot, responsable de la phlébite, peut se former lorsque la circulation est ralentie ou empêchée (notamment quand vous restez trop longtemps allongé(e) ou immobile). Par exemple :

  • A la suite d’une intervention chirurgicale, si vous ne pouvez pas bouger soit vos jambes, soit votre bassin.

  • A cause de l’immobilisation d’un membre par un plâtre.

  • Après un accouchement.

  • Lors d’un voyage en avion, si vous restez trop longtemps en position assise sans bouger vos jambes ou encore si une veine a été comprimée pendant trop longtemps.

Quelle est la gravité de la phlébite ?

On distingue deux types de phlébite :

  • La phlébite dite « superficielle » se caractérise par la formation d’un caillot sanguin (thrombus) et l’inflammation d’une veine superficielle (visible sous la peau). Ce type de phlébite peut paraître peu grave, mais elle est souvent un signe d’alerte d’une insuffisance veineuse ou d’un problème de circulation plus important.

  • La phlébite dite « profonde » se caractérise par la formation d’un caillot dans les veines non superficielles du mollet ou de la cuisse, suite à une diminution du débit sanguin. Si le caillot se détache, il peut se diriger vers le cœur et provoquer une embolie pulmonaire.

Y a-t-il des facteurs favorisants ?

D’une part, il y a les personnes à risque souffrant :

  • D’un cancer.

  • D’une insuffisance cardiaque ou respiratoire.

  • D’une insuffisance veineuse.

  • D’une paralysie.

  • De troubles sanguins (coagulation).

 

Les risques sont plus importants chez les femmes enceintes, surtout en fin de grossesse, et chez les personnes âgées.

D’autre part, il y a les facteurs favorisant le risque :

  • Obésité et tabac.

  • Les contraceptifs et les traitements hormonaux de substitution (ménopause).

  • La position assise prolongée lors de longs trajets en voiture ou en avion.

Quels sont les symptômes ?

Il n’y a pas toujours de symptôme lié à la phlébite.La formation d’un caillot est souvent associée à une douleur et à une inflammation de la paroi de la veine.Les symptômes sont différents s’il s’agit d’une phlébite superficielle ou d’une phlébite profonde.

 

  • Une phlébite superficielle est caractérisée par une inflammation de la veine située immédiatement sous la peau. La veine est enflée, rouge, dure et sensible au toucher.

  • Une phlébite profonde provoque une douleur au mollet ou à la cuisse avec une sensation de chaleur. Comme pour la phlébite superficielle, il peut y avoir une inflammation (avec une coloration rouge ou bleutée) et une dilatation des veines superficielles. Parfois, ces signes sont accompagnés de fièvre et d’une accélération du rythme cardiaque (tachycardie).

Comment puis-je faire le diagnostic ?

Les symptômes et le constat physique sont très caractéristiques pour un premier niveau de diagnostic.Généralement, le diagnostic sera confirmé par une échographie des veines (écho-Doppler), associée à un bilan sanguin.

Quels sont les traitements ?

  • La phlébite superficielle est traitée par des médicaments anti-inflammatoires et par un repos temporaire, avec élévation de la jambe et application de compresses tièdes pour diminuer l’inflammation. Des anticoagulants peuvent parfois être prescrits pour une courte durée.

  • La phlébite profonde est une urgence médicale. L’hospitalisation n’est pas toujours nécessaire. Le traitement consiste à injecter un anticoagulant (héparine) par voie sous-cutanée. Cette injection sera suivie de l’administration d’un anticoagulant par voie orale. Le but est d’empêcher la survenue d’une embolie pulmonaire. L'embolie pulmonaire est due à une migration du caillot dans la circulation sanguine des veines de la jambe  jusqu'au poumon, où il  vient boucher une ou plusieurs branches de l'artère pulmonaire. Le port d’une bande ou de bas de contention est recommandé, afin d’éviter les risques de complications et de varices.

Dans tous les cas, une bonne hydratation (boisson) est nécessaire

En cas de gonflement et de douleur au mollet ou à la cuisse, consultez votre médecin. En effet, il peut s’agir d’une phlébite profonde qui est une urgence médicale.

Cabinet Médical du Dr Hurson

49 Avenue de la République,
94100 Saint-Maur-des-Fossés, France

Contacts

  • Fixe : 01 48 83 85 81
  • Fax : 01 48 83 87 72
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Clinique Gaston Métivet


Salle d'épreuve d'effort, 48 Rue d'Alsace Lorraine,
94100 Saint-Maur-des-Fossés, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'ai de l'artérite des membres inférieurs : je comprends ma maladie

    L’artérite des membres inférieurs provoque une diminution progressive du flux de sang dans les jambes. Elle a des conséquences directes sur la capacité à marcher.

    Lire la suite
  • Je suis enceinte et j'ai de l'hypertension artérielle

    Une femme sur dix souffre d’hypertension artérielle pendant sa grossesse. Surveiller sa pression durant la grossesse est important. Pourquoi ?

    Lire la suite
  • Diabète et pieds

    Les pieds des diabétiques sont plus fragiles que ceux de personnes non diabétiques dans certaines circonstances. C'est pourquoi ils doivent faire l’objet d’une attention soutenue.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur le rôle des reins

    Les reins sont des organes vitaux, au même titre que le cœur ou les poumons. Ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Pourtant, ce sont des organes souvent peu connus, comme les maladies qui les touchent.

    Lire la suite
  • Diabète et coeur

    Le diabète augmente de 2 à 4 fois le risque de maladies cardiovasculaires. Leur prévention repose avant tout sur l’équilibre du taux de sucre dans le sang, mais aussi sur celui d’autres facteurs, comme votre pression artérielle, votre taux de cholestérol et de triglycérides. Une fois par an, consultez votre cardiologue pour un suivi cardiovasculaire et pour réaliser un électrocardiogramme. Votre médecin traitant peut aussi réaliser cet examen.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale