Le site du Docteur Claude DEL NIBBIO

Médecine Interne
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Cancer : ce que je peux attendre des médecines

Cancer : ce que je peux attendre des médecines "douces" ou des méthodes alternatives

En complément de votre traitement vous souhaitez souvent faire appel aux médecines dites « douces » ou aux méthodes alternatives. Il est important d’en parler avec votre médecin traitant et votre cancérologue.

Pourquoi faire appel à ces méthodes ?

Ces traitements permettent aux patients d’être davantage des « acteurs » de leur maladie, moins soumis aux injonctions du corps médical, et de participer davantage au choix du traitement.Ils ont aussi pour objectif de vous aider à lutter contre les effets secondaires des traitements des cancers, tels la fatigue, les nausées éventuelles et le mal-être psychologique.Quelles que soient vos motivations, elles sont légitimes si elles vous aident dans la lutte contre la maladie et les effets secondaires des traitements. Toutes les études récentes montrent que plus de la moitié des patients traités pour des cancers y ont recours.

Quelle est la différence entre médecine complémentaire et médecine alternative ?

Les médecines complémentaires sont des techniques participant à une meilleure prise en charge. Elles sont associées aux traitements conventionnels et ont pour objectif d’aider les patients à mieux vivre avec leur maladie et à mieux supporter leur traitement.

Les traitements alternatifs, ou « médecines parallèles », n’ont pas fait scientifiquement la preuve de leur efficacité. Ils sont souvent prescrits en marge du système médical à la place des traitements classiques.

Quelles sont les médecines complémentaires qui peuvent m’être proposées ?

En ce qui concerne les traitements complémentaires, il pourra vous être proposé, par exemple, de l’homéopathie, de l’acupuncture, de la relaxation, des massages, du yoga, etc.

L’objectif de toutes ces méthodes est, avant tout, d’aider le patient à mieux vivre sa maladie et son traitement sans se mettre en danger.Il est très important que vous informiez les médecins qui vous suivent de votre souhait de les utiliser pour pouvoir en discuter avec eux.

Votre médecin vous proposera peut-être également de l'hypnothérapie, pour lutter contre les vomissements dus aux traitements, contre la douleur et contre l'angoisse.

Ce que je dois savoir

Certaines méthodes peuvent être nocives lorsqu’elles sont mal utilisées. C’est notamment le cas de certains produits de phytothérapie.En effet, traitement dit « naturel » ne veut pas dire pour autant « dénué de risques ».Certains peuvent, en effet, interférer avec le traitement conventionnel (le millepertuis, ou herbe de Saint-Jean, peut, par exemple, diminuer l’efficacité de la chimiothérapie). Il en est de même avec le jus de pamplemousse qui peut modifier l’efficacité de certains traitements de chimiothérapie.Certains produits peuvent même être toxiques, notamment sur le foie.Les méthodes alternatives ne peuvent remplacer votre traitement anticancéreux conventionnel, qui ne doit pas être interrompu (encore moins abandonné) pour garder toutes les chances de votre côté. Si vous êtes fortement sollicité pour le faire, il faut absolument en parler avec vos médecins (généraliste et oncologue).

Les traitements complémentaires peuvent parfaitement être utilisés dans le cadre de la prise en charge globale de votre maladie. Beaucoup d’entre eux sont vécus comme bénéfiques. N’hésitez surtout pas à en parler avec votre médecin. Il est à votre écoute et peut aussi vous conseiller. N’oubliez pas, en revanche, qu’un produit dit naturel n’est pas forcément sans danger, et son contenu réel ne correspond pas toujours à ce qui est écrit sur l’étiquette.

Centre des Maladies de l'Appareil Digestif et de la Nutrition

25 Rue pierre Dignac ,
33260 LA TESTE DE BUCH, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 54 39 62
  • Fax : 05 56 54 21 03
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Clinique d'Arcachon

Avenue Jean Hameau ,
Pôle de santé,
33260 LA TESTE, France

Contacts

  • Fixe : 05 57 72 26 00
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Centre Médico-Chirurgical d'Arès

14 Boulevard Javal ,
33740 ARES, France

Contacts

  • Fixe : 05 56 03 87 00
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je réduis mes ballonnements : un schéma pour comprendre

    Ces schémas permettent de visualiser simplement comment réduire vos ballonnements. Les ballonnements abdominaux correspondent à une sensation de gonflement de l’abdomen dû à une accumulation de gaz dans votre tube digestif. Vous pouvez limiter leur apparition, ou les réduire, en diminuant votre consommation d’aliments qui produisent beaucoup de gaz en fermentant. Il est également très important d’avoir une activité physique régulière. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Cancer de l’estomac : je comprends le choix des traitements

    Le traitement d’un cancer gastrique est adapté à chaque cas particulier et est défini de manière concertée entre spécialistes. Il peut comprendre une chirurgie, une chimiothérapie et une radiothérapie.

    Lire la suite
  • Je suis anorexique : comment serai-je soigné ?

    La majorité des personnes qui souffrent d’anorexie mentale et qui suivent une thérapie guérissent définitivement. La guérison nécessite de traiter les aspects physiques et nutritionnels de la maladie ainsi que ses aspects psychologiques.

    Lire la suite
  • J’équilibre mon diabète au quotidien : un schéma pour comprendre

    Ce schéma permet de visualiser les bonnes pratiques à mettre en place dans votre vie pour contrôler votre diabète. Pour cela il faut pratiquer une activité physique, avoir un suivi diététique, surveiller votre poids et vous faire aider pour arrêter de fumer si nécessaire. Puis, selon les cas, la prise quotidienne de médicaments, l'auto surveillance glycémique et la surveillance de vos pieds seront nécessaires. Votre médecin pourra le commenter avec vous.

    Lire la suite
  • Enceinte, puis-je prendre n’importe quel médicament ?

    Pendant la grossesse la prise de certains médicaments peut être dangereuse pour l’enfant à naître. C’est pourquoi si vous êtes enceinte ou projetez de l’être, vous ne devez prendre aucun médicament sans l’avis d’un professionnel de santé. Pour renforcer l’information auprès des femmes et la rendre plus visible, un pictogramme « Femmes enceintes » est désormais apposé sur les boîtes de médicaments concernés par cette mesure. Voici quelques conseils pour bénéficier au mieux de cette nouvelle réglementation.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale