Le site du Docteur Georges CHAYA

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles - Le site du Docteur Georges CHAYA - Docvadis

Je me protège contre les infections sexuellement transmissibles

Ces maladies sont toujours d’actualité avec une nette recrudescence chez les personnes infectées par le VIH en raison des comportements à risque. L’immunodépression des patients les rend plus vulnérables, les IST (infections sexuellement transmissibles) sont plus sévères. Le meilleur moyen de s’en protéger passe par la prévention.

 

La plupart des IST sont en progression dans le monde, malgré l'efficacité des traitements. Ce phénomène s'explique par de nombreuses raisons. C'est ainsi que se créent des chaînes de contamination difficiles à rompre.

  • Evolution des moeurs.

  • Précocité et diversité des pratiques sexuelles.

  • Mouvements de population dus au tourisme ou au travail.

  • D'un point de vue individuel : ignorance ou comportement à risque délibéré des sujets contaminés, donc contagieux, qui hésitent à consulter et à prévenir leur(s) partenaire(s).

Les IST se transmettent lors de rapports sexuels (rapport vaginal, oro-génital ou anal). On ne le répétera jamais assez, le port du préservatif est le seul moyen de les éviter.

L'important est de dépister les IST et de les traiter avant qu'elles n'entraînent de graves complications. Si vous avez une vie sexuelle particulièrement mouvementée et si vous ne vous protégez pas systématiquement, il est conseillé un dépistage tous les ans, voire tous les 6 mois, et dès que l'on a pris un risque sexuel.

Certaines de ces infections, en particulier celles à Chlamydia et à gonocoque, très contagieuses et fréquentes, peuvent être silencieuses et entraîner une stérilité.

Il est important de noter que toutes les IST entraînent une fragilisation des muqueuses et favorisent ainsi le risque de contamination par le virus du sida.  Inversement, en cas d’infection par le virus du sida, les autres IST peuvent prendre des formes plus graves, du fait de l’affaiblissement des défenses immunitaires.

N'hésitez pas à aborder le sujet de votre sexualité lors d'une consultation. Si vous ne savez pas comment informer votre ou vos partenaires, vous pourrez voir avec votre médecin quelle attitude adopter.

 

Les maladies

L'incubation et les symptômes

Les complications

La gonococcie (due au gonocoque).

Diagnostic : par prélèvement local.

• Incubation : moins de 5 jours.• Brûlures et/ou écoulement purulent de la verge ou de l'anus.• Pertes vaginales.• Douleurs au bas ventre.

• Inflammation aiguë de l'urètre.• Infection des trompes, de l'utérus.• Infection des testicules.• Stérilité.• Grossesse extra-utérine.

La syphilis (due au tréponème).

Diagnostic : par prise de sang et/ou prélèvement direct.

• Incubation : de 10 à 90 jours (en moyenne 3 semaines).• Stade I : chancre (ulcération) au niveau du pénis, de l'anus, de la vulve ou à l'intérieur de la bouche.• Stade II : de 6 semaines à 6 mois après contamination, taches roses ou papules rouges, sur la peau, plaques sur les muqueuses (langue, lèvres, parties génitales).

Complications gravessi non traitées :

• Atteinte des nerfs, du coeur, des artères, des yeux, du cerveau.• Transmission au nouveau-né si la mère n'est pas traitée.

La condylomatose (due au papillomavirus ou HPV).

Diagnostic : par examen local (anuscopie, péniscopie, spéculum) et frottis.

• Incubation : de 2 à 6 mois.

Souvent invisibles,d'où intérêt du dépistage.

• Homme : verrues ou lésions en crêtes-de-coq sur le pénis et sur le gland, autour de l'anus et du canal anal.• Femme : verrues ou petites tumeurs sur la vulve, le vagin et le col de l'utérus.

• Lésions précancéreuses ou cancer du col de l'utérus ou de l'anus.

L'hépatite B (due au virus du même nom).

Diagnostic : par prise de sang.

• Incubation : de 2 à 8 semaines.

Le plus souvent, pas de symptôme, sinon :

• Fièvre.• Fatigue.• Troubles digestifs.• Jaunisse.

Risque de :

• Hépatite chronique (de 5 à 10 %).• Cirrhose.• Cancer du foie.• Transmission au nouveau-né si la mère est infectée.

La chlamydiose (due à la bactérie chlamydia).

Diagnostic : par un examen d'urines ou prélèvement local.

• Incubation : de 1 à 3 semaines.

Symptômes très souventinexistants chez lafemme. Sinon :

• Brûlures urinaires.• Ecoulement vaginal accompagné de douleurs abdominales chez la femme.• Ecoulement urétral chez l'homme.

Chez l'homme :

• Inflammation de l'urètre, de la prostate, de l'épididyme (canal où circulent les spermatozoïdes).• Risque de stérilité.

Chez la femme :

• Inflammation du col de l'utérus.• Salpingites aigues à l'origine de stérilité.• Risque de grossesse extra-utérine ou lorsd'un accouchement : conjonctivite, infection pulmonaire du nouveau-né.

La lymphogranulomase vénérienne (LGV) rectale (due à la bactérie chlamydia trachomatis).

Diagnostic : par prélèvement local + prise de sang.

• Incubation : de 2 à 60 jours.• Ulcérations génitales ou anales.• Douleurs rectales.• Saignements et écoulements purulents rectaux.• Ganglions à l'aine.

• Fistules.• Rétrécissement ano-rectal.

L'herpès génital (dû à l'herpès simplex, virus de type 2 (HSV2).

Diagnostic clinique : prélèvement local + ou - prise de sang.

 

 

• Incubation : de 2 à 12 jours.

Brûlures, picotementsprécédant l'apparition depetites vésiculesgroupées, évoluant versdes ulcérations.

• Chronicité.• Récurrences.

Transmission au nouveau-né si poussée herpétiquelors de l'accouchement.

Les mycoplasmes et la trichomonase Diagnostic : par prélèvement local

• Incubation : 1 semaine après la contamination. Brûlures, démangeaisons, écoulements par la verge, l’anus ou le vagin.

Risque rare d’infection pelvienne et de stérilité avec les trichomonas. Risque mal défini avec le mycoplasme.

Le VIH/SIDA

Diagnostic : par prise de sang au laboratoire, auto-test disponible en pharmacie ou TROD (Test Rapide d’Orientation Diagnostique)

• Incubation : 15 jours après la contamination :• Fièvre, fatigue, diarrhée, éruption cutanée.• Les signes disparaissent ensuite pour réapparaître quelques mois plus tard. Ils sont le signe d’un affaiblissement de l’immunité.

Risque de :

. Evolution vers le SIDA. Transmission au nouveau-né par une mère non traitée.

 

A qui en parler ?

Votre médecin généraliste, mais aussi à votre gynécologue, au dermatologue.

Lors d'une consultation spécialisée à l'hôpital ou dans un dispensaire.

Bon à savoir : le dépistage des IST est gratuit jusqu'à l'âge de 18 ans dans les centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CEGIDD) et les centres de planification et d'éducation familiale (CPEF).

 

 

 

Cabinet médical du Docteur CHAYA

39 Rue Emile Nougaro ,
40140 Soustons, France

Contacts

  • Fixe : 05.58.41.24.07
  • Fax : 09.75.73.47.08
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Pourquoi dois-je consulter avant de partir en voyage

    Séjourner dans un pays étranger peut vous exposer à des accidents, des maladies transmises par des insectes, par l’eau ou par la nourriture, des morsures d’animaux, etc. Ces risques éventuels dépendent du lieu, de la durée et des conditions de votre séjour, et de votre état de santé. Une visite médicale est alors essentielle pour faire le point et vous aider à les prévenir.

    Lire la suite
  • Je prends connaissance des méfaits liés au tabac

    L’organisme souffre à chaque bouffée de fumée inhalée. La cigarette est un véritable poison. Description des méfaits liés au tabac.

    Lire la suite
  • Je m'informe sur l'action du tabac sur le coeur et les vaisseaux

    Qu’il soit actif ou passif, le tabagisme a des répercussions avérées sur notre organisme, notamment sur le cœur et les vaisseaux. Sur les 200 décès quotidiens en France dus au tabac , 25 % sont liés à une maladie cardiovasculaire. Parmi les personnes victimes d’infarctus avant 45 ans, 80% sont fumeurs. Fumer diminue en moyenne votre espérance de vie d’environ 11 ans. En revanche, l’arrêt du tabac est bénéfique à n’importe quel moment de votre vie.

    Lire la suite
  • Alcool en excès : à quel moment suis-je en danger ?

    L’alcool n’est pas une substance nocive à faible dose, mais peut être responsable de graves dommages sociaux et médicaux s'il est consommé de manière excessive ou par des personnes fragilisées. Il est alors important de pouvoir évaluer sa consommation, et de résoudre un éventuel abus ou une dépendance.

    Lire la suite
  • Je choisis mon écran solaire en connaissance de cause

    Le choix d’une protection solaire adaptée à chaque membre de la famille est indispensable pour profiter du soleil toute l’année et en toute sécurité. Sans oublier que l’application de crème ne dispense pas du port d'un vêtement, d'un chapeau et de lunettes de soleil de qualité, qui représente le meilleur moyen de se protéger du soleil.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale