Le site du Docteur Didier CARCIENTE

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Mon proche dépressif présente-t-il un risque de suicide ? - Le site du Docteur Didier CARCIENTE - Docvadis

Mon proche dépressif présente-t-il un risque de suicide ?

Le suicide est l’un des risques majeurs de la dépression. Il faut donc être particulièrement vigilant et ne pas le sous-estimer si un de vos proches souffre de dépression, exprime des idées morbides ou se trouve dans une situation personnelle difficile.

Une personne dépressive peut-elle avoir des idées suicidaires ?

Tous les suicidés ne sont pas dépressifs, mais une grande majorité de personnes ayant commis un suicide était dépressive et avait exprimé des idées suicidaires peu avant de passer à l’acte.

Si votre proche parle de suicide, il se peut qu’il l’envisage réellement. Prenez-le au sérieux et portez-lui une attention particulière. Il se trouve peut-être dans une situation de profond désespoir, et le suicide lui apparaît comme la seule porte de sortie envisageable, quelle que soit la gravité de la situation dans laquelle il se trouve. Le problème n’est pas le niveau de gravité tel que vous l’estimez, mais tel qu’il le ressent. Songer au suicide ne veut pas dire qu’il est fou.

Que faire si mon proche exprime des idées suicidaires ?

Exprimer des idées suicidaires peut être une manière inconsciente de demander de l’aide : il a confiance en vous et pense que vous l’appréciez suffisamment pour entendre la souffrance qu’il exprime.

Dans tous les cas, soyez à l’écoute : votre présence et l’attention que vous lui portez le soulageront et lui permettront de ne plus se sentir seul avec sa souffrance. N’exprimez aucun jugement et restez naturel. N’hésitez pas à lui demander de quelle manière il a songé au suicide : cela vous permettra de savoir jusqu’où il a envisagé d’aller. Si ses réponses sont factuelles (date, circonstances, moyens...), ne le laissez pas seul et éloignez les éventuels moyens possibles de passer à l’acte (médicaments, produits toxiques, armes à feu...).

Dans tous les cas, faites appel à un professionnel de santé sans attendre. La prise en charge sera d’autant plus efficace qu’elle aura été précoce. Soyez rassurant et présentez les avantages de l’aide obtenue, au détriment des craintes (peur du rejet, du regard d’autrui, des conséquences professionnelles possibles…). Expliquez à la personne que vous tenez à elle mais que vous n’êtes pas qualifié pour l’aider au mieux, même si vous restez présent et à ses côtés.

Ne cherchez surtout pas à gérer la situation seul.

Quels signes doivent m’alerter ?

En l'absence d'expression d'idées suicidaires par la personne dépressive, divers signaux doivent vous alarmer :

  • La survenue d’un évènement traumatisant tel qu'une rupture sentimentale, un licenciement, l'expulsion de son logement ou le décès d’une personne proche.

  • L’apparition d’un comportement inhabituel comme un stress important au sein de la famille, des conflits répétés, une baisse des résultats scolaires, une perte d’intérêt pour ses activités habituelles.

  • L’apparition d’un comportement à risque : blessures volontaires, conduite automobile dangereuse, consommation de drogues, arrêt ou prise irrégulière du traitement prescrit.

  • La détérioration de la condition physique , par exemple la négligence de l’hygiène corporelle, la détérioration de l'apparence physique, la modification des habitudes de sommeil ou alimentaires.

  • Une baisse du moral due à l'attente d’une mauvaise nouvelle, un sentiment d’inutilité, d’humiliation, de culpabilité, de haine de soi ou d'autres causes non identifiables.

  • Des actes évocateurs : accidents inexpliqués chez les jeunes enfants ou les personnes âgées, adieux faits de manière inappropriée, rédaction d'un testament ou don de ses objets personnels, demande d’informations sur l’euthanasie, etc.

Comment puis-je aider mon proche ?

Restez vous-même, montrez-vous concerné et à l’écoute. Le simple fait de le laisser exprimer sa souffrance sans crainte d’être jugé représente une aide réelle.Restez calme et patient, et surtout ne cherchez pas à débattre ni à imposer votre point de vue. N’oubliez pas que le problème n’est pas la situation telle que vous la percevez, mais la souffrance telle qu’elle est ressentie, qui est subjective et ne peut donc pas être raisonnée.

Si l’un de vos proches souffre de dépression, soyez à l’écoute car le risque de suicide ne doit pas être occulté. Il est indispensable d’obtenir l’aide d’un professionnel de santé qui pourra prendre en charge sa souffrance et la soulager grâce à un suivi adapté.

Cabinet du Docteur Carciente

7 A RUE JEHENNE ,
APPT 109 1er ETAGE,
33120 ARCACHON, France

Contacts

  • Fixe : 0556548813
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Je protège mes dents en cas de diabète : les bons conseils

    Votre diabète, s’il est mal contrôlé, peut favoriser une maladie des gencives entrainant un déchaussement des dents. La prévention des risques de complications dentaires est fondamentale. Pour éviter de perdre vos dents, voici quelques conseils simples à suivre.

    Lire la suite
  • Je m’informe sur les IST auprès d’un CeGIDD

    Cette vidéo fait le point sur les infections qui peuvent être transmises au cours d’une relation sexuelle. Certaines sont en augmentation. Meilleur moyen de se protéger : le préservatif, masculin mais aussi le préservatif féminin. Et pour se faire dépister, bénéficier d’un traitement, poser vos questions, RV dans un CeGIDD .

    Lire la suite
  • Pourquoi est-il important que je prépare ma consultation avec un médecin ?

    Une consultation médicale est un moment important et s’y préparer permet d’en tirer le meilleur profit. Bien entendu, vous ne vous préparerez pas de la même façon si vous avez rendez-vous avec le médecin généraliste qui vous suit depuis de nombreuses années et vous connaît bien, ou avec un médecin spécialiste que vous voyez pour la première fois. Quelques conseils utiles dans tous les cas de figure.

    Lire la suite
  • Découvrir l'application « Risque sida »

    L'application « Risque sida » indique la marche à suivre après un rapport sexuel à risque.

    Lire la suite
  • Diabète et coeur

    Le diabète augmente de 2 à 4 fois le risque de maladies cardiovasculaires. Leur prévention repose avant tout sur l’équilibre du taux de sucre dans le sang, mais aussi sur celui d’autres facteurs, comme votre pression artérielle, votre taux de cholestérol et de triglycérides. Une fois par an, consultez votre cardiologue pour un suivi cardiovasculaire et pour réaliser un électrocardiogramme. Votre médecin traitant peut aussi réaliser cet examen.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale