Cabinet du Dr NGUYEN

Endocrinologie
Conventionnement : Secteur 2
Carte Vitale Acceptée
Vivre au quotidien après un infarctus du myocarde - Cabinet du Dr NGUYEN - Docvadis

Vivre au quotidien après un infarctus du myocarde

Après l’infarctus du myocarde, une fois rentré chez soi, il est nécessaire d’épargner son cœur tout en entretenant sa forme.

Je viens d’avoir un infarctus du myocarde. Qu’est-ce que cela va changer ?

L’une des artères qui irrigue votre cœur – une artère coronaire – s’est bouchée et a entraîné un infarctus du myocarde, ou crise cardiaque.

Ce premier épisode signale que d’autres peuvent suivre.

En conséquence, vous devez désormais faire le nécessaire pour prévenir un nouvel infarctus du myocarde en modifiant votre mode de vie.

Puis-je et dois-je faire du sport ?

Votre cœur a souffert, il va falloir l’épargner. Attention, cela ne veut surtout pas dire « ne rien faire » !

Il est très important de continuer à avoir une activité physique régulière et adaptée une fois qu'un premier bilan a été effectué et vous y autorise.

Quel type d’activité dois-je pratiquer ?

Les activités, comme la marche, la gymnastique douce, le cyclisme, la natation (eau à plus de 20° C), sont recommandées.

Ne vous épargnez pas les escaliers, mais montez-les doucement.

Attention, faire un effort lorsqu’il fait froid peut entraîner des symptômes d’angine de poitrine.

Dans tous les cas, il est nécessaire de bien s’échauffer et de démarrer progressivement.

Puis-je avoir des rapports sexuels ?

L’activité sexuelle est une activité physique sollicitant modérément le cœur.

Elle peut reprendre normalement dès que vous vous sentez capable de fournir un effort modéré.

Dois-je suivre un régime particulier ?

Le surpoids, le diabète, l’hypertension et surtout l’excès de cholestérol augmentent le risque d’un nouvel infarctus du myocarde.

Vous devez avoir une alimentation équilibrée :

  • manger peu gras,

  • limiter les produits très salés si vous êtes hypertendu,

  • limiter les produits trop sucrés si vous êtes diabétique.

Si vous êtes en surpoids, vous fatiguez excessivement votre cœur. Il est nécessaire de revenir à un poids de forme établi avec l’aide de votre médecin.

Suis-je vraiment obligé d’arrêter de fumer ?

Oui ! Il est absolument nécessaire d’arrêter le tabac.

Pour arrêter plus facilement et sans reprendre de poids, il est parfois nécessaire dese faire assister par une personne compétente, que ce soit votre médecin ou un spécialiste de la question dans un service de tabacologie à l’hôpital.

Notez que le fait d’avoir une activité physique régulière et adaptée, après un premier bilan, aide réellement à arrêter de fumer.

Combien de temps vais-je devoir prendre des médicaments ?

Votre médecin vous a prescrit un traitement qu’il faut suivre rigoureusement, à vie.

Si vous pensez subir des effets secondaires gênants, n’arrêtez surtout pas votre traitement, mais contactez votre médecin ou parlez-en lors de la prochaine consultation.

Dois-je bénéficier d’un suivi médical particulier ?

Vous devez désormais consulter régulièrement votre médecin traitant.

En outre, votre cardiologue devra réaliser un bilan cardiaque régulier.

Les consultations seront rapprochées dans les mois qui suivent votre infarctus du myocarde, puis s’espaceront si vous suivez bien les recommandations précédentes.

Le stress peut-il provoquer un nouvel infarctus du myocarde ?

Le stress augmente subitement le travail de votre cœur. Il le fatigue.

Il est préférable de se réhabituer progressivement aux activités stressantes comme la conduite automobile, les transports en commun aux heures de pointe, certaines situations professionnelles…

Puis-je reprendre mon travail ?

Si votre travail ne nécessite pas un travail musculaire intense, une reprise est possible, et même fortement recommandée après la période de convalescence.

Après l’infarctus du myocarde, il est nécessaire d’adopter un mode de vie entretenant la bonne forme du cœur : avoir une activité physique régulière et adaptée, surveiller son alimentation, arrêter définitivement le tabac, suivre son traitement et limiter les stress inutiles. La reprise du travail est recommandée.

Cabinet entrée rue Delsart

46 Av de l'avenue de St Amand ,
Entrée rue Jules Delsart,
59300 Valenciennes, France

Contacts

  • Fixe : 03 27 41 16 20
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • Diabétique, je surveille moi-même ma glycémie

    Cette vidéo montre comment surveiller régulièrement sa glycémie. Une bonne surveillance de sa glycémie permet de savoir où en est son diabète et ainsi, de modifier son alimentation si besoin, ou d’aller voir son médecin en cas de trop grands changements dans les résultats.

    Lire la suite
  • Diabétique, je m'informe sur les signes et les conséquences d'une hypoglycémie (langue arabe)

    CETTE FICHE EST EN LANGUE ARABE. L’hypoglycémie n’est pas une maladie, mais un manque de sucre dans le sang. Elle est fréquente chez les diabétiques traités par insuline ou par certains médicaments. Il ne faut ni la dramatiser ni la négliger.

    Lire la suite
  • J’ai du diabète : comment gérer le jeûne du Ramadan (langue arabe)?

    CETTE FICHE EST EN LANGUE ARABE. Le Ramadan est le quatrième des cinq piliers de l’Islam, avec la prière, la profession de foi, l’aumône et le pèlerinage à la Mecque. Au cours de ce mois, il est interdit aux adultes de manger et boire de l'aube au coucher du soleil. Si vous avez du diabète, faire le Ramadan est très souvent possible, mais cela doit être préparé pour éviter les risques liés au jeûne. Il est indispensable d’en discuter tôt avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Je prends un AVK, antivitamines K : pourquoi surveiller l'INR?

    Un traitement par AVK vous expose à deux types de risque : hémorragie ou thrombose. Il est indispensable d’observer la prescription de votre médecin et de contrôler régulièrement votre INR. L'INR mesure la fluidité de votre sang. Vous devez par ailleurs connaître les signes évoquant une possible hémorragie.

    Lire la suite
  • Je comprends mon taux d'HbA1c

    Le taux d’HbA1c, c’est le témoin de l’équilibre du diabète. Ce dosage sanguin fondamental, réalisé avec une simple prise de sang (non à jeun), reflète l’équilibre global de votre diabète au cours des 2 ou 3 derniers mois. Il permet d’ajuster votre traitement si besoin.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale