Le site du Docteur Denis NGUYEN

Médecine Générale
Conventionnement : Secteur 1
Carte Vitale Acceptée
Enceinte, puis-je prendre n’importe quel médicament ? - Le site du Docteur Denis NGUYEN - Docvadis

Enceinte, puis-je prendre n’importe quel médicament ?

Pendant la grossesse la prise de certains médicaments peut être dangereuse pour l’enfant à naître. C’est pourquoi si vous êtes enceinte ou projetez de l’être, vous ne devez prendre aucun médicament sans l’avis d’un professionnel de santé. Pour renforcer l’information auprès des femmes et la rendre plus visible, un pictogramme « Femmes enceintes » est désormais apposé sur les boîtes de médicaments concernés par cette mesure. Voici quelques conseils pour bénéficier au mieux de cette nouvelle réglementation.

À quoi ressemble le pictogramme « femmes enceintes » et que signifie-t-il ? 

Deux modèles de pictogramme peuvent dorénavant être apposés sur les boîtes de médicament ; ils indiquent soit une « interdiction » (silhouette de femme enceinte dans un rond rouge barré), soit un « danger » (silhouette de femme enceinte dans un triangulaire rouge).

Le pictogramme Danger signale aux patientes que le médicament doit être utilisé uniquement s’il n’y a pas d’autres médicaments disponibles.

 Le pictogramme Interdit correspond à une interdiction totale d'utiliser le médicament chez la femme enceinte, pendant tout ou partie de la grossesse. 

En fonction de chaque médicament concerné, le pictogramme retenu mentionne :

-      « nom du médicament » ou « ce médicament »

-      Les personnes concernées :

o   L’adolescente ou la femme en âge de procréer sans contraception efficace

o   La femme enceinte durant toute la période de grossesse ou durant une période de grossesse précisée sur la boite de médicament. 

Quels médicaments sont concernés ? 

Les médicaments qui ont une Autorisation de mise sur le marché (AMM) en France et dont les caractéristiques du produit (RCP) figurant sur la notice destinée aux professionnels de santé indiquent qu’ils sont tératogènes (susceptibles d’entrainer des malformations chez l’enfant à naître) ou fœtotoxiques (toxiques pour le fœtus). Cela concerne environ 60% des médicaments sur le marché : 1/3 comporte le pictogramme  « interdits » et 2/3 le pictogramme « danger ». 

Ces médicaments sont-ils devenus plus dangereux pour la femme enceinte ? 

Les risques liés à ces médicaments n’ont pas changé. L’information apportée par ces pictogrammes n’est pas nouvelle ; elle permet simplement de rendre visible, directement sur la boîte, l’information qui figure déjà dans les notices. 

Cette signalisation est-elle obligatoire ?

Un décret, publié le 14 avril 2017, impose aux laboratoires pharmaceutiques d’apposer le pictogramme « femmes enceintes » sur le conditionnement extérieur des médicaments tératogènes ou fœtotoxiques qui ont une AMM. L’obligation devait devenir effective dans un délai de 6 mois, soit le 17 octobre 2017. 

Je suis enceinte, je prends ou j’ai pris un médicament sur lequel figure le pictogramme « danger », que dois-je faire ? 

N’arrêtez pas et ne modifiez pas votre traitement sans l’avis de votre médecin ou d’un professionnel de santé (pharmacien ou sage-femme). Contactez-le sans tarder. Il vous informera des alternatives possibles. 

Je suis enceinte et j’ai pris un médicament sur lequel figure le pictogramme « interdit », que dois-je faire ? 

Contactez rapidement votre médecin ; il vous conseillera ou vous orientera pour avoir un avis spécialisé. Le risque n’est jamais de 100 %. Chaque cas doit être analysé très précisément en tenant compte de nombreux paramètres : le médicament lui-même, la période d’exposition au cours de la grossesse, la dose de médicament, …). À la suite de cette expertise, la conduite à tenir sera décidée avec vous ainsi que le suivi de votre grossesse le mieux adapté.

Dans quelques cas bien précis, le CRAT (centre de référence des agents tératogènes) qui est le centre d’expertise en matière de risque chez la femme enceinte, estime qu’un médicament dont les RCP signale une interdiction chez la femme enceinte (et donc porteur du pictogramme) peut être administré pendant la grossesse. C’est le cas en particulier pour quelques traitements innovants comme certaines biothérapies. Faites confiance au spécialiste qui vous a prescrit le médicament en toute connaissance de cause. 

Si j’allaite mon enfant, dois-je prendre les mêmes précautions que si je suis enceinte  ? 

Le pictogramme « femmes enceintes » concerne les médicaments dont les RCP signalent un danger pendant la grossesse ; il ne cible pas spécifiquement l’allaitement. Mais de très nombreux médicaments interdits ou déconseillés pendant la grossesse, le sont également pendant l’allaitement. Par conséquent, si vous allaitez votre enfant, avant de prendre un médicament comportant le pictogramme grossesse, demandez l’avis de votre médecin et ne prenez aucun médicament en automédication.

L’absence de pictogramme sur la boîte ne signifie pas l’absence absolue de risque. La prise de tout médicament (y compris ceux vendus sans ordonnance et pris en automédication) peut entraîner des effets indésirables. Aussi, d’une façon générale il est préférable d’éviter de prendre des médicaments pendant la grossesse et il faut toujours demander conseil à un professionnel de santé (médecin, pharmacien, sage-femme) avant de le prendre.

FERMETURE DU CABINET MEDICAL POUR CAUSE DE RETRAITE

Rue ,
89200 AVALLON, France

Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • 7 conseils pour optimiser la fertilité de notre couple

    Vous désirez débuter une grossesse. Vous vous interrogez sur les facteurs qui influencent votre fécondabilité. Si l’âge est un élément déterminant, en particulier chez la femme, il n’est pas le seul ; certains comportements ou modes de vie permettent d’optimiser la fertilité naturelle. Voici quelques conseils à suivre pour mettre toutes les chances de votre côté d’être bientôt parents.

    Lire la suite
  • La fécondation in vitro (FIV) : des images pour comprendre

    Vous envisagez un parcours de fécondation in vitro ou venez de le débuter. Des inconnues vous attendent… nous vous proposons quelques photos et explications qui décrivent les principales étapes de ce parcours.

    Lire la suite
  • AMP : nous allons bénéficier d’une insémination artificielle

    Plus de 24 000 enfants naissent chaque année en France grâce à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Tous ne sont toutefois pas issus de la même procédure. Trois techniques sont principalement utilisées : l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, la fécondation in vitro avec ICSI. Plus de 50 000 inséminations artificielles sont réalisées en France chaque année. Il s’agit de la technique d'AMP la plus ancienne et la plus simple.

    Lire la suite
  • Enceinte, je m’informe sur le déclenchement d’accouchement

    Le déclenchement artificiel de votre accouchement est envisagé. L’accouchement peut être programmé pour raison médicale ou non. Cette technique respecte un certains nombres de règles pour vous permettre de donner la vie dans les meilleures conditions.

    Lire la suite
  • AMP : une fécondation in vitro nous est proposée

    Près de 25 000 enfants naissent chaque année en France grâce à l’Assistance Médicale à la Procréation (AMP). Tous ne sont toutefois pas issus de la même procédure. Trois techniques sont principalement utilisées : l’insémination artificielle, la fécondation in vitro, la fécondation in vitro avec ICSI. Les protocoles commencent par une stimulation ovarienne.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale