Le site du Docteur Dany Gargot

Autre
Conventionnement : Exercice hospitalier
Carte Vitale Acceptée
Cancer : je bénéficie au quotidien de soins de support - Le site du Docteur Dany Gargot - Docvadis

Cancer : je bénéficie au quotidien de soins de support

Les soins de support sont proposés conjointement aux traitements spécifiques du cancer, afin d’améliorer la qualité de vie tant physique que psychologique et sociale au cours de la maladie.

Que peuvent m’apporter les soins de support ?

Dans le cadre de votre cancer , vous pouvez recevoir des traitements spécifiques : chirurgie, chimiothérapie ou autres traitements médicamenteux, ou encore radiothérapie.
Ces traitements peuvent s’avérer fatigants et s’accompagner d’effets secondaires plus ou moins pénibles.
Les répercussions sur le plan de l’image corporelle sont souvent difficiles à vivre. Dans le cadre du cancer du sein par exemple, avec la mastectomie, la perte de cheveux, la fatigue…

Votre maladie peut générer des moments de doute, d’angoisse, voire une réaction dépressive.

Elle peut s’avérer un facteur d’isolement et affecter vos relations avec vos proches sur le plan familial, professionnel ou social.

  • Tous ces aspects ne doivent en aucun cas être une fatalité.

Des soins de support existent pour vous aider à « faire face » au quotidien, dans le contexte de votre maladie.
Leur mise en œuvre est coordonnée et assurée par les équipes médicales impliquées dans votre traitement, afin d’améliorer votre qualité de vie sur le plan physique, psychologique et social, en tenant compte de vos besoins spécifiques et de ceux de votre entourage.
Ces soins peuvent être dispensés sur votre lieu de prise en charge (centre de lutte contre le cancer, centre hospitalier, clinique), ou bien dans des consultations spécialisées (centre anti-douleur, CMP, dispensaire), ou bien encore à domicile.

Les soins de support prennent-ils en charge la douleur ?

Oui,la prise en charge de la douleur est un des points essentiels des soins de support.
La douleur est inutile et ne doit être ni minimisée ni banalisée. Vous devez la signaler à votre médecin : il recherchera son origine et prendra les mesures adaptées à son intensité, afin de vous soulager dans les meilleures conditions.
Une évaluation régulière permettra d’ajuster votre traitement anti-douleur à vos besoins.
Dans des situations rebelles et complexes, vous pourrez être adressée à des professionnels formés dans le domaine des traitements de la douleur.

Je suis anxieux et/ou déprimé, les soins de support peuvent-ils m’aider ?

Même si vos craintes et votre anxiété sont légitimes, la souffrance psychique ne doit pas s’installer dans la durée. Elle se doit d’être repérée et entendue pour se trouver accompagnée, soulagée, voire traitée médicalement. Des psycho-oncologues, des psychologues ou des psychiatres spécialisés en cancérologie et participant aux soins de support peuvent vous aider.
La parole fait intégralement partie du traitement. Au psycho-oncologue vous pourrez confier vos craintes ; ou évoquer avec lui des difficultés concernant votre image corporelle, vos relations familiales et sociales, votre sexualité. Le soutien psychologique peut vous aider à surmonter les conséquences négatives de la maladie dans votre quotidien ; l’action psychothérapique vise à lier l’angoisse, à redonner place au désir et sens à l’existence, entravés par la maladie.
Cela pourra faciliter la communication avec vos proches et avec les médecins.
Des groupes de parole, animés par des psycho-oncologues, donnent l’occasion d’échanger expériences et ressentis avec d’autres malades. Ils permettent de rompre l’isolement dans un cadre garanti par des professionnels.

J’ai des difficultés matérielles, financières et sociales

La maladie peut entraîner des complications bien réelles dans la vie quotidienne et qui se surajoutent péniblement.
Avec votre accord, l’équipe médicale pourra solliciter le service social de l’hôpital pour que celui-ci vous accompagne dans des démarches parfois compliquées, nécessitant des compétences techniques (droits, statut social, aides…).
L’assistantsocial de l’hôpital pourra se mettre en contact avec les administrations et les travailleurs sociaux de votre secteur.

J’ai des problèmes d’alimentation

La maladie peut perturber votre appétit, avec perte de poids ; ou bien, à l’inverse, certains traitements peuvent s’accompagner de prise de poids.
Soyez-y attentive, parlez-en à votre cancérologue, qui pourra vous adresser à un spécialiste de la nutrition, médecin ou diététicienne.

Je me sens mal dans ma peau, puis-je en parler dans ce cadre ?

Vous ne devez pas renoncer à plaire et à vous plaire.
Les soins de support peuvent comporter comme dans le cas du cancer du sein, un volet « esthétique ». Des socio-esthéticiennes vous aideront à reprendre confiance en vous et à vous mettre en valeur.
Ces soins constituent une « pause douceur » indispensable à votre bien-être.

Dans d'autres types de cancer, il pourra vous être prescrit des séances de kinésithérapie ou de drainage lymphatique.

Comment sont organisés ces soins de support ?

La mise en place des soins de support peut être organisée à la demande des patients eux mêmes ou sur indication de l’équipe médicale qui a repéré des difficultés préjudiciables à l’adaptation et à la qualité de vie de la malade.
L’équipe pluridisciplinaire (médecins, infirmière, psychologue, assistante sociale, etc.) identifie les problèmes, puis propose et soutient les soins de support qui pourraient être bénéfiques.
L’ensemble des soins de support est coordonné, avec information régulière de l’oncologue référent du malade.

Quand pourrai-je en bénéficier ?

Les soins de support peuvent être mis en œuvre à toutes les étapes de la maladie : au moment de l’annonce du diagnostic, pendant la période des traitements spécifiques du cancer et même après l’arrêt de ceux-là.
Ces soins ou ces soutiens pourront vous accompagner en fonction de vos besoins, aussi longtemps que nécessaire.

Le Plan cancer prévoit une mesure visant à accroître les possibilités pour les patients de bénéficier de soins de support, en particulier pour la prise en compte de la douleur et le soutien psychologique et social.

Centre Hospitalier de Blois


Gastroentérologie et maladies du foie, mail Pierre Charlot ,
41016 France, France

Contacts

  • Fixe : 0254556633
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'assiste à une réunion d'éducation thérapeutique pour une MICI

    Cette vidéo vous permet de découvrir les échanges entre une patiente, une infirmière d’éducation thérapeutique et un patient expert. Ces réunions sont l’occasion d’être en contact avec des personnes tiers qui connaissent le quotidien de la maladie et les difficultés rencontrées. Cette jeune patiente a pu prendre de nombreuses décisions qui lui permettent d’avancer et de faire des choix à long terme.

    Lire la suite
  • Cancer de l’estomac : je comprends le suivi après mon traitement

    Le traitement d’un cancer de l’estomac nécessite souvent une ablation totale ou partielle de l’estomac appelée gastrectomie. Il est tout à fait possible de vivre sans ou avec une partie de l’estomac. Cela peut néanmoins entraîner des troubles gastro-intestinaux qui seront réduits en suivant des règles diététiques simples.

    Lire la suite
  • MICI : La difficulté de se faire comprendre

    Cette vidéo est le témoignage d'une femme dont la maladie de Crohn est rarement stabilisée. Elle raconte son parcours difficile et la difficulté pour elle de faire accepter ce handicap. Pour parler de sa maladie, il faut avant tout bien la comprendre et l’éducation thérapeutique pourrait apporter une aide à Julie, comme à d’autres patients. Parlez-en avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Atteint d’une MICI, je m’organise durant une poussée

    Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI) évoluent dans le temps, les périodes d’accalmie étant entrecoupées de phases de poussées durant lesquelles les symptômes sont les plus intenses. Gérer au mieux ces poussées permet de limiter le caractère invalidant de la maladie.

    Lire la suite
  • MICI : ne pas attendre pour chercher de l’aide

    Cette vidéo est le témoignage d’une jeune fille de 16 ans, souffrant d’une MICI, qui a longtemps vécu sa maladie comme une injustice, et se renfermant sur elle-même. Un jour, elle a accepté de participer à des séances d’aide, d’éducation thérapeutique. Elle vous dit ce qu’elle en a retiré. Comme elle, ne restez pas seul et tournez-vous vers les autres.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale