Le site du Docteur Dany Gargot

Autre
Conventionnement : Exercice hospitalier
Carte Vitale Acceptée
A quoi servent les soins palliatifs ? - Le site du Docteur Dany Gargot - Docvadis

A quoi servent les soins palliatifs ?

La démarche palliative place le malade au cœur d’un dispositif qui fait intervenir différents acteurs et professionnels de santé. Ils vont prendre en compte et soulager ses souffrances pour améliorer la qualité de sa fin de vie. Cette démarche a aussi pour but d’accompagner et de soutenir l’entourage du patient.

A quoi servent les soins palliatifs ?

Si vous, ou un de vos proches, êtes atteint d’une maladie grave et évolutive, les soins palliatifs constituent un ensemble de dispositifs mis en place pour soulager les symptômes liés à la maladie, et notamment la douleur. Ils ont également pour objectif d’anticiper les complications médicales pénibles et inutiles.
Les soins palliatifs permettent d’éviter l’acharnement thérapeutique et les traitements déraisonnables, mais aussi de privilégier la qualité de la fin de vie.

Quand décide-t-on la mise en place de soins palliatifs ?

Généralement, les soins palliatifs interviennent à la suite des soins curatifs qui ont échoué à guérir ou à stabiliser la maladie, mais ils peuvent être anticipés. Avec l’équipe soignante, il est possible de discuter, à tout moment, de l’opportunité de leur mise en place.
L’instauration des soins palliatifs ne constitue, en aucun cas, un arrêt de la prise en charge dumalade.

Les traitements palliatifs vont-ils hâter la mort ?

Non. Si on considère la mort comme un processus normal, ils ne l’accélèrent pas ni ne la retardent. Ils ont pour objectifs de soulager la douleur et de traiter les autres symptômes de la maladie. Ils permettent aussi de soutenir le malade et son entourage, de l’aider à préserver sa qualité de vie.

Qu’y a-t-il en plus des traitements médicaux ?

Les soins palliatifs ne se réduisent pas à des traitements médicaux visant à prévenir les complications et à soulager la souffrance physique. Il s’agit aussi de prendre en compte les souffrances psychologiques, sociales et spirituelles de ceux qui ne peuvent plus guérir et de respecter leur dignité.
La prise en charge est pluridisciplinaire et elle repose sur les interventions de différents acteurs et professionnels de santé : médecins, infirmier(ère)s, aides-soignant(e)s, kinésithérapeutes, diététicien(enne)s, psychologues, assistants sociaux. Des bénévoles et des représentants des différents cultes peuvent aussi accompagner le malade en fin de vie...

Peut-on demander l’arrêt des soins palliatifs ?

Oui. Quand cela est possible, le malade peut demander l’arrêt des traitements actifs, qui le maintiennent artificiellement en vie. Il peut aussi l’avoir envisagé dans des « directives anticipées ». La décision d’arrêt de traitement sera prise par le médecin en charge du patient, après concertation avec l’équipe soignante et avec l’avis motivé d’au moins un autre médecin, appelé en tant que consultant. Ce collège prendra en compte les souhaits que le malade aurait antérieurement exprimés.
La sédation et l’analgésie, mises en place pour le confort du malade, peuvent conduire à diminuer le temps qui reste à vivre. Mais ces traitements terminaux ne doivent pas avoir comme objectif de précipiter la mort. En France, l’euthanasie reste illégale.
La démarche palliative pourrait être considérée comme une voie médiane entre acharnement thérapeutique et euthanasie. C’est une manière d’accompagner le malade dans sa fin de vie en le soulageant sans excès et avec dignité : « Tout ce qu’il reste à faire, quand il n’y a plus rien à faire ! »

Un service téléphonique national a été mis en place à l’initiative du ministre de la Santé. Ce service d’information, d’orientation et d’écoute est destiné à répondre à toutes les questions relatives à la fin de la vie.
Il offre également une aide pratique, psychologique, sociale et juridique à toute personne concernée : famille, proche, personne malade ou en fin de vie, professionnel de santé, bénévole.
« Accompagner la fin de la vie, s’informer, en parler » au 0 811 020 300.
La ligne est ouverte du lundi au samedi, de 8 h 30 à 19 h 30.

Centre Hospitalier de Blois


Gastroentérologie et maladies du foie, mail Pierre Charlot ,
41016 France, France

Contacts

  • Fixe : 0254556633
Plus d'informations (Accès, Horaire...)

Documents similaires

  • J'assiste à une réunion d'éducation thérapeutique pour une MICI

    Cette vidéo vous permet de découvrir les échanges entre une patiente, une infirmière d’éducation thérapeutique et un patient expert. Ces réunions sont l’occasion d’être en contact avec des personnes tiers qui connaissent le quotidien de la maladie et les difficultés rencontrées. Cette jeune patiente a pu prendre de nombreuses décisions qui lui permettent d’avancer et de faire des choix à long terme.

    Lire la suite
  • Cancer : je bénéficie au quotidien de soins de support

    Les soins de support sont proposés conjointement aux traitements spécifiques du cancer, afin d’améliorer la qualité de vie tant physique que psychologique et sociale au cours de la maladie.

    Lire la suite
  • Cancer de l’estomac : je comprends le suivi après mon traitement

    Le traitement d’un cancer de l’estomac nécessite souvent une ablation totale ou partielle de l’estomac appelée gastrectomie. Il est tout à fait possible de vivre sans ou avec une partie de l’estomac. Cela peut néanmoins entraîner des troubles gastro-intestinaux qui seront réduits en suivant des règles diététiques simples.

    Lire la suite
  • MICI : La difficulté de se faire comprendre

    Cette vidéo est le témoignage d'une femme dont la maladie de Crohn est rarement stabilisée. Elle raconte son parcours difficile et la difficulté pour elle de faire accepter ce handicap. Pour parler de sa maladie, il faut avant tout bien la comprendre et l’éducation thérapeutique pourrait apporter une aide à Julie, comme à d’autres patients. Parlez-en avec votre médecin.

    Lire la suite
  • Atteint d’une MICI, je m’organise durant une poussée

    Les Maladies Inflammatoires Chroniques de l’Intestin (MICI) évoluent dans le temps, les périodes d’accalmie étant entrecoupées de phases de poussées durant lesquelles les symptômes sont les plus intenses. Gérer au mieux ces poussées permet de limiter le caractère invalidant de la maladie.

    Lire la suite

Ce site n'a pas pour vocation de remplacer une consultation médicale